Fermer
menu

De nouvelles organisations du travail pour l’égalité

Balance« Les aménagements des horaires sont déterminants pour l’articulation de la vie professionnelle et de la vie privée » rappelle le Centre d’Analyse Stratégique (CAS) dans son dernier rapport. En France, les femmes travaillent en moyenne 35 minutes de plus que les hommes, si l’on cumule leur activité professionnelle et le travail domestique qu’elles effectuent. L’articulation des temps de vie est un enjeu déterminant pour l’emploi des femmes, mais comment en faire une préoccupation majeure des entreprises ? En généralisant certaines pratiques innovantes, déjà testées avec succès dans d’autres pays…

Une tendance favorable
Implication croissante des pères, augmentation du nombre de couples bi-actifs et des familles monoparentales… Autant de mutations sociales qui s’opèrent et nous indiquent que les temps ont changé semble-t-il. Pourtant, les femmes restent les premières concernées lorsqu’il s’agit de conciliation vie pro/vie perso. Et pour le moment, l’articulation des temps de vie se résume souvent au temps partiel, qui contribue à renforcer les inégalités hommes/femmes. En France, les femmes travaillent en moyenne chaque jour 35 minutes de plus que les hommes, si l’on cumule travail domestique, études et travail payé. Malgré tout, il y a de l’espoir (!) car en matière de conciliation, la tendance est à des pratiques plus flexibles, bénéfiques pour l’employeur comme le salarié.

Des pratiques innovantes testées dans le monde
Des exemples étrangers démontrent que ces pratiques existent, et qu’elles ont prouvé leur efficacité : « abandon de la référence temporelle traditionnelle du travail, annualisation des horaires, semaine compressée, télétravail, etc. »

  • Le partage de poste ou «job sharing» testé en Suède consiste par exemple à faire occuper un poste à temps plein à deux personnes en temps partiel. Un dispositif qui non seulement réduit le turnover dans l’entreprise mais également de retenir les hauts potentiels féminins.
  • Autre pays, autre méthode : aux Etats-Unis, le groupe Intel avait des difficultés à « retenir » les jeunes mères. Il a donc créé le « New Intel parent intégration » pour permettre aux parents de travailler à temps partiel ou selon des horaires ajustés pendant une période déterminée avant ou après un congé parental.
  • En France, Carrefour expérimente la planification des horaires variables ou atypiques auprès de ses hôtes et hôtesses de caisse depuis plus de 10 ans mais son efficacité reste sujet à discussion.
  • Il existe évidemment d’autres pratiques en termes d’aménagements d’horaires, moins formelles. Certaines entreprises abandonnent la référence horaire et spatiale du travail explique le CAS, et favorisent l’émergence de l’entreprise 2.0 grâce aux nouvelles technologies permettant de travail en tous lieux (smartphones, visioconférence, extranet…). L’entreprise américaine Best Buy, distributeur de matériel informatique, l’a testé favorablement avec au final une meilleure productivité et articulation vie familiale/vie professionnelle.
  • Effectuer une semaine compressée ou avoir des horaires flexibles est également une solution. Le cabinet Deloitte offre ainsi la possibilité à ses salariés (10% l’ont choisi) de réaliser leur temps plein en 4 jours au lieu de 5 ou faire le travail de deux semaines en 9 jours.
  • D’autres entreprises (Allianz Global & Corporate Specialty France) ont choisi de ne pas imposer de réunion avant 9h ou qui s’achèverait après 18h. Mais ces pratiques de flexiblité spatiotemporelles sont aujourd’hui peu développées en France.
  • D’autres pratiques plus informelles se mettent en place dans les PME. Ainsi, l’entreprise Fandler en Autriche prévoit un systéme de compensation entre collègues pour pourvoir à des besoins familiaux imprévus : un employé fera des heures supplémentaires une semaine pour se dégager du temps la semaine suivante. On note alors une baisse du nombre d’arrêts maladie et une meilleure productivité.

