Fermer
menu

Travail et vie privée, l’équilibre impossible ?

Après la Charte de la Parentalité, c’est l’Observatoire de la Parentalité en entreprise qui sera inauguré jeudi 20 novembre 2008. L’occasion de se pencher sur une question fondamentale : l’équilibre vie privée/vie professionnelle est-il possible ? En tous cas, le sujet est certes au cœur des préoccupations mais également des politiques territoriales. Et rassurons-nous, de nouvelles solutions émergent…

Concrètement, la Charte de la Parentalité en Entreprise prévoit pour les entreprises signataires entre autres de développer les crèches d’entreprise, de mieux accompagner les congés maternité, ou de « réfléchir » au congé parental pour les pères (c’est toujours mieux que rien…). Car derrière l’ambition de chacun de concilier vie privée et vie professionnelle, la maîtrise du temps social est devenue un véritable enjeu de société.

« Globalisation, accélération de l’économie et des transports, généralisation du travail féminin, (…) sont des facteurs ayant de fortes répercussions sur la maîtrise du temps de chacun » selon Pascaline Gaborit dans l’ouvrage « Genre, temps sociaux et parentés » paru en 2008. Autant de causes qui rendent difficile l’équilibre entre les temps dédiés au travail, à la famille, et ne parlons pas du reste (vie associative, sportive, etc.) ! L’auteure propose, outre des stratégies de conciliation, un aperçu de toutes les politiques européennes mises en œuvre pour pallier à ce problème.

L’heure est aux politiques temporelles

Car si le programme de la charte de la parentalité se penche sur le rythme de vie des parents-salariés, de nombreuses institutions publiques planchent déjà sur les politiques temporelles. « Harmoniser les temps sociaux » pour la ville de Rennes, « la concordance des temps » pour Angers ou « management urbain » pour Lyon qui a son Espace des Temps, les enjeux sont collectifs et passent notamment par des améliorations en termes d’équipements et de services. Concrètement, cela passe notamment par un meilleur accès aux services publics et privés (plus de fluidité dans les horaires) et par des modes de transports mieux adaptés. Plusieurs villes telles que Paris (et ses arrondissements), Rennes et bientôt Strasbourg se sont d’ailleurs équipées d’un Bureau du Temps pour analyser les rythmes de vie de ses usagers.

Au cœur de cette problématique temporelle, le télétravail apparait comme une alternative non négligeable, puisqu’il fait l’objet d’une proposition de loi d’octobre 2008 visant à le promouvoir. Une promotion nécessaire pour un mode de travail qui peine à décoller, puisqu’en 2003, le télétravail représentait seulement 7% de la population active. Il est bientôt fini le temps perdu dans les transports à multiplier les trajets…! Et en plus, c’est écolo ! Comme dit un proverbe chinois : « À qui sait attendre, le temps ouvre ses portes ». Alors attendons de voir.

A consulter : le billet « Comment font-elles ? » sur le blog En aparté, avec de nombreux témoignages de femmes sur le sujet de la conciliation vie privée et vie professionnelle.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. BJC
    18 novembre 2008 - 21h46

    Je ne dirais pas que l’équilibre est impossible mais difficile certainement. Je vais prêcher pour ma paroisse et confirmer que le télétravail est un compromis appréciable. Il m’a permis par exemple d’allaiter mon enfant jusqu’à 8 mois (ouf !) sans pour autant avoir d’impact sur mon travail.

    Mais :
    1/ qui dit télétravail dit confiance (d’un côté) et autonomie (de l’autre)… pas facile… Peu de patrons sont prêts à faire confiance, ils préfèrent l’autonomie sous contrôle. Peu de salariés peuvent se passer du contact social quotidien ou sont assez sérieux pour travailler véritablement et ne pas (trop) en profiter…
    2/ je ne pense pas qu’il apporte l’équilibre au vrai sens du terme : il est très facile de tomber dans les extèmes et voir un travail passionnant, prenant ou encombrant prendre beaucoup de place à la maison… et même plus qu’au bureau ! Et oui, pendant que Mr regarde le foot, on a tendance à boucler un dernier dossier. En période de solde, on travaille le soir à la fermeture des magasins. On emmène le fiston à l’ecole, on rentre travailler et on oublie de déjeuner jusqu’à la sortie de l’école…

    Je pense que je n’ai jamais autant travaillé que depuis que je fais du télétravail.. Donc l’équilibre n’est pas là. Je n’ai jamais été aussi satisfaite de mon travail ! et l’equilibre est peut être dans l’épanouissement ?

    Bon j’arrête parce que je suis intarissable sur le sujet 😉
    Merci Priscilla de tous ces billets très intéressants !

  2. Priscilla
    19 novembre 2008 - 9h39

    Tout à fait d’accord. Le télétravail est présenté comme une alternative mais ne constitue sûrement pas LA solution (à moins d’être encadré, mais là, est-ce encore du télétravail…), car comme tu dis, travailler chez soi, c’est parfois faire déborder le travail sur sa vie privée et là…il n’y pas plus d’équilibre ! Toutefois, c’est aussi à chacun de faire que cela n’arrive pas, (mais plus facile à dire qu’à faire !). Il apporte toutefois souvent un avantage, en présentant des horaires plus flexibles. Du coup, tous n’ont pas le même rythme et se croisent, (les « temps sociaux »), donc moins de temps passé pour chacun dans les transports, aux courses, etc. Enfin c’est ce vers quoi les politiques temporelles doivent un jour nous mener. Mais est-ce vraiment réalisable, c’est la grande question !

  3. Priscilla
    19 novembre 2008 - 9h42

    D’ailleurs, une interview à ce sujet, celle du fondateur de télétravail.fr :

    http://www.femmes-emploi.fr/article

  4. BJC
    19 novembre 2008 - 18h01

    Je reviens de lire cet article…. Heureusement que le télétravail est plus diversifié que cela et ne se résume pas à la téléprospection qui est un métier difficile et usant que ce soit dans des centres d’appels ou à domicile.
    Je ne suis pas d’accord quand Matthieu Billette parle des indépendants qui pour moi sont des professions libérales ou micro entreprises. Les télétravailleurs sont salariés d’une entreprise et non à leur compte.
    J’espère qu’il a raison quand il dit que ce concept va prendre de l’ampleur en 2009…

  5. Gaëlle
    19 novembre 2008 - 18h44

    Petit mot pour BJC : si je peux me permettre quelques réflexions (je suis l’auteur de l’article sur femmes-emploi !) , le télétravail salarié peine à se développer (cf. cet article http://www.femmes-emploi.fr/article…) et il se trouve que le télétravail indépendant reste la voie royale pour ceux et celles qui veulent télétravailler. C’est pour cela que j’ai interviewé MB sur cette forme de télétravail. Et il se trouve (là aussi c’est la réalité ) que la grande majorité des offres concerne le secrétariat et la prospection.
    Pourtant, nous sommes tous d’accord qu’il existe plein d’autres métiers possibles en télétravail (rédacteur, traducteur, formateur, graphiste, etc.). Mais les offres sont plus rares.
    Pour ceux qui ça intéresse, je conseille en dehors du site http://www.teletravail.fr, le site http://www.cyberworkers.com.
    Peit mot pour Fabrice : merci beaucoup pour le lien ! 🙂

7 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.