Fermer
menu

Quitter son travail : la position du démissionnaire

000picto temoignages  2Abandonner, abdiquer, renoncer, se dérober… Le champ lexical autour de la démission ferait passer les salariés qui quittent le navire pour des couards. Pourtant, cette décision est loin d’être anodine et demande une bonne dose de courage. La preuve : si un tiers des salariés déclarent vouloir démissionner, à peine 10% d’entre eux passent à l’acte, selon une étude du cabinet Mercer parue en 2011. Outre la question de l’avenir, pour ceux qui osent quitter leur entreprise, il faut aussi faire face à la réaction de la hiérarchie, au jugement des collègues ou encore des proches. Afin de comprendre l’état d’esprit du démissionnaire, Mode(s) d’emploi a interrogé trois salariés en instance de divorce de leur société…

Thibault : « de longues nuits d’insomnie »

Tray of eggsChef de produits mobiles, Thibault intégrera au mois de mai, en tant que salarié, une exploitation familiale avicole (production d’oeufs de consommation). Loin, très loin du monde des applis mobiles pour cet ancien Parisien.
« La démission précédente m’a permis de quitter Paris et de me rapprocher de ma famille. Si le poste que j’occupe actuellement est intéressant, j’ai choisi de le quitter pour saisir une opportunité de carrière vraiment différente. J’ai énormément réfléchi avant de prendre ma décision. Entre le moment où j’ai commencé à y songer et la remise de la lettre de démission, il a bien dû s’écouler trois mois. Ce fut une période intense de réflexions, de longues nuits d’insomnie à peser le pour, le contre. D’autant que dans la période actuelle, ça n’est pas facile de lâcher un CDI et il suffit de passer une excellente journée au travail pour douter. Heureusement, ma femme m’a particulièrement encouragé à réaliser mes envies. Une fois la décision mûrie, il m’a encore fallu deux-trois semaines pour l’annoncer à ma direction. Durant ce laps de temps, j’avais la sensation de ne pas être honnête : les collègues parlent des projets à venir et il faut donner le change. Au final, tous les interlocuteurs de la société ont compris mon choix. Il m’a simplement été demandé de rallonger de quelques semaines ma période de préavis afin de ne pas planter l’équipe. Personnellement, j’aurais préféré quitter l’entreprise un peu plus tôt mais je ne pouvais pas partir comme un voleur. Et puis je ne sais pas ce qu’il va se passer dans les mois, les années à venir. Si jamais je réalise que je n’ai pas fait le bon choix, j’aurais peut-être l’envie de retrouver ma situation actuelle. Autant rester en bons termes avec son employeur… »

Frédéric : « je sature de la fonction publique » *

Hand holding keyLa sécurité de l’emploi, il connait bien. Trop bien peut-être. Alors qu’il occupe un poste d’administratif dans une Université parisienne, Frédéric souhaite aujourd’hui se tourner vers le privé. « Trop protocolaire », la fonction publique ne lui convient plus.
« Je suis issu du monde du spectacle, je n’ai jamais eu de vocation particulière à travailler dans la fonction publique. Quand j’ai passé un concours il y a plus de dix ans, il s’agissait avant tout de faire plaisir à ma femme en accédant à un emploi stable. Aujourd’hui, je sature de ce système idiot, où l’évolution professionnelle tient à l’ancienneté plutôt qu’au mérite. Je prépare depuis longtemps ma reconversion dans la communication, en tant que free-lance ou à défaut comme salarié. J’espère pouvoir annoncer ma démission d’ici le mois d’avril, une fois mon projet véritablement abouti. En pratique, cela peut être refusée mais dans les faits ça n’est jamais le cas. Par contre, la réponse peut mettre 4 mois à arriver… Autant ma femme comprend que je n’en puisse plus, autant ma famille, mes proches ont essayé de me dissuader de quitter la fonction publique. Ça leur semblait inimaginable de lâcher un emploi à vie. A mon sens, le plaisir pris au travail compte bien plus que cette sécurité. Je ne prétends pas être totalement détaché, j’ai régulièrement des phases de doutes et je suis conscient que je connaîtrai des périodes de vache maigre. Mais l’envie de progresser, de me réaliser au travail comptent plus que cela. Cette simple idée suffit à me réconforter et à consolider mes choix. » (* le prénom a été modifié)

