Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

9 bonnes raisons de travailler dans une startup

Au sortir des études, plusieurs voies s’ouvrent à vous : travailler dans un grand groupe avec des avantages intéressants et un plan de carrière tout tracé, dans une PME, un choix professionnel qui permet de s’épanouir et de cultiver une certaine polyvalence. Mais il y a aussi un autre chemin, plus aventureux, plus dangereux peut-être : pousser les portes d’une start-up. Voici quelques raisons, subjectives, pour vous décider.

Start-up

1. Les start-up, c’est l’avenir

Bien sûr, il y a les bonnes et les mauvaises start-up, mais globalement, le web notamment reste l’avenir de l’économie. Le numérique représentera à terme des milliers de postes qualifiés en France, c’est l’un des rares secteurs à être créateurs d’emplois. Avec 25% de postes créés entre 2001 et 2011, le numérique est deux fois plus dynamique de l »économie classique et d’ici 2018, il devrait générer 36.000 emplois en France. A elle seule l’économie des applications smartphones devrait aussi générer plusieurs millions d’emplois directs et indirects en Europe.

2. L’ambiance de travail est réputée pour être « cool »

L’esprit start-up n’est pas une légende. Il y a des valeurs partagées, mais surtout une ambiance de travail détendue. On peut tutoyer le patron et même le battre au baby-foot sans se faire virer le lendemain (enfin ça peut arriver quand même). Et puis dans une start-up c’est Friday-web tous les jours, jean-baskets c’est toléré, c’est presque devenu un uniforme professionnel. Le meilleur exemple c’est Mark Zuckerberg qui porte le même t-shirt depuis la création de Facebook.

3. Les locaux sont design et bien placés

Les start-up ont compris que leurs employés ont besoin d’être bien installés pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Certaines start-up ont commencé dans un garage, d’où peut-être le goût des dirigeants pour les lofts et la déco industrielle. Les start-up rivalisent d’imagination pour offrir de belles salles de pauses, des bureaux ouverts et colorés. On s’y sent tellement bien qu’on se croirait à la maison !

4. Une start-up, c’est comme une famille… sans les parents

La moyenne d’âge dans une start-up tourne autour de 30 ans en général. Les seniors, on a rien contre, mais travailler dans une start-up c’est prolonger un peu l’ambiance campus, entretenir l’esprit de camaraderie comme dans une promotion à la fac ou dans une école… Tout le monde est dans le même bateau et on se sert les coudes. La hiérarchie est aussi souvent plus plane que dans une grande boîte traditionnelle. Vous pouvez même être ami avec votre boss sur Facebook sans trop de risque !

5. Faire la fête au bureau, c’est permis

C’est sans doute un peu cliché, mais faire la fête avec les collègues dans l’open space, c’est un peu la marque de fabrique des start-up. Les levées de fonds ne servent pas uniquement à acheter du champagne ou des macarons, mais ça fait partie de l’ambiance : on ne compte pas ses heures et on a bien le droit de se distraire un peu en prolongeant la journée de travail jusqu’au bout de la nuit.

6. On a le droit à l’erreur

Le droit à l’erreur revient souvent dans les discours des start-uppers. En France on ne comprend pas toujours cet aspect typique du pragmatisme anglo-saxon appliqué à l’entrepreneuriat. Une start-up n’a pas le droit de se tromper dans son business-model ou dans le produit innovant qu’elle doit proposer au marché. En revanche, elle doit être suffisamment agile pour pouvoir changer rapidement de méthode de travail, ou radicalement de technique de vente si c’est nécessaire. Cette remise en question permanente est un excellent apprentissage pour les jeunes diplômés.

7. La méritocratie existe vraiment

Dans les startups, rien n’est jamais acquis, l’économie du web va vite, très vite. Une start-up peut s’écrouler ou décoller du jour au lendemain, et votre carrière aussi. Faire ses preuves dans un écosystème où le changement perpétuel est la règle n’est pas une mince affaire, mais c’est souvent payant : les profils atypiques, les passionnés et les autodidactes ont leur place dans ces entreprises où la performance compte plus que les diplômes.

8. Avec un peu de chance, on peut tomber sur une pépite

Evidemment les success story comme Instagram, Facebook, ou même Criteo pour prendre un exemple français, n’arrivent pas tous les jours. Mais si vous faites le choix de la bonne start-up, avec un peu de chance, la petite entreprise peut se métamorphoser en grosse machine en quelques années seulement ou être rachetée des milliards par un géant du web. Et le maigre salaire de départ sera vite oublié si vous avez eu des stock-options dès le début de l’aventure.

9. L’écosystème startup français est dynamique…

French-techOn parle souvent du retard français dans plein de domaines. Ce n’est pas le cas dans le web. Certes, on ne peut pas comparer avec la Silicon Valley, mais les start-up made in France n’ont pas à rougir face à la concurrence internationale. Le label French Tech devrait encore encourager les entrepreneurs à se lancer dans cette économie d’avenir. Neuf métropoles (Lille, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes) ont été labellisées en France pour montrer le dynamisme de leur écosystème.

Et les startups françaises s’exportent bien également. Lors du prochain grand rendez-vous de l’économie numérique mondiale, le CES (le Consumer Electronics Show) qui se déroule en janvier à Las Vegas, une importante délégation française sera présente. 66 start-up frenchys seront présentes dans la partie Eureka Park (sur un total de 294 exposants), un tremplin réservé aux jeunes pousses innovantes. La révolution digitale est bien en marche, à vous de voir si vous voulez en faire partie !

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Oufmanup
    26 janvier 2015 - 23h40

    C’est franchement dingue de conseiller à des gens de bosser dans des startups !

    Tu comptes pas tes heures, tu es payé une misère durant des mois (pour peu que tu sois autre chose que stagiaire) et quand la boite ferme ou est vendue… tu t’es défoncé pour rien vu que tu n’auras rien.

    Ce domaine est une misère en France, les startups contribuent à fabriquer des jeunes précaires.

  2. Aurélien
    6 février 2015 - 11h06

    Travailler dans une startup ça te permets surtout de progresser énormément étant donné que tu auras plus de chances de toucher un peu à tout. Et la réussite de l’entreprise dépend de chaque personne travaillant dedans, si la boite se plante c’est de ta faute également 🙂

  3. Arnaud
    26 mars 2015 - 11h03

    Ca existe aussi des startups de quadra ?

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.