Fermer
menu

Une femme sur deux renonce à sa carrière pour la famille

Shutterstock 130390493D’après les résultats de l’étude réalisée par l’association Maman travaille auprès des femmes actives,« une mère sur deux a déjà renoncé à une opportunité professionnelle pour préserver sa vie familiale ». Menée par Marlène Schiappa, présidente de l’association, et deux experts, Cédric Bruguière et Julie Ladour, l’enquête montre que pour 70% des femmes, le manque de temps est un frein à leur carrière. Pour beaucoup de mères actives, il est en effet difficile, voire très difficile, de concilier vie professionnelle et vie familiale.

Adapter son emploi du temps à celui des enfants

Quelle maman n’a pas quitté le travail plus tôt pour une réunion parents-profs ou pour un enfant malade ? Des absences souvent citées comme raison principale de non progression de carrière. Selon l’étude, 22% des mères actives partent plus tôt du travail car elles sont obligées de respecter les horaires des modes de garde ou de l’école. Elles n’ont pas le choix : elles doivent adapter leur emploi du temps à celui des enfants. Ce sont d’ailleurs souvent elles qui gèrent le créneau 18-20h. En effet, seulement 9% des pères prennent le relais de la nourrice ou de la crèche.

Un rythme soutenu pour 63% des femmes

L’enquête précise aussi que « la moitié des mères qui travaillent ont déjà renoncé à une opportunité professionnelle pour préserver leur vie de famille ». Jongler entre les deux n’est pas toujours facile. Après le travail, il faut gérer les repas, les courses, les tâches ménagères, la scolarité des enfants… Une « double journée » au rythme soutenu pour 63% des femmes qui se disent épuisées. D’ailleurs, pour certaines mamans actives, changer de poste pour bénéficier d’une organisation de travail plus souple, serait une solution. Un parent sur trois a même envisagé d’arrêter de travailler pour garder ses enfants. Et parmi eux, seulement 5% sont des pères.

Evolution de carrière, comment y remédier ?

Toutes ne sont pas concernées par ce désir d’évoluer professionnellement. 40% des femmes travaillent avant tout pour s’épanouir et 24% pour être indépendante financièrement. Mais pour ne plus avoir à renoncer à une évolution de carrière, l’une des solutions pour celles qui travaillent, pourrait venir des hommes. D’après une enquête réalisée par l’Insee, seulement un homme sur neuf réduit ou cesse temporairement son activité au delà de son congé paternité. En effet, ils sont nombreux à craindre une dégradation de leurs relations avec l’employeur. Pourtant, plus de participation de leur part à la vie de famille permettrait aux femmes de limiter les absences au bureau ou de rester aux réunions le soir. Dans tous les cas, il faut aussi que les entreprises évoluent dans leur politique de parentalité. Une politique jugée souvent trop sévère par les femmes actives

L’étude complète fait 33 pages avec analyses et commentaires des experts qui l’ont menée. Le panel est composé de 987 mères actives, mamans de 1,8 enfant en moyenne, dont 60% ont au moins un enfant de moins de 3 ans.

Crédit photo : businesswoman at workplace calling with her baby via shutterstock

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.