Carole : « je gagne bien ma vie mais je n’en profite pas » *

Childhood nostalgia teddy bearPour Carole, commerciale en Aquitaine, quitter son entreprise est un choix avant tout familial. Alors que son mari a repris une boutique de jouets il y a environ deux ans, ils vont bientôt travailler de concert.
« Dès le départ, nous savions qu’en fonction de l’essor de la boutique se poserait la question de travailler ensemble. Le succès étant au rendez-vous, nous n’avons pas réfléchi longtemps. En à peine une semaine j’ai annoncé cette décision à mon employeur. Je ne voulais pas faire de mystère, je préférais que tout le monde soit au courant le plus vite possible de mon départ. Afin d’assurer mes arrières, j’ai tout de même négocié une rupture conventionnelle, laquelle a été acceptée. Il y a eu ensuite une période de flottement d’environ un mois avec mon employeur avant de trouver un compromis sur la date du départ. Comme je souhaitais avancer sur le site internet qui complétera la boutique physique de mon mari, j’ai également stipulé que si les choses mettaient trop de temps à se décanter, j’aurais besoin d’un « 80% ». Finalement, je quitte officiellement mes fonctions seulement en juin 2013, le temps que la société trouve mon remplaçant. Dans un échange gagnant-gagnant avec mon employeur, ma semaine a été écourtée d’un jour, en partie grâce à mes congés payés, tout en conservant 100% de mon ancien salaire. Malgré les projets à venir, je me sens encore impliquée à 100% dans mon travail actuel. Je reste curieuse de la stratégie de l’entreprise et dans tous les cas, je sais que j’aurais toujours de l’attachement pour la société et mes collègues. Cette période de transition est finalement rassurante. Je n’imagine pas faire mes adieux, mon carton sous le bras… Pour le reste, nous sommes plutôt des fonceurs avec mon mari. Aujourd’hui je gagne bien ma vie mais je n’en profite pas. Ça n’est pas ma philosophie : je préfère gagner moins d’argent mais consacrer plus de temps à mes enfants, à ma famille. Maintenant, on ne peut que nous souhaiter que cela fonctionne ! » (* le prénom a été modifié)

Vous comptez démissionner ou vous avez démissionné, venez témoigner.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Fracasx
    29 janvier 2013 - 10h10

    En effet je connais bien pour être dans ce cas, maintenant la décision se base aussi sur la notion de bien être et les perspectives d’évolution. Mais en effet c’est tout sauf facile surtout dans le contexte actuel, et beaucoup aussi en France.

  2. celivera
    31 janvier 2013 - 2h22

    J ai quitté mon entreprise , Grosse société avec plein d’avantage , aprés 13 ans de vie commune . Cela a été très difficile , personnellement et professionnellement ,car un lien se crée , cela parait stupide , mais c’est comme un divorce . Parfois j’ai la nostalgie , mais mes attentes humaines n’étaient plus en accord . Allez travailler sans enthousiasme est encore plus déprimant . Il est très courageux de passer à l’acte , un conseil avant de le faire , trouver un autre emploi , et en espérant qu’il soit en adéquation avec vos attentes !!!

  3. Youssef
    2 février 2013 - 4h29

    Il s’agit d’une décision difficile à prendre. D’ailleurs un grand nombre de personnes souhaitent changer d’emploi mais n’osent pas se lancer.