En France, le CAS propose de favoriser la mise en place de ce type de programmes de flexibilité pour donner aux salariés « plus de contrôle sur leur emploi du temps ». Idem pour la fonction publique, pour laquelle le Centre préconise l’adoption de dispositifs exemplaires et sur mesure dans certains services (choix des horaires ou annualisation, implication des directeurs…). Enfin, il recommande l’enrichissement des rapports de situation comparée en mesurant l’effet de l’organisation des horaires sur la santé des femmes, et des hommes. Sans une forte implication des managers (par la formation notamment), rien n’évoluera. L’Etat peut ainsi montrer l’exemple en adoptant lui-même les bonnes pratiques en matière de santé au travail et en les diffusant à grande échelle.

Consultez le rapport du Centre d’Analyse Stratégique : « De nouvelles organisations du travail conciliant égalité femme/homme et performance des entreprises » – (Note d’analyse 247 – Novembre 2011).

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Léa
    8 novembre 2011 - 21h37

    Je suis effarée de voir que TOUTES (sauf celles qui restreignent les heures de réunions) ces mesures pseudo progressistes ne constituent en fait qu’une manière de compresser les gens pour qu’ils en fassent plus en moins de temps.

    Parce que la conciliation vie privée/boulot, pour les hommes comme les femmes, avec ou sans enfants, passe d’abord par arrêter de prendre les gens pour des esclaves, limiter les heures sup (même pour les cadres : le forfait jour c’est pas un prétexte à tout), embaucher plutôt que privilégier les heures sup, arrêter de croire que le gars qui part à 20 h est plus « impliqué » que celui qui part à 18 h 30 pour lutter contre le présentéisme, bref remettre le travail à sa place : la première. Aujourd’hui, le travail on s’en fout, la performance éventuellement ça intéresse, ce qui compte c’est le résultat. A tout prix.

  2. alexandre
    9 novembre 2011 - 18h43

    Des pratiques anglo saxonnes qui datent de plus de 20 à 30 ans aux Etats Unis et qui pose des problèmes de transférabilité en France, sinon les grands groupes anglo saxons l’auraient fait. Par ailleurs on connait les conditions de travail ultra libérales de ce pays : 15 jours de congé par an, pas de loisirs… excepté la télé. Ah une entreprise Française qui n’est pas un exemple du genre. Par contre il y a des enseignes qui le WE et durant certaines vacances scolaires font travailler les étudiants en remplacement des mères de famille qui travaillent plutôt en semaine…
    D’accord avec le principe que les salariés aient plus de contrôle sur leur temps de travail. Il faut pour cela changer le management et donner plus d’autonomie aux salariés dans leur travail et qu’ils puissent utiliser leurs compétences personnelles et professionnelles….
    Oui au télétravail mais en France il y un gros retard et on n’est pas prêt de rattraper les pays du nord de l’Europe car peu d’entreprises s’engagent dans cette voie.

  3. CHRISTI. FAT
    27 décembre 2011 - 6h13

    En théorie la flexibilité du temps de travail est un avantage pour mieux concilier vis pro et vie perso ; mais c’est aussi le meilleur moyen de stigmatiser son bénéficiaire.
    Il faut faire la différence entre le temps partiel « subi » et le temps partiel « choisi »
    Le temps partiel instauré par l’employeur est souvent pour des postes peu qualifiés à faibles rémunérations, les horaires sont le plus souvent imposés dans des secteurs très féminisés comme : L’hôtellerie restauration, les services à la personne, la grande distribution.
    Par contre, les femmes qui ont « choisi » le temps partiel sont surtout des femmes qui ont des emplois stables et qualifiés, qui travaillent plus de 30 heures par semaine.
    Néanmoins, les enquêtes démontrent que pour certaines femmes qui ont choisi le temps partiel elles préféreraient travailler à temps plein si des modes de gardes mieux adaptés existaient

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.