Fermer
menu

Suède : « Une qualité de vie légendaire »

Philippe vit en Suède depuis 3 ans, occupant un poste d’entraîneur-rameur au club d’aviron de Mölndal, 3 fois champion national. Il a choisi ce pays pour des conditions de vie plus intéressantes qu’en France et un soin apporté au bien-être des salariés. Ces derniers sont alors moins stressés dans leur travail au quotidien.

Une qualité de vie légendaire

Quel poste occupez-vous actuellement, en quoi consiste votre emploi ?
Je suis directeur sportif – « sportchef » en suédois – au club d’aviron de Mölndal, situé en banlieue de Göteborg. Outre l’entraînement des adultes tous niveaux, jeunes de moins de 13 ans et autres scolaires ainsi que la maintenance du parc à bateaux, j’organise pour les entreprises des évènements en rapport avec l’aviron – bref du « teambuilding » – qui est ici très populaire. Je suis aussi en charge de notre « club house » loué chaque semaine à l’occasion de mariages, fêtes diverses et conférences. Enfin, la préparation de la régate annuelle et tous les 3 ans du championnat de Suède complètent mon activité.

Quel a été votre parcours avant ?
Après 2 ans d’études en France et 2 ans en Angleterre, j’ai commencé à travailler en 2001 comme collaborateur d’architecte dans le sud de la France, j’ai ensuite intégré la filiale française du leader mondial des montres de sport où j’ai fait un peu de tout, du service conso à chef de projet en passant par la traduction. J’ai poursuivi cette activité en freelance à mon arrivée en Suède avant d’être employé, depuis 2 ans, par mon club d’aviron.

Pourquoi avoir choisi la Suède pour vous expatrier ?
Ma copine est Suédoise mais après 4 ans de vie commune en France nous avons décidé de tenter l’aventure au moment de sa première grossesse en changeant de pays. Nous avons donc tous les deux quittés nos postes et redémarré à zéro à notre arrivée en 2008. Ce qui m’a attiré, c’est la qualité de vie légendaire des suédois, le climat des hautes latitudes (on n’a que 2 saisons ici : l’été, il fait beau et il fait jour tout le temps; et l’hiver, il fait -15 et il fait nuit tout le temps) et des paysages magnifiques, comme l’archipel de Göteberg et ses milliers d’îles, la proximité de la Norvège. Pour ma copine, plus pragmatique, c’était les conditions nettement plus avantageuses qu’en France pour élever nos filles : congés parentaux de un an et plus, entre autres.

Quelles sont les différences dans l’organisation du travail suédoise ?
Il me semble qu’une part importante soit accordée à la sécurité et au bien-être des salariés, en tout cas plus qu’en France. D’autre part, pratiquement tout le monde parle un anglais brillant, même aux caisses du supermarché. Les gens commencent aussi très tôt pour finir tôt dans la journée (pauses très courtes), ils font beaucoup d’heures (pas de RTT) mais qui sont très rémunératrices. Cela dit, même si le travail est en général extrêmement bien organisé et que l’on n’hésite pas à utiliser les moyens de communications les plus modernes, les suédois ne sont pas forcément les plus productifs. Ou peut-être sont-ils moins stressés ? Quoiqu’il en soit, en cas de difficultés, les problèmes sont traités sans attendre ce qui évite toujours les conflits. Un autre trait qui nous a frappé moi et plusieurs amis expatriés européens : il faut savoir interpréter le langage corporelle pour déceler si vos collègues ou supérieurs sont satisfaits ou non de votre travail, car même si c’est bien ils ne vous le diront pas !

Qu’est-ce qui vous plait le plus/le moins en Suède dans la vie quotidienne ?
D’une part, les Suédois sont très accueillants envers les étrangers. Ils apprécient beaucoup que l’on vienne vivre dans leur pays et s’intéresser à leur culture, car d’une certaine façon ils se sentent un peu aux confins de l’Europe. D’autre part, il y a la proximité avec la nature. On vit à proximité de la mer, de lacs, de forêts, et en centre-ville les nombreux parcs sont envahis aux premiers rayons de soleil. Outre le recyclage et autres comportements éco-citoyens, beaucoup de gens ici vont au travail en vélo, en courant, en tram, en bus. Etre en forme est une institution, les salles de gym sont pleines, les sports outdoor en pleine expansion. On a aussi le sentiment d’avoir affaire à des gens qui font les choses sérieusement. A l’opposé, on ressent une certaine américanisation de la société dans les mentalités, l’obésité croissante ou les programmes de TV plus américains que suédois. Il faut aussi s’accrocher en hiver, les journées sont courtes et le climat rude, on tombe facilement malade !

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut s’expatrier en Suède ?
S’habiller chaudement! Plus sérieusement, il faut parler l’anglais couramment, et une fois en Suède prendre des cours de suédois (ils sont gratuits). Il faut bien préparer son coup pour éviter d’arriver comme moi sur place sans travail ni logement!

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.