Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Citoyens engagés, ils ont intégré l’Institut du service civique

001picto temoignages  2Comment concrétiser son engagement citoyen en un métier ? Les jeunes qui ont intégré la première promotion de l’Institut du service civique ont peut-être la solution. Alors qu’ils ont donné de leur temps à des associations durant leur service civique, ces citoyens ont voulu aller encore plus loin et transformer l’essai. Ils ont postulé à l’Institut du service civique (ISC).
Pour les candidats retenus, c’est la possibilité d’intégrer une des trois filières proposées par l’institut (grandes écoles, emploi en entreprises, création d’entreprises), et d’avoir accès à des formations de qualité. Quatre des 150 jeunes de l’ISC ont répondu à nos questions. Pour Mode(s) d’emploi, ils reviennent sur leur parcours, le mode de sélection particulier de l’institut et ce qu’ils espèrent obtenir suite à cette année de formation.

Carole

Quel service civique as-tu réalisé avant l’Institut du service civique ?
J’ai réalisé mon service civique au sein de l’Association Ecologie Développement Durable et Démocratie, une structure affiliée à la Ligue de l’Enseignement 17. Ma mission principale consistait à sensibiliser le Parlement européen aux problématiques que rencontrent les agriculteurs biologiques en France. Sensible à l’importance de protéger l’environnement, j’avais auparavant mené des études en droit de l’environnement.

Comment s’est déroulé l’entretien de sélection à l’ISC ?
L’entretien a essentiellement tourné autour de la faisabilité de mon projet : devenir juriste-chargée de mission en droit de l’environnement. Il m’a d’abord été demandé de présenter mon parcours scolaire et professionnel. Les trois membres du jury me posaient différentes questions ou des précisions sur ce que j’avais fait pendant mes stages, le contenu de mon mémoire universitaire, quel était mon point de vue sur l’énergie photovoltaïque etc… La représentante de l’Institut m’a également demandé ce que j’attendais de l’Institut, quelles étaient mes passions dans la vie. C’était avant tout un échange. J’en suis sortie en me disant que mon projet était faisable.

Qu’attends-tu alors de l’Institut ?
Parmi les différentes filières proposées par l’ISC, j’ai choisi la filière emploi. C’est l’occasion de valoriser et de pérenniser l’expérience que j’ai vécu durant mon contrat de service civique en un emploi. En effet, la filière emploi proposée par l’institut permet de bénéficier d’une embauche directe auprès d’entreprises partenaires que ce soit après une période de formation ou d’apprentissage. Il est également de profiter de formations en alternance en entreprise.

Stanislas

Quel service civique as-tu réalisé ?
Ma mission s’est déroulée à Kenscoff, en banlieue de Port-au-Prince, en Haïti. Elle consistait, comme tous les volontaires venus avec moi à assister les professeurs dans leur métier. Avant même de m’engager pour cette cause précise, j’avais déjà envie d’agir. Du point de vue professionnel, cette mission a confirmé mon désir d’exercer un métier en accord avec mes valeurs.

Pourquoi désirais-tu ensuite intégrer l’Institut du service civique ?
Parti à l’autre bout du monde, à mon retour il fallait rebondir. Mais après cette aventure il m’était impossible d’exercer un métier ou de faire une formation par défaut. L’Institut du service civique dont m’avait parlé Martin Hirsh lors de sa venue en Haïti avait l’air très sélectif. Mais je n’avais rien à perdre à tenter ma chance. L’ISC m’apparaissait comme un sérieux coup de pouce pour atterrir, mais surtout pour redécoller, surtout à la vue des opportunités offertes par l’ISC.

Comment se sont déroulés les entretiens ?
Les entretiens se sont bien déroulés, j’ai bien vu qu’il s’agissait d’évaluer la cohérence de mon projet mais aussi de voir ma motivation et ma personnalité. J’ai expliqué et répondu tranquillement aux questions du jury en essayant d’être le plus naturel possible. Ça a fonctionné…

Eva

Quel service civique as-tu réalisé avant d’intégrer l’Institut du service civique ?
J’ai réalisé mon service civique au Passage Sainte-Croix, un centre culturel nantais qui propose des expositions d’Art Contemporain, des conférences, des récitals, etc. Mes missions étaient nombreuses : rédaction de synthèses à destination des visiteurs ou encore des dossiers pédagogiques, j’ai également pu monter un espace de libre expression pour les visiteurs, participer à la création d’un site Internet, etc.

Qu’as-tu appris personnellement, professionnellement ?
J’ai fait de nombreuses rencontres, échanger avec les visiteurs, les artistes et ainsi multiplier les points de vue sur le monde de l’art. J’ai également développé de nombreuses compétences : participer à la création d’une exposition, organiser des évènements mais aussi appris à mieux gérer mon planning et même anticiper les évènements ! Et surtout, j’ai compris que je ne voulais plus quitter le secteur de l’art, de la culture et du patrimoine. Suite à cette expérience, j’ai entrepris des études d’histoire de l’art et de droit tout en m’engageant bénévolement dans la programmation d’un festival.

Pourquoi désirais-tu intégrer l’Institut du service civique ?
C’était l’opportunité de mener à bien mes projets grâce au soutien financier de l’ISC et aux conseils des parrains de l’ISC. Suite à mon service civique, j’ai eu l’idée de monter une entreprise de communication ou/et une galerie d’art ambulante. C’est pourquoi je demande une formation afin de pouvoir compléter mes connaissances ainsi qu’une bourse pour pouvoir continuer mes études. Dans tous les cas, j’ai déjà pu bénéficier de conseils très précieux pour créer une entreprise.

Fabien

Quel service civique as-tu réalisé ?
Je l’ai effectué il y a deux ans au sein de l’association Unis-Cité à Strasbourg. Le service civique a duré 9 mois. Je faisais partie de l’équipe « Médiation culturelle ». Il y avait deux missions importantes. La première au sein du château du Haut-Koenigsbourg, il s’agissait de créer un support de visite à destination des personnes dépendantes. Et à la médiathèque de Rosheim, nous devions construire un lien intergénérationnel entre les jeunes et moins jeunes et leur faire découvrir ce lieu de culture.

Pourquoi souhaitais-tu à l’époque t’engager pour cette cause ?
Avant de réaliser mon service civique, j’avais travaillé pendant près de 3 ans au sein d’une grande entreprise. Mais après ces 3 années, j’avais envie de faire quelque chose d’utile, pour tous mais aussi pour moi. C’est cela qui m’a poussé à quitter mon travail et de m’engager quelques mois après dans un service civique. N’ayant aucune expérience dans le milieu du social, le service civique était la meilleure opportunité d’être au contact de différents public et de pouvoir mener des projets qui correspondent à mes idéaux.

Que souhaites-tu faire grâce au soutien de l’Institut du service civique ?
Nous soommes une équipe de trois personnes à vouloir créer un outil d’accompagnement spécifique pour les personnes en insatisfaction professionnelle (chômeurs, personnes en reconversion professionnelle, personnes désireuses de créer leur activité). Notre projet , « Activ’Action« . Grâce à l’institut nous attendons un accompagnement professionnel lié à la création d’entreprise. Nous voulions justement intégrer cet institut pour donner vie à ce projet ambitieux devenu nécessaire dans le contexte de crise actuel.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.