Fermer
menu

Alternance : trois jeunes témoignent

 

Un pied à l’école, l’autre dans l’entreprise. La formule de l’alternance est un excellent moyen de se frotter à la vie professionnelle et d’assurer un revenu aux étudiants. Ces derniers gonflent également par ce biais leur CV avant d’entrer véritablement sur le marché du travail.Trois alternants nous font part de leur expérience ; ils reviennent sur leur parcours, les atouts de l’alternance ainsi que leur projet professionnel à terme.

 

000Picto-temoignages (2)

Jessy, 23 ans, alternant en système réseau, a choisi dès l’année du
baccalauréat de poursuivre ses études en contrat de professionnalisation. Un moyen de se frotter à la vie active et d’être financièrement autonome.

« Pour moi, le but premier de l’alternance c’était la possibilité d’être rapidement autonome en touchant un salaire juste après le Bac. J’ai donc démarré un Bac +2 en alternance avant de poursuivre mes études à Bac +4, toujours en tant qu’alternant. La deuxième motivation était liée à la première : entrer le plus vite possible dans le monde du travail afin d’être plus rapidement opérationnel ensuite sur le marché de l’emploi. Je pense maintenant pouvoir dire que c’est le cas. A 23 ans, je vais sortir des études avec un niveau Bac+4, quatre années d’expérience professionnelle et tout ce que cela implique : travail en équipe, autonomie et les nombreuses compétences nécessaire à la vie en entreprise. J’ai également appris à me vendre : pour mon poste actuel, nous étions 6 alternants à candidater…

« Il faut jongler entre l’école et l’entreprise »

Ces quatre années m’ont aussi appris à jongler entre ces deux mondes que sont l’entreprise et l’école. A chaque fois, le retour dans l’un ou l’autre implique de se remettre dans le bain. Ce sont deux rythmes bien différents. Les premiers jours sont toujours un peu durs. Autant l’entreprise me semble plus bénéfique en termes d’apprentissage, autant je suis de plus en plus conscient que l’école m’a permis d’être meilleur dans l’entreprise.

L’alternance implique aussi une certaine rigueur : le soir après une journée de travail, il faut encore se replonger dans les cours. Le fait d’être coupé de l’entreprise pendant quelques semaines n’aide pas non plus toujours à se faire une place. Pour certains, je suis encore perçu comme un stagiaire alors que je touche un salaire et que j’ai les mêmes droits et statuts que les employés. Dans tous les cas, ça m’a toujours paru être une très bonne formule : ma formation est rémunérée et quand je candidaterai à un emploi, je pourrai faire valoir une véritable expérience professionnelle ».

Tiphaine, 25 ans, BTS communication en contrat de professionnalisation alternance, a commencé par la faculté avant de se réorienter. Cette reconversion, dans un premier temps contrainte, lui apparaît aujourd’hui comme un véritable plus sur son CV.
« Une fois mon Bac en poche je me suis inscrite en fac de Droit. J’y suis restée deux années durant lesquelles je ne me sentais pas vraiment à ma place. Quand j’ai voulu me réorienter dans la communication, ma famille a fait pression pour que je suive un BTS en alternance. Si cette décision était dans un premier temps imposée, je suis aujourd’hui consciente d’avoir énormément appris durant cette période d’apprentissage. J’ai pu intégrer un grand groupe, ce qui me semblait plus intéressant qu’une petite structure où l’encadrement ne suit pas toujours. Et contrairement à une petite entreprise, je pense que cela a plus de poids sur un CV.

« Parfois j’ai l’impression d’être sous-payée pour un job à plein temps »

Mon rapport à l’entreprise a parfois été ambigu durant l’alternance. Autant le fait de me voir confier des missions me semblait valorisant, autant ma paie de 700 euros me semblait dérisoire pour exercer le travail d’un salarié à temps plein.

Mais une fois mon BTS en poche et cette expérience professionnelle passée, j’ai compris l’apport de l’alternance. Je ne suis pas une jeune diplômée qui candidate à un emploi mais une jeune professionnelle ayant déjà acquis certains réflexes utiles en entreprise. En étant plongé dans le monde de l’entreprise, on apprend plus vite que les autres étudiants à sortir de notre coquille et développer des rapports professionnels avec d’autres collègues. Cela m’a aussi permis de me constituer un premier réseau qui me servira probablement plus tard dans ma vie professionnelle ».

Alexandre, 24 ans, est administrateur réseau, alternant dans une société spécialisée dans le parapétrolier. A la fin de son alternance, il poursuivra comme salarié dans l’entreprise.
« A la sortie du lycée, j’ai obtenu un DUT (Bac+2). Pour la licence, je souhaitais travailler en alternance afin de ne plus dépendre financièrement de mes parents. J’ai très vite trouvé qu’il était plus intéressant d’être actif en entreprise plutôt qu’assis toute la journée sur une chaise à écouter un professeur. D’ailleurs, même s’il est parfois difficile de concilier travail en entreprise et travail le soir pour l’école, j’ai toujours privilégié le cadre professionnel, d’autant que j’ai certaines facilités en cours.

Ma première année d’expérience en entreprise a eu lieu dans une grosse société spécialisée dans l’énergie nucléaire. Mon père qui y travaillait avait à l’époque soutenue ma candidature. Actuellement, je travaille dans une PME dans le secteur parapétrolier. J’avais envoyé de nombreux CV un peu partout avant d’être pris dans cette société. Et j’ai même dû passer plusieurs entretiens pour ce poste.

« J’ai eu plus de responsabilités en PME que dans une grosse boîte »

Si je devais comparer les deux expériences, très clairement la deuxième est plus enrichissante. Dans une grosse structure, tu dois faire la tâche qui t’es confiée. Aujourd’hui, j’ai au contraire bien plus de responsabilités et d’autonomie dans mes attributions. Par exemple, je mène le système d’informations de l’entreprise comme je le souhaite. C’est à mon sens la vraie différence d’avec un stage, où l’élève est bien plus passif. Là en tant qu’alternant, on est considéré comme un salarié.

C’est d’ailleurs le point fort de l’alternance : prendre des responsabilités, rendre des comptes, s’adapter au rythme de l’entreprise. Ce n’est pas toujours évident les premiers mois. Le fait qu’à la fin de tes études, tu puisses vendre tes expériences professionnelles représente également un énorme plus sur le CV. Moi, j’ai la chance de ne pas avoir à candidater : à la fin de mon contrat, il est déjà prévu que je sois embauché ».

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Clic
    21 mars 2014 - 12h39

    L’alternance a été pour moi très bénéfique. Je n’ai fait qu’un an durant mon Master, mais c’est une expérience reconnue ! Bien plus qu’un stage en tout cas.

  2. Ouaissa Imad
    22 mars 2014 - 19h49

    Bonjour , Je me permet de laisse un commentaire car je suis en recherche active d entreprise pour la rentrée de septembre et ce serait une chance pour moi de trouver . Quelqu ‘un n aurait il pas des pistes ?
    Merci d avance
    Mr Ouaissa Imad

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.