Fermer
menu

T’es une fille et t’as pas d’emploi ? Non mais halo quoi !

Les inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes tendraient-elles à disparaître ? Selon l’indicateur du taux de chômage tel que défini par le Bureau international du travail*, le nombre d’hommes sans emploi a en tout cas récemment dépassé – certes de peu – celui des femmes. Pour autant, ces dernières sont encore plus souvent confrontées au travail occasionnel, au sous-emploi ou encore à l’inactivité : des facteurs regroupés sous la notion de « halo » du chômage.

Parleamamain

Dans une étude publiée par le Centre d’études de l’emploi, Mathilde Guergoat-Larivière et Séverine Lemière, ont ainsi cherché à « montrer comment un indicateur comme le taux de chômage peut, pour un même niveau moyen, cacher des configurations de situations sur le marché du travail très différentes ». Quand les hommes alternent entre chômage et emploi à temps complet, la situation des femmes est en effet souvent plus contrastée.

Quelle définition du « halo du chômage » ?

Les deux auteurs du rapport Emploi, non-emploi : une analyse hommes-femmes rappellent que le terme de « halo » retient « toutes les personnes classées comme inactives mais qui souhaitent travailler ». En 2014 « parmi les personnes inactives au sens du BIT, 1,3 million souhaitent un emploi sans être comptés dans la population des personnes au chômage au sens du BIT : elles constituent le halo autour du chômage ».

Plusieurs raisons expliquent cette situation. Déjà, le développement des emplois précaires ne permet toujours de faire entrer les personnes dans la case du chômage ou dans la case de l’emploi. Ensuite, de nombreux travailleurs qui souhaiteraient travailler se sentent décourager de chercher du travail parce qu’ils se jugent par exemple être trop vieux pour trouver un emploi ou parce qu’ils ne sont pas disponibles au bon moment. Un dernier facteur où les femmes peuvent être plus représentées en fonction de leur situation familiale.

Hommes-femmes : un accès à l’emploi toujours inégalitaire

Si depuis les années 90, le taux de chômage des femmes recule (1 449 107 hommes au chômage contre 1 358 537 de femmes), « elles sont surreprésentées dans toutes les catégories éloignées de l’emploi à temps complet », rappelle le CEE. Elles ne représentent ainsi que 40,6% des emplois à temps complet mais 73,5% de la population à temps partiel cherchant à travailler plus, 60,5% des inactifs souhaitant travailler mais qui ne sont pas disponibles immédiatement, 56,2% des inactifs souhaitant travailler et disponibles mais découragés et 59,4% des inactifs souhaitant travailler mais non disponibles et n’effectuant pas de recherche. Une avalanche de chiffres qui offre une vision plus contrastée du rapport hommes-femmes face à l’emploi. D’ailleurs au total, si « on additionne le chômage et le halo du chômage, 1 793 887 hommes et 1 847 914 femmes sont sans emploi et aimeraient travailler », notent les auteurs.

De même, si le diplôme protège les femmes du chômage, là encore à niveau d’études égales elles ont plus de risques que les hommes de se retrouver en situation d’inactivité ou de sous-emploi. Pour les auteurs de l’étude, ce sont donc les données statistiques utilisées pour analyser le rapport au travail qui pose problème, « des mesures couramment admises (mais qui) rendent invisibles la situation des femmes ».

 * Selon le BIT, pour être au chômage, il faut :

– ne pas être en emploi,
– être disponible pour en prendre un dans les quinze jours,
– chercher activement un poste.

 

 

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Liliah
    20 janvier 2015 - 12h18

    Cela en dit long sur les « égalités » (je préfère ce terme à celui d’inégalités, c’est plus positif) entre hommes et femmes face à lm’emploi en 2015 (en 2015 !!)… Mais pas seulement, sur la façon dont on considère le chômage et ceux qui sont en recherche d’emploi sans pouvoir accéder à un entretien d’embauche correspondant à leur CV.

  2. Jeanne
    17 mars 2016 - 2h04

    Il serait temps que ce soit plus égalitaire car en dela de cela, il me semble qu’il y a sauf erreur 3 femmes pour un homme, c’était 6 ou 7 après la 2eme guerre mondiale.
    Les femmes méritent autant que les hommes et parfois plus de par leur sensibilité humaine certaines places et même là où les hommes prédomine dans un secteur elles peuvent surprendre positivement, il serait temps que la socité s’en aperçoive.

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.