Fermer
menu

Télétravail : les salariés sont prêts !

Les avantages du télétravail pour l’entreprise comme pour le salarié ne sont plus à démontrer. Qu’il s’agisse de quelques heures par jour ou de plusieurs jours par mois, les deux gagnent en productivité avec à la clef, une meilleure conciliation vie privée/vie professionnelle pour les salariés. Pourtant, la France est en retard. La faute à un management trop traditionnel que les dirigeants français peinent à remettre en cause.
Les salariés eux, sont prêts. En témoigne le livre coécrit par Nicole Turbé-Suetens, spécialiste dans l’accompagnement des nouvelles formes d’organisation au travail et fondatrice du cabinet Distance Expert et le député de Lozère Pierre Morel à l’Huissier. L’ouvrage dresse l’état des lieux du télétravail en France et propose ses conseils à tous les décideurs pour sa mise en place dans les entreprises. Retour sur « Le télétravail en France, les salariés sont prêts ! » avec Nicole Turbé-Suetens…

Si le télétravail est encore peu répandu en France, c’est visiblement en raison d’un manque total d’information et de communication sur le sujet…

NicoleTurbeSuetens.jpgC’est surtout à cause de quelques idées reçues qui ont la vie dure et le fait que, d’une manière générale, le patronat et les dirigeants ne sont pas moteurs pour faire évoluer les organisations en tenant compte des atouts du télétravail. Dans le chapitre six « Les freins au développement du télétravail » du livre, nous abordons les aspects organisationnels de l’entreprise et nous voyons clairement qu’il y a corrélation entre les avancées organisationnelles et le développement du télétravail.

Vous dites que « les salariés sont prêts ». Cela signifie-t-il que ce sont finalement les entreprises les plus réticentes ?

Effectivement, les dirigeants en général ne sont pas proactifs sur le sujet. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce sont plus souvent les syndicats qui proposent d’envisager le télétravail pour améliorer les conditions de travail des salariés.

Le télétravail est encore traité comme « une maladie honteuse ». C’est très frustrant et on se demande quelle en est la raison. Beaucoup d’entreprises ayant signé un accord sur le télétravail ont mené des enquêtes internes avec un retour très positif des salariés, pourtant elles ne communiquent pas dessus. A cela, il peut y avoir plusieurs explications. Lorsque les entreprises mettent en place le télétravail pour faire des économies, ou l’utilise comme un avantage concurrentiel, elles ne veulent pas communiquer dessus. Cela peut certes se comprendre. Mais il n’y a quasiment aucune entreprise jusqu’à aujourd’hui qui a mené une stratégie de télétravail globale. Cela prouve bien que ce n’est pas la vraie raison.

Vous dites dans l’ouvrage qu’il n’est pas nécessaire de promulguer une loi sur le télétravail. Mais quels sont les cadres prévus sur des questions très concrètes comme celle de la prise en charge des frais d’installation pour le salarié par exemple ? Il ne faut surtout pas tomber dans le piège de tout vouloir régler par la loi et courir le risque qu’elle soit déjà non adaptée à la réalité le jour où les décrets d’application seront publiés. Elle doit donner un cadre, mais les détails pratiques relèvent de la négociation. Le télétravail est un sujet d’organisation du travail. Il ne relève donc pas de la loi en tant que tel, mais de la négociation sociale. Qu’une loi précise que le télétravail est légal sera certainement utile. Par contre, la loi ne doit pas avoir pour objet de se substituer à l’ANI qui joue parfaitement sont rôle lorsque les partenaires sont décidés à envisager le télétravail.

Finalement, comment rassurer les salariés réticents au télétravail ? Et qui doit les rassurer ?

Si un salarié est réticent, il a certainement de bonnes raisons de l’être et son management doit le rassurer. La meilleure façon est qu’il puisse voir ses collègues devenir télétravailleur et s’épanouir dans cette situation. Maintenant, le salarié peut aussi avoir des raisons personnelles pour ne pas vouloir devenir télétravailleur et elles doivent être respectées. Ne perdons pas de vue que le télétravail doit rester basé sur la règle du volontariat pour les salariés qui ont déjà un contrat de travail.

Vous distinguez dans l’ouvrage « télétravail » et « travail à domicile ». Mais le télétravail est souvent vu comme une « transgression » entre la vie professionnelle et la vie privée. N’est ce pas cela que les salariés craignent le plus finalement ?

