Fermer
menu

La voiture sans chauffeur va détruire des millions d’emplois d’ici 2025

On parle souvent des robots qui risquent de remplacer une bonne partie de la main d’œuvre dans les années à venir. Mais on évoque moins la révolution qui est en marche dans le secteur de l’automobile et qui va révolutionner à la fois le transport et l’emploi dans tout le secteur avec l’arrivée sur le marché de véhicules autonomes. C’est Zack Kanter, un expert américain des nouvelles technologies qui l’affirme : rien qu’aux Etats-Unis, la voiture sans chauffeur va conduire à la disparition de 10 millions d’emplois d’ici 2025.

Mercedes-concept

« L’Uberisation » de l’économie est en marche

« Les voitures autonomes seront monnaie courante en 2025 et auront un quasi-monopole en 2030 » affirme Zack Nater dont les propos ont été repris par le site Quartz. Selon lui cette innovation risque d’éclipser toutes celles que nous avons déjà connues. Elle s’inscrit dans une logique d’Uberisation de notre économie. Cette « économie à la demande » va changer totalement notre rapport à automobile. Autrefois signe extérieur de richesse, ou emblème statutaire selon la marque qu’on choisit, le véhicule autonome va tout bouleverser à très court terme.

Gain de temps, d’argent et moins de pollution

Kanter cite pour exemple le patron de Tesla Motors, Elon Musk, dont des modèles de 2015 sont déjà capables d’être conduits automatiquement à 90% du temps. D’autres constructeurs (comme General Motors et même Google) travaillent sur les prochains véhicules autonomes dans lesquels, selon les mots d’Elon Musk, « on pourra monter, s’endormir et se réveiller à destination ». Parmi les avantages de la voiture complètement automatique, on peut citer un gain de temps énorme, votre véhicule pourra même se transformer en bureau roulant. Mais la révolution est ailleurs, dans la notion même de propriété automobile.

Posséder une voiture sera sans intérêt

Selon Zack Kanter une fois que vous aurez essayé une voiture sans chauffeur vous ne voudrez plus jamais conduire. Et d’ailleurs vous n’aurez même pas besoin de l’acheter. On le voit en effet avec la montée en puissance de l’économie du partage, le succès de sites de covoiturage comme Blablacar, ou d’échanges de véhicules, sans parler des compagnies qui concurrencent les taxis comme Uber qui devrait rapidement remplacer tous ses chauffeurs par des véhicules autonomes.

La fin programmée des chauffeurs de taxis ?

Taxis-NYC

La révolution qui aura pour conséquence la suppression de pas mal de postes dans les transports, est facile à comprendre. D’après une étude de l’Université de Columbia, il suffirait de 9000 véhicules autonomes pour remplacer les 13.000 célèbres taxis jaunes de New York. Avec une flotte automatisée vous n’attendriez en moyenne que 36 secondes votre véhicule et le coût de la course serait 8 fois moins cher qu’avec un chauffeur humain (0,5 dollars / mile contre 4 dollars le mile actuellement estime le site Business Insider). Résultat, à quoi bon posséder un véhicule si vous pouvez vous déplacer pour un faible prix tout en gagnant du temps ?

Le nombre de véhicules sera réduit de 99%

Selon d’autres études citées par Zack Kanter, le déploiement massif des véhicules autonomes aura pour conséquence de réduire de 99% le nombre d’automobiles en circulation. On pourra dire adieu aux contraventions, aux accidents de voitures, aux embouteillages… C’est la bonne nouvelle. La moins bonne c’est que tout un pan de notre économie va tomber : les taxis évidemment, les transports seront impactés, les compagnies d’assurance automobile également de même que l’industrie du stationnement… Les conséquences seront aussi dramatiques pour la maintenance des véhicules qui circuleront en moins grand nombre et sur des technologies beaucoup moins polluantes (c’est une bonne nouvelle quand même).

Aux Etats-Unis, cela représente 10 millions d’emplois qui vont s’évaporer d’un coup. Et en France, sommes-nous prêts pour affronter cette nouvelle révolution ?

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Crédit Auto
    18 février 2016 - 14h23

    Les lois françaises et la réglementation routière ne sont pas prêtes. Les compagnies d’assurance ne sont pas prêtes, pas plus que la Gendarmerie Nationale. Les assistances à la conduite vont continuer à se développer mais les véhicules totalement autonomes ne sont pas pour demain.

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.