Fermer
menu

Travail du dimanche, l’essayer c’est l’adopter

EtmerdeMercredi les députés ont adopté le texte controversé sur le travail du dimanche après un débat qualifié de « dialogue de sourds ». Résultat, l’ouverture des magasins le dimanche est légalisée dans les zones commerciales autour de Paris, Lille et Marseille (avec des compensations de salaires et de repos). L’agglomération lyonnaise échappe à la loi car apparemment les Lyonnais n’ont pas d’habitude de consommation le week-end…
Mais le point le plus polémique c’est bien l’extension de dérogation à près de 6000 communes situées dans des zones touristiques. Et ce sans compensation de salaire ni de repos. Un système à deux vitesses qui laisse peu de place au volontariat et qui ouvre la voie à une généralisation du travail dominical.
Lors de l’examen du texte la semaine dernière, vous vous êtes exprimés sur cette question du travail du dimanche avec un sondage et de très nombreux commentaires (plus de 850 votes, une trentaine de commentaires sur le billet et 75 sur le module de sondage). Les résultats sont sans appel : près de 75% des votants déclaraient ne pas vouloir travailler le dimanche. Beaucoup de témoignages ont apporté un éclairage intéressant, voici une petite compilation.

 » Pas avec le pistolet sur la tempe « 
Avec un décalage d’abord : beaucoup d’internautes sont pour le côté pratique de l’ouverture des magasins le dimanche mais en même temps ils ne veulent pas travailler ce jour-là. D’où ce commentaire du Squale : « le Français n’est vraiment pas net dans sa réflexion ». Autre remarque qui revient souvent dans vos commentaires, vous êtes prêts à travailler le dimanche à condition que ce soit sur la base du volontariat et payé double. Comme Makaki qui déclare : « je suis d’accord pour un vrai choix laissé aux volontaires et non pas avec le pistolet sur la tempe ». Et c’est tout l’enjeu du travail (pas seulement le dimanche) travailler oui, mais en préservant l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Illustration avec ce commentaire de Hub sous forme d’interrogation : « L’équilibre et la cohésion d’une société dite évoluée ne passe-t-il pas par un temps commun, où chacun puisse se retrouver (amis, famille, sports collectifs, etc.) ? ».
« Ça ne règlera pas le problème du chômage »
Autre argument récurrent, cette fois-ci en faveur du travail le dimanche qui pourrait créer des emplois et encourager l’économie, et en particulier donner leur chance aux chômeurs, jeunes, étudiants ou séniors qui seraient plus enclins à travailler ce jour-là. Mais pour Mazurka cet argument ne tient pas : « Je ne vois pas en quoi l’ouverture des magasins le dimanche me donnerait davantage de moyens pour consommer ! ». Confirmation avec ce témoignage de Flo : « En Alsace aucun commerce n’est ouvert ni les dimanches (sauf avant Noël) ni les jours fériés. Les Alsaciens ne vivent pas moins bien, ils ne sont pas moins heureux ni plus pauvres… bientôt les commerces seront ouverts 24h/24 et 7 jours sur 7… ça ne règlera pas le problème du chômage ».
« Etre autre chose qu’un consommateur »
Finalement les commentaires les plus intéressants sont ceux qui élargissent le débat sur la société de surconsommation comme le résume bien Catherine : « Un jour dans la semaine, être autre chose qu’un consommateur, est-ce trop demander ? J’achète donc je suis : la nouvelle religion, l’opium du peuple ? ». Même avis de Karine pour qui « un jour sans consommer, c’est pourtant pas compliqué ! Un jour, pour rester en famille, pour se reposer, pour vivre, fainéanter ! ». Eloge de la paresse ou de la décroissance ? Pas vraiment, un jour de pause, le même pour tout le monde si possible, ce n’est pas du luxe pour Ghislaine : « Préservons au moins cette journée qui permet à des millions de familles qui se disloquent de plus en plus, de se réunir ».

Le mot de la fin suite à plusieurs commentaires : comment on fait pour aller voter si on travaille le dimanche ?

 

A lire aussi sur TerraEco : « Le coût écologique du travail le dimanche ».