Certains peut-être. Tout dépend de leur degré d’autonomie et de leur contexte familial au domicile. C’est bien pour cela que nous soulignons aussi que des structures de lieux tiers comme les télécentres manquent en France. Il n’y a pas d’alternative économiquement acceptable pour l’employeur dans la plupart des cas. Par contre, si nous avons souligné le distinguo entre « télétravail » et « travail à domicile » c’est surtout dans l’esprit légal de la chose puisque les travailleurs à domicile traditionnels relèvent d’articles du code du travail qui leurs sont spécifiques et qui ne s’appliquent pas au télétravail. Mais cela dit, il est indispensable de souligner encore et encore que le télétravailleur est un salarié comme un autre !

Les entreprises connaissent aujourd’hui les nombreux avantages du télétravail. Selon vous, que faut-il pour que celui-ci se généralise enfin ?

Actuellement les déclics sont ponctuellement de nature différente : un déménagement, une volonté de réduire les coûts immobiliers, une nécessité d’améliorer un climat social… Il est probable que de nombreuses entreprises se poseront la question de savoir si le télétravail peut être une solution intéressante lorsque celles qui ont acquis de l’expérience et du recul voudront bien parler publiquement de leur bilan télétravail. De grands groupes ont signé des accords depuis plusieurs années mais ils n’en parlent jamais. Il y a fort à parier que le jour où un grand groupe mettra en place le télétravail en annonçant clairement que pour lui c’est un enjeu stratégique et qu’il communiquera ses résultats sur le sujet par la suite, d’autres suivront. En cela, l’Etat qui représente 1/5ème de la population active française devrait donner l’exemple. Mais pour l’instant ce n’est pas encore le cas.

« Le télétravail en France, les salariés sont prêts » de Nicole Turbé-Suetens et Pierre Morel à l’Huissier, paru en mai 2010 aux éditions Pearson, collection Village Mondial, 168 pages, 20 Euros.

 

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. EBENOUI
    24 juin 2010 - 9h06

    Cela entre dans une vraie volonté du management d’améliorer les conditions de travail de ses salariés… et je crois qu’on en est encore loin, c’est bien pour cela que le télétravail ne se développe pas.
    Cela entre aussi dans une volonté de participer écologiquement à la société d’aujourd’hui, ne serait-ce que pour réduire les transports, la pollution, donc… et je crois qu’on en est encore loin dans les priorités d’un manager, etc. etc.

  2. LARYS
    24 juin 2010 - 11h21

    Pour ma part, cela fait plus de 10 ans que je suis télétravailleur. Après 3 années passées au siège social de l’entreprise, mon employeur m’a proposé le télétravail car c’était une façon de me garder dans l’entreprise (distante de 200 km de mon domicile). Franchement, si c’était à refaire, je le referrai sans hésitation. Mon employeur a été visionnaire et m’a fait confiance. Paradoxalement, le fait de télétravailler renforce votre communication avec vos collègues de travail.
    Il faut reconnaitre qu’il faut une bonne discipline personnelle pour télétravailler. Je pense que tout le monde s’y retrouve dans ce mode : Le salarié améliore ses conditions de travail, et il est franchement plus performant dans son travail (c’est tout bénéfice pour l’employeur).

  3. Priscilla
    24 juin 2010 - 11h26

    Merci pour ce témoignage positif Larys ! @tous : N’hésitez pas à nous laisser vos avis ou retours d’expérience sur le télétravail et ce qu’il vous inspire…

  4. NTS
    2 juillet 2010 - 14h57

    Très intéressant votre commentaire Larys. Pouvez-vous nous dire si à partir de votre cas, d’autres salariés sont devenus télétravailleurs dans votre entreprise et comment cela est ressenti par les autres collègues qui sont au bureau ?

  5. SL
    5 juillet 2010 - 8h48

    @ LARYS. Je travaille actuellement avec Nicole Turbé-Suetens à la constitution d’une base de connaissance sur le télétravail. Je souhaiterais en savoir plus sur votre expérience. Souhaiteriez-vous que nous en discutions par mail, skype, etc…?
    Merci par avance.
    Si d’autres télétravailleurs souhaitent faire partager leurs expériences, qu’ils me contactent si ils le souhaitent, cela m’aiderait grandement dans mon travail.

1 commentaire supplémentaire

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.