Fermer
menu

Sept clefs pour développer le télétravail

Teletravail gettyLe Centre d’Analyse Stratégique (CAS) vient de rendre son « Rapport sur le développement du télétravail dans la société numérique de demain » à Nathalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire d’Etat chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique. A travers un état des lieux, celui-ci a notamment examiné les risques de dérives pour les salariés en congé maternité et/ou maladie, et la possibilité de développer le télétravail pour ces types de population. Finalement, très peu d’abus sont constatés à l’étranger, et la synthèse va au-delà des habituels clichés et craintes que l’on peut lire sur le sujet.

Au total, les bonnes pratiques et le panorama juridique entourant le télétravail de dix pays de l’OCDE ont été comparés depuis juillet 2009. En résultent sept messages clefs à retenir sur le télétravail et pour son développement en France…

  • Depuis dix ans, le France est en retard sur ses voisins d’Europe en matière de développement du télétravail. Tellement que dans les pays scandinaves et anglo-saxons, il concerne deux à trois fois plus de salariés. Plusieurs leviers de développement sont indispensables pour les rattraper : « une évolution de la culture managériale ; une meilleure connaissance des gains envisageables ; la mise à disposition d’infrastructures numériques de qualité » ; ainsi que « la diffusion d’outils techniques performants et accessibles. »

  • L’un des enjeux majeurs du télétravail est, selon le rapport, de donner une plus grande flexibilité de travail au salarié, « en lui permettant de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle », et par exemple, « d’interrompre sa journée de travail pour aller chercher un enfant à l’école »… Le rapport explique également que les marges de progression du télétravail résident pour le moment principalement dans la diffusion du télétravail partiel, soit un à deux jours par semaine. Un compromis en adéquation avec une volonté de contribuer au développement durable, et qui effraie sans doute moins les salariés que du télétravail à temps plein, qui les éloignerait de leur environnement social de travail.

  • Pour se développer pleinement, le télétravail doit répondre à « un double volontariat« . Il serait préjudiciable de vouloir l’encadrer de manière strict (juridiquement) ou de vouloir l’imposer à tout prix selon le rapport. Il est préférable que chaque entreprise le négocie avec les représentants du personnel.

  • Le télétravail ne doit pas être subi. Mais il doit être encadré par des personnes formées aux questions d’accidents du travail ou de frais de prise en charge par l’employeur… Des clarifications demandées par les entreprises françaises.

  • Le potentiel de développement du télétravail est énorme pour certaines professions. Il pourrait concerner 40 à 50% des emplois d’ici dix ans. Certes, toutes les fonctions ne sont pas « télétravaillables », mais le potentiel de diffusion pour les métiers liés aux TIC peut être à lui seul extrêmement large.

  • Concernant le congé maternité ou l’arrêt maladie, il n’est pas question que le télétravail les remettent en question. « Il peut néanmoins être source de progrès social avant ou après le congé maternité » explique le rapport. Exemples : permettre à la future maman d’éviter le temps de transport pour se rendre au travail, ou au salarié physiquement empêché de se rendre au travail (par une entorse ou autres) de l’exercer malgré tout depuis chez lui. Dans ces cas, le rapport préconise de ne pas légiférer, mais d’encourager les entreprises à mettre en place de bonnes pratiques et à rendre possible un télétravail partiel pendant ces périodes, et ce en accord avec le travailleur.

Dernière précision intéressante du rapport sur une question d’actualité : « le télétravail n’est pas toutefois spontanément destiné à favoriser l’emploi des seniors », bien au contraire, puisque le rapport souligne que les plus de 45 ans, en particulier les français, ont tendance à privilégier « le contact avec le collectif de travail ». Cela pour rappeler que le télétravail ne réglera pas tout : il ne résoudra pas les problèmes de chômage, il ne s’adresse pas à tous, et exclut même certaines populations… Mais son développement apportera des solutions concrètes qui participeront au développement durable et à la conciliation vie privée/vie professionnelle, deux enjeux majeurs de la société actuelle qui demandent chacun des adaptations indispensables de la part des entreprises.

Télécharger le rapport complet sur le site du Centre d’Analyse Stratégique.

  • A lire également : « Excellent rapport sur le développement du télétravail ! » sur Zevillage.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Véronique
    2 décembre 2009 - 8h47

    Bien utile ce rapport pour mieux cerner la problématique et développer cet usage (même si, effectivement comme tu le soulignes dans ta conclusion: à utiliser dans des cadres précis).

  2. Cindy
    8 décembre 2009 - 18h15

    Merci pour cet article très intéressant.

  3. Teletravailleur
    17 décembre 2009 - 12h03

    Aujourd’hui suis tombe sur ce site expliquant ce qu’est le teletravail salarie: http://www.village-justice.com/arti
    Bonne lecture
    Eric

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.