Fermer
menu

Le temps passé au travail en France serait l’un des plus faibles d’Europe

Businessman homme d'affaire métis horlogeUne nouvelle étude fait le point sur le temps travaillé en Europe. Se basant sur la durée effective moyenne annuelle au bureau, elle s’autorise une comparaison des 27 de l’Union. A quelques jours du sommet social sur l’emploi, l’étude semble aussi vouloir donner du grain à moudre aux dirigeants. Alors, fainéants les Français ? En tout cas, selon le Centre d’observation économique et de recherche pour l’expansion de l’économie et le développement des entreprises (Co-rexecode), la « durée effective du travail en France est une des plus faibles d’Europe ».

Cette durée effective est une mesure du temps de travail différente de la durée hebdomadaire du travail, précisent d’emblée les auteurs. La première étant « une indication sur les rythmes hebdomadaires de travail de personnes en emploi au cours des semaines où elles travaillent normalement », hors maladies par exemple. Ainsi, avec 1679 heures effectives passées au bureau, les Français seraient, avec les Finlandais, les moins bosseurs d’Europe. Entre 1999 et 2010, le temps passé au bureau aurait même reculé de 270 heures suite à la baisse légale du travail à 35 heures. Selon Co-rexecode, les Français travailleraient 224 heures de moins que les Allemands, 134 heures de moins que les Italiens ou encore 177 heures de moins que les Anglais. « Une stratégie française de baisse de la durée du travail peu efficace pour l’emploi et le pouvoir d’achat », explique Co-rexecode.

Des difficultés à partager l’emploi
Pour les auteurs de l’étude, alors que la France a une démographie soutenue, le taux d’emploi a peu augmenté. Et si « la productivité horaire a progressé de 16,1%, compte-tenu de la démographie, le pouvoir d’achat par tête a augmenté faiblement » : 7,3% contre 13,3% en Allemagne par exemple. « Au total, il apparaît que dans un contexte de démographie déclinante, l’Allemagne a réussi son partage du travail (…) par un développement du travail à temps partiel », poursuit Co-rexecode.

Tirer parti des atouts de la France
Pour les auteurs, « la politique de l’emploi en France doit tirer les enseignements de cet échec » et faire du dynamisme démographique un atout majeur en mettant fin « à une politique de l’emploi restrictive ». Ainsi, plutôt qu’une baisse réglementaire de la durée légale du travail, Co-rexecode préconise des « ajustements spontanés grâce à des négociations entre partenaires sociaux ». De même, « une libération de la durée du travail grâce à des accords négociés au niveau des branches ou des entreprises mènerait à une amélioration du taux d’emploi et du pouvoir d’achat en France ». A croire que les 35 heures n’ont pas été déjà largement détricotées dans de nombreux secteurs d’activité…

Ce que disent d’autres études
Si Co-rexecode a défini clairement les heures effectives au bureau, il n’en reste pas moins que les données sur le temps passé au travail changent énormément d’une étude à l’autre. Récemment, la société Regus indiquait que plus d’un Français sur deux dépasse les 9 heures de travail par jour. Près de 15% des salariés déclarent même travailler plus de 11 heures. En 2008, l’Insee soulignait aussi que la durée moyenne hebdomadaire au travail s’élevait à 41 heures, bien loin des 35 heures. En 2011, une autre étude Regus soulignait aussi que 90% des salariés travaillent en dehors des horaires de bureaux, vacances, soirées et week-end compris.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.