Fermer
menu

Trois chefs d’entreprise imaginent le travail de demain

A l’occasion de la grande messe du digital, VivaTechnology 2017, qui se déroulait à Paris du 15 au 17 juin 2017, Clara Gaymard co-fondatrice du fonds d’investissement Raise, Julien Lesaicherre, le fondateur de Workplace by Facebook et Miguel McKelvey qui a créé l’entreprise de création d’espaces de coworking WeWork, sont tous trois intervenus sur le thème de l’avenir du travail lors de la conférence « Future of work ». Quelles sont les mutations profondes que connaît actuellement le travail ? Va-t-on finir par être remplacés par des machines ? Comment réagir face aux changements qui s’opèrent ? Les dirigeants d’aujourd’hui imaginent le monde de demain.

Quelles sont les évolutions majeures du travail ?

Dans un monde en perpétuelle évolution, notre façon de travailler devrait connaître d’importantes transformations. Ces évolutions doivent être appréhendées de manière différente de ce qui était fait avant : pour Clara Gaymard, la co-fondatrice de Raise, »les anciennes générations avaient l’obsession de tout connaître, tout comprendre ». Mais aujourd’hui, si l’on veut réussir à faire évoluer le travail, il faut « redevenir des enfants » et voir le le marché d’un œil innocent.

Pour Julien Lesaicherre, le Directeur de Workplace by Facebook, l’évolution la plus notable est sans aucun doute notre capacité actuelle à communiquer beaucoup plus facilement avec les supérieurs hiérarchiques de l’entreprise. Pour lui, les barrières sont abolies : « la plus belle opportunité qu’offre l’évolution du travail, c’est la possibilité d’être connectés partout et tout le temps à nos collègues et notre bureau ». Des nouveaux besoins qui ont fait émerger de nombreux réseaux sociaux d’entreprises tels que Workplace, Microsoft Teams, etc.

« Il faut reconnecter les employés entre eux »

Mais la connexion ne fait pas tout… Comme l’exprime Miguel McKelvey, le milliardaire américain fondateur de WeWork : « ll est primordial d’avoir des gens en face de nous et pas seulement des appareils électroniques. Il faut reconnecter les employés entre eux afin de tirer de tous les avantages de travailler les uns avec les autres. C’est en créant une communauté de travailleurs que l’on est le plus efficace : en apprenant des autres, en échangent, l’on est beaucoup plus productifs. »

Un crédo que l’un des patrons les plus influents du monde, le fondateur de Facebook Marc Zuckerberg, partage aisément. Celui-ci n’a pas de bureau et s’emploie à travailler quotidiennement un grand l’open-space auprès de toutes ses équipes.

Machines vs humains : la guerre n’aura pas lieu

A l’heure où « la menace » que les robots nous remplacent un jour est à son maximum, il est temps sz remettre l’humain au cœur de l’organisation des entreprises.Tous s’accordent à dire ce que confirment les études sur le sujet : les métiers vont changer mais les travailleurs ne seront pas remplacés par les machines. « Au mieux, nous pourrons gagner en productivité grâce à elles. Certains emplois artisanaux vont mutés, comme dans l’agriculture par exemple où l’on prévoit une vraie mutation des emplois » analyse Clara Gaymard.

Briser les carcans du recrutement

Si les recruteurs se basent trop sur le curriculum d’un candidat pour savoir s’il pourra oui ou non remplir ses missions, l’on constate malgré tout une évolution dans le bon sens : de plus en plus d’entre eux tablent sur les talents des personnes, et non plus seulement sur leurs études.

Le statut de freelance va également connaître un vrai boom : qu’est ce qui rend le plus heureux un salarié ? Pour Miguel McKelvey, c’est « le rendre libre ». Etre indépendant permet à une personne de travailler pour plusieurs entreprises, où elle veut et à son rythme. « C’est l’avenir du travail » promet le fondateur de WeWork. « C’est la mise en valeur du potentiel humain au service des missions ponctuelles d’une entreprise, tout en lui laissant son indépendance ». Il admet cependant le risque que le travailleur indépendant se sente un peu délaissé par son employeur et pas assez impliqués dans la vie de l’entreprise.

« Nous sommes dans une société où la performance est le plus important » conclut Clara Gaymard. « Mais le plus important est l’harmonie avec les collègues, les clients et les partenaires. Il faut toujours faire en sorte de travailler en équipe, que l’on soit freelances ou salariés. »

(Photo :   et Vivatech)

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Patrick Rey
    23 juin 2017 - 22h34

    Entre indépendance et salariat, beaucoup se prennent les pieds ! Comme ici avec cette remarque détonante : « le risque que le travailleur indépendant se sente un peu délaissé par son employeur et pas assez impliqués dans la vie de l’entreprise ». Le client n’est pas l’employeur, l’employeur n’est pas client.

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.