  4. barbarella
    14 février 2013 - 10h55

    Cela fait 1 an que j’ai quitté l’entreprise où j’ai évolué pendant 20 ans et du jour au lendemain tout bascule dans le néant on vous fait pleins de reproches tout ça car j’ai été la seule à dire tout haut ce que les gens pensaient tout bas sur une personne avec qui je travaillais et mon supérieur m’a tourné le dos, sous cachet limite dépression j’ai tout abandonné sans pouvoir me battre. J’avais de très bonnes relations avec mes collègues pendant 3 mois impossible de chercher du travail maintenant je ne sais plus si j’ai fait le bon choix je suis perdue des fois j’ai des idées noires j’ai toujours l’espoir de m’en sortir mais j’ai peur de perdre mon mari et le reste de dignité. Le temps passe très vite et l’avenir me fait peur mais comment font les personnes seules sans ressources maintenant que je ne suis plus dans le train boulot dodo je comprends toute cette détresse et c’est très dur on croit toujours que cela nous arrivera jamais et pourtant j’en suis là aussi.

  5. un ange passe
    17 février 2013 - 1h30

    Ce message est spécialement pour Barbarella, et ceux et celles qui sont dans un cas analogue.
    Il n’y a pas de solution miracle unique, c’est connu, cependant j’en ai tout de même trouvé une qui s’en rapproche, ou du moins qui donne DES solutions :
    CALCULER, SE REPLONGER DANS L’ETUDE DE LA MATHEMATIQUE !
    (Et non les maths, car il y a UNE cohérence mathématique)
    Avant de zapper, cela prend quelques secondes, lisez ce message, en particulier ceux qui se disent « les maths ce n’est pas pour moi » à cause de notre système éducatif français idiot (cette expression n’existe qu’en France) :
    J’ai réussi des concours, démissioné de la fonction publique, reconverti d’électricien en bâtiment vers tecnhico-commercial, les deux formé sur le tas, puis viré, puis démissioné, puis repreneur de commerce, puis gérant(de paille) associé. Enfin je me suis stabilisé depuis 10 ans comme assistant d’agence d’intérim. Cependant on se fout de moi en me payant comme simple employé de saisie et ai failli démissioner 5 fois. Et finalement j’ai compris :
    la solution c’est calculer, c’est faire de la mathématique, ceci compris au SENS LARGE, c’est faire abstraction du réel superficiel pour en revenir à l’essentiel profond. Si la « crise » (et elle a un sacré bon dos bien calculé la crise!) existe c’est à cause des super profiteurs financiers et industriels qui sont en même temps les super calculateurs qui maîtrisent les mathématiques de haut niveau avec des ordinateurs super puissants. Un moyen de s’en sortir, c’est de reprendre votre propre pouvoir de calcul, car aujourd’hui la science mathématique touche quasiment tout, et la chance unique à notre époque c’est qu’elle est accessible à tous.
    Calculer VRAIMENT c’est autant à l’opposé de la froideur sèche de l’enseignement poussiéreux des anciens temps, que des cours de bas niveau qui se veulent « pédagogiques » dans certain programmes scolaires actuels. Faites vous plaisir ! : achetez le livre merveilleux de Cédric VILLANI – médaillé Field 2010 – « Théorème vivant » de chez Grasset (19 Eur.) où il raconte et exprime sa vision des choses.
    La mathématique c’est infiniment plus que additionner des Euros et résoudre des problèmes de triangles. Depuis l’antiquité elle jaillit du tréfond de l’esprit humain et à notre époque elle appréhende jusqu’à l’essence de notre psychée.
    La mathématique est la base essentielle de notre monde « moderne », mais elle est aussi une approche profonde de la nature extraordinaire qui en est la matrice. Lisez ce livre, puis actualisez vos connaissances en math, allez dans une bibliothèque et plongez vous dans des cours de haut niveau pour faire comme une expérience zen, appréhendez ce qui vous manque et faites le point.

    Comme après un voyage au loin vous vous sentirez raffraichie, rajeunie, et là vous pourrez commencer à chercher votre nouvel emploi.
    Car chercher un emploi c’est faire une étude de marché et cela se calcule, s’appréhende et se programme avec un regard précis et calme.
    Et au bout du compte, vous verrez qu’au coeur de tout cela il y a aussi quelque chose qui se nomme : Amour.

2 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.