Fermer
menu
  • Recrutement

Tendance recrutement : des candidats volages qui plébiscitent les PME

Le cabinet RH Hays vient de publier son étude annuelle sur les tendances de recrutement pour 2020 en partenariat avec HelloWork.

Selon cette étude, si les candidats sont beaucoup moins nombreux à avoir changé d'emploi au cours de l'année (20 % contre 33 % l'an dernier), ils sont pourtant très motivés pour vouloir le faire dans les 12 prochains mois (87 % contre 79 %). (GettyImages/tadamichi)

Le cabinet RH Hays en partenariat avec HelloWork vient de publier son étude annuelle sur les tendances de recrutement pour 2020. Selon cette étude, si les candidats sont beaucoup moins nombreux à avoir changé d’emploi au cours de l’année (20 % contre 33 % l’an dernier), ils sont pourtant très motivés pour vouloir le faire dans les 12 prochains mois (87 % contre 79 %). Ils privilégient les PME dans un cas sur deux plutôt qu’un grand groupe (20 % des cas).

87 % des salariés veulent changer d’emploi dans l’année

L’étude montre aussi qu’en 2019, 20 % des candidats ont changé d’emploi. Pour 89 % d’entre eux il ne s’agit que d’un changement d’entreprise et non de carrière (11 %). Ainsi si 80 % des personnes interrogées n’ont pas changé d’emploi en 2019, elles le souhaitent pour 2020 (87 %). Les salariés privilégient les entreprises de taille moyenne et un salarié sur deux souhaitent travailler dans une PME/PMI et 26 % dans une ETI. 20 % des personnes sondées souhaitent travailler dans un grand groupe et 6 % dans une TPE.

Le freelance ne séduit pas vraiment les salariés

Seulement 13 % des salariés envisagent de devenir freelance en 2020. 21 % des entreprises pensent recourir aux services de freelances cette année.

Une entreprise sur deux augmente ses salariés

31 % des personnes interrogées estiment être bien payées et 47 % des sondés disent gagner plus de 2 000 euros nets par mois avant imposition. Pour autant la question de l’augmentation reste délicate pour les salariés. La négociation est, en effet, un moment clé qui se passe une fois sur deux lors de l’entretien annuel. Dans 64 % des cas, la discussion sur le sujet est engagé par le salarié et avec son N+1 (52 %).

Pour 71 % des personnes sondées, une augmentation de salaire est justifiée par la qualité de son travail, l’augmentation du coût de la vie (46 %) et une charge de travail plus importante (42 %). Suivent ensuite l’ancienneté (28 %), la bonne santé financière de l’entreprise (26 %) et un nouveau périmètre de poste (26 %).Quels sont les critères pris en compte au moment de la négociation ? La qualité du travail réalisé (64 %), les promotions obtenues (58 %), les nouveaux périmètres de poste (42 %) ou encore les rattrapages par rapport aux collaborateurs ayant des postes équivalents (36 %). Une entreprise sur deux accorde des augmentations générales chaque année. Elles considèrent par ailleurs bien payer leurs collaborateurs à une très large majorité (81 %). 70 % d’entre elles utilisent une grille de salaires pour encadrer les pratiques de rémunération et assurer ainsi une certaine cohérence.

La fidélité en entreprise, une problématique de premier ordre pour les employeurs

Fidéliser les salariés c’est LA problématique des employeurs : en effet, seulement 65 % des personnes interrogées se sentent attachées à leur entreprise. Pire, 76 % quitteraient leur poste du jour au lendemain si elles recevaient une proposition plus avantageuse.
Les salariés, devenus plus mobiles, sont également devenus plus volages. La pénurie d’emplois sur de nombreux postes leur permet de choisir l’entreprise dans laquelle ils souhaitent travailler et partir ailleurs quand ils le souhaitent. Ainsi, si 48 % des personnes interrogées se disent plutôt attachées à leur entreprise, 24 % ne le sont plutôt pas et 11 % ne le sont pas du tout. Seulement 17 % des salariés se disent très attachés à leur entreprise et 76 % des sondés se sentent capables de quitter leur entreprise du jour au lendemain s’ils ont une proposition plus avantageuse. Ce qui rend les salariés fidèles à leur entreprise c’est l’intérêt du poste (51 %), l’ambiance de travail (50 %), les conditions de travail (46 %), la rémunération (42 %), les perspectives d’évolution (26 %) et l’organisation managériale (15 %).

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une