Fermer
menu

Travailler depuis un café : gare à votre productivité !

TravailterrassecafeDans les entreprises, les salariés nouent des relations autour de la machine à café. A la terrasse des cafés, les indépendants travaillent ! Pour certains freelance, ce lieu de sociabilité est en effet un bon moyen pour rompre avec l’isolement de leur appartement et, qui sait, peut-être nouer d’autres types de relations avec ceux qui fréquentent leur bistrot favori…

Mais cette solution a ses limites, révèle une enquête Regus. Ainsi, 79% des Français qui travaillent dans les cafés regrettent d’avoir à surveiller en permanence leurs effets personnels et 62% sont gênés par les bavardages ambiants. « De plus en plus d’experts louent les vertus du travail dans les cafés en soulignant notamment que contrairement aux télétravailleurs, ceux qui y vont pour avancer sur leurs dossiers ne souffrent pas de la solitude ou de l’isolement. Notre étude révèle cependant qu’elle n’est pas forcément tenable sur le long terme, car la productivité et le confort des collaborateurs peuvent en être sérieusement affectés », explique Frédéric Bleuse, Directeur Général France de Regus.

Un café, du wifi !

Le café est une solution pratique pour sortir de chez soi et se connecter gratuitement à Internet. Le site uncafeduwifi.com recense d’ailleurs les meilleurs bars pour « travailleurs mobiles ». Pourtant, parmi les 26.000 collaborateurs interrogés par la société Regus et travaillant à la terrasse des cafés, « 79% regrettent de devoir sans cesse faire attention à la confidentialité de leurs documents et de leurs conversations ». Un chiffre qui monte à 90% pour ceux exerçant une activité en lien avec le secteur de la banque/finance.

Le bruit est également une source de dérangement pour 67% des Français lors de leurs appels téléphoniques avec des clients. Ce qui, sans surprise, nuit à la productivité des télétravailleurs.

Un manque de matériel professionnel et de confort

D’autres problèmes affectent le travail des actifs nomades. Plus de 60% déclarent ainsi manquer de ressources matérielles (scanners, photocopieuses, fax, etc.) et « 44% des personnes interrogées déplorent l’incapacité à faire des vidéoconférences ». Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, la société Regus, qui loue des bureaux équipés en centres d’affaires, estime que les freelance préfèrent suite à l’expérience du travail dans un café opter « pour des tiers-lieux tels que les centres d’affaires ou les business lounges. Il s’agit d’un bon compromis pour gagner en flexibilité, être plus proche de son domicile et passer plus de temps avec ses proches, tout en étant productif et en travaillant dans un environnement professionnel ».

Et peut-être aussi éviter de se faire voler son outil de travail. L’institut américain Poneman, cabinet de conseil sur la cybercriminalité, a évalué en 2009 le coût d’un vol d’ordinateur à 36.467 euros. Un montant qui s’expliquerait notamment par la perte des fichiers clients et des informations concurrentielles découlant de la violation des données…

Lire aussi l’étude de l’Atelier de l’Emploi (ManpowerGroup) : Coworking et tiers-lieux : les communautés de la mobilité

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Audrey
    19 mars 2013 - 15h33

    Vous trouverez sur ce lien une alternative au café et à l’isolement. Venez découvrir de nouvelles manières de travailler chez WOrk in PAU : espace de travail partagé, salles de réunion, espace détente, cuisine…tout est fait pour le bien être du travailleur dans un environnement propice à la réussite, à l’échange et à la créativité :
    http://www.hebdo-plus.fr/10_infos-b

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.