 

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Véronique
    16 juillet 2009 - 17h29

    Merci pour l’information et pour cette synthèse, je n’avais pas du tout lu tout ces commentaires.
    J’ai du mal à me faire une opinion vraiment tranchée sur cette question: sur le fond suis d’accord avec la conclusion; en tant que chercheur d’emploi je vois les choses différemment et, si les choses sont cadrées (ie pas comme l’exemple des 6000 communes), effectivement des emplois seront-ils générés (et encore, des emplois d’appoint? pour ceux qui ne trouvent rien, je ne sais pas); en tant que consommateur (oui, aussi), ça m’arrange parfois de trouver un magasin ouvert le dimanche pour des choses ponctuelles. Des travailleurs du week-end, comme il y a des travailleurs de nuit? Comment cela se passe-t-il ailleurs?

  2. Evy
    17 juillet 2009 - 9h30

    Je suis Véronique dans le débat.

    Je n’ai pas encore d’opinion tranchée, j’avoue ne pas m’être posée suffisamment la question, mais ça va venir.

    Moi je m’interroge sur les bénéfices que peuvent obtenir les magasins. Nous, consommateurs, tenons plus que jamais en ce moment à notre porte-feuille. Ainsi donc, un client lambda ira faire ses courses le samedi ou le dimanche et rarement les 2 jours coup sur coup. La création possible d’emplois sera-t-elle suffisante pour créer une nouvelle demande de consommation ?

    Effectivement, un magasin ouvert le dimanche, c’est pratique. Mais si ce n’est pas le cas, on s’arrange, on s’organise.
    Le seul avantage pour la petite agoraphobe que je vois (oui un petit peu, quand y’a beaucoup de monde partout, moi je tourne de l’oeil), c’est qu’il y aura potentiellement moins de monde dans les magasins. Mais point de vue chiffre d’affaire, je doute d’un changement…

  3. FmR
    17 juillet 2009 - 9h41

    Comme vous deux je n’ai pas vraiment d’avis définitif sur cette question, évidemment c’est pratique d’avoir des magasins ouverts le dimanche et cela mettrait fin au « syndrome Michel Drucker » (ce vague sentiment d’ennui qui nous envahi vers 17h le dimanche). Mais en même temps il n’y a pas que la consommation dans la vie. De nombreuses autres questions se posent, la première c’est : est-ce vraiment rentable pour tous les magasins d’ouvrir ce jour-là ?
    Enfin, à titre plus personnel j’ai travaillé pendant plus de six ans les dimanches et jours fériés et je dois dire que malgré les compensations (jour de récup en semaine+ double salaire) c’est assez désocialisant. On peut le faire pendant un temps quand on est jeune et sans trop d’obligations familiales. Et le fait d’être payé double aide grandement à se motiver pour aller bosser ce jour-là.

  4. yvaine
    17 juillet 2009 - 23h16

    Ouvrir les magasins le dimanche celà semble dire que les français travaillent tous du lundi au samedi inclus et qu’ils ne peuvent pas faire leurs courses un autre jour.
    Ces consommateurs du dimanche aimeraient-ils travailler eux mêmes ce jour là, n’avoir aucun jour à partager avec leur conjoint et leur famille?
    Ou simplement pensent ils qu’il n’y a rien de plus attrayant qu’une grande surface pour se promener avec leurs mioches?
    Mais pensent ils que quand le travail du dimanche sera généralisé ils travaillerons eux aussi le dimanche

  5. laurent59
    18 juillet 2009 - 12h18

    Ouvrir le dimanche, c’est ouvrir la boite de PANDORE !!!
    Je travaille dans le commerce, et croyez moi la notion de « volontariat » est de très loin celle que vous trouver dans le dictionnaire. pas plus trad que le 14 juillet, certains magasins de mon groupe ont ouverts, et le personnel n’a pas « eu le choix »que de venir travailler.
    autre question pratique que je me pose : Les jours d’élections comment cela va t’il se passer? croyez vous que nos employeurs nous laisserons aller voter pendant nos heures de travail? ou devrais je me lever à 5 h du matin , le dimanche , pour effectuer mon devoir de citoyen avant d’arriver à l’heure sur mon lieu de travail? (c’est une manière comme une autre de nous priver de nos droits!!!)
    Faisant partie d’une association sportive, comment pourrais je participer aux rencontres de mon club ? ah, j’oubliai que la pratique du sport, au siecle dernier (le 19 eme) était réservé à la noblesse et l’élite!!! encore un moyen de rabaisser le « petit peuple »
    Encore merci votre majesté, M. Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, !!!!!!!!
    et pour finir, à messieurs les députés qui ont votés le travail du dimanche : montrer nous l’exemple : ouvrez vous permanences le dimanche , car vous êtes loin de montrer l’exemple : « faites ce que je dis pas ce que je fais « !!!!!

6 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.