Fermer
menu

Télétravail : devenir auto-entrepreneur

AutoentrepreneurC’est notre tour de contribuer au Débat du Mois qui enflamme la plateforme : le télétravail. Depuis le 1er janvier, les télétravailleurs peuvent prétendre à ce nouveau statut qui leur facilitera les choses, la paperasse pouvant vite devenir le cauchemar de tout créateur d’entreprise… Mais pas toujours facile de s’y retrouver pour les néophytes. Aujourd’hui, le site web a atteint les 40.000 inscrits pour ce « régime simplifié de déclaration d’activité », soit 2000 candidats de plus par jour.

  • Le principe est simple : vous êtes salarié, fonctionnaire, étudiant, demandeur d’emploi, au foyer, retraité… Vous souhaitez compléter vos revenus ou vous le faites déjà avec une activité annexe ? Vous souhaitez « tâter le terrain » de la création d’entreprise en démarrant doucement ? Vous pouvez donc devenir auto-entrepreneur.

  • Plusieurs conditions : vous devez déjà exercer cette activité de façon individuelle (et oui, « auto » entrepreneur oblige) et votre chiffre d’affaires ne doit pas excéder les 80.000 Euros sur l’année 2009 (32.000 Euros pour les prestations de services).

  • Qui peut être auto-entrepreneur ? Pour le moment, toute personne « individuelle » sauf les professions libérales (voir la liste ici). Attention, artisans et commerçant déjà inscrits et immatriculés au registre du commerce ne peuvent « revenir » au régime de l’auto-entrepreneur. De nombreuses questions se posent notamment en ce qui concerne les professions du web. Un bloggeur professionnel peut par exemple prétendre au statut (cf. article sur Novovision), mais pour un infographiste indépendant, ça se complique. Explications sur le site entrepreneursolo.com.

  • Quels sont les avantages ? Il existe de nombreux avantages à s’inscrire au régime de l’auto-entrepreneur plutôt qu’à un régime classique. D’une part, une simple déclaration au Centre de Formalités des Entreprises suffit, via un formulaire papier ou par internet. L’auto-entrepreneur peut cumuler son activité à une autre activité. Il est également dispensé d’immatriculation au registre du commerce. Côté fiscal, tout est également plus simple : pas de revenus, pas d’impôt. Idem pour les charges sociales. Dès que l’activité produit un bénéfice, l’auto-entrepreneur est redevable de l’impôt sur le revenu et paye une cotisation sociale en fonction du montant de ses recettes (voir guide en annexe). L’auto-entrepreneur est également dispensé de taxe professionnelle l’année de la création et les deux années suivantes et ainsi que de TVA. Enfin, administrativement, il lui est beaucoup plus simple d’arrêter son activité.

  • Quelles sont les limites du statut ? Rappelons que le régime concerne seulement les activités commerciales ou artisanales individuelles dont le bénéfice est inférieur à 80.000 Euros de CA et relève du régime de la micro-entreprise. Au-delà de ce montant, il vous donc faudra changer de statut. D’autre part, les professions libérales, qui ne pouvaient pas souscrire au régime de l’auto-entrepreneur pourront bientôt y prétendre sous certaines condition,grâce à un amendement prévu par le plan de relance économique.

  • Les hics et les bugs : après la grogne des professions libérales, exclues du régime à son démarrage, c’est au tour des artisans, qui voient l’auto-entrepreneur comme un concurrent plutôt déloyal (à lire sur Le Figaro) et qui craignent une moindre qualification de ce nouveau genre d’entrepreneurs, soit une qualité des services proposés invérifiable.

Destiné en premier lieu à lutter contre le « travail au noir », le régime de l’auto-entrepreneur est déjà considéré comme un franc succès pour le gouvernement. Et les premiers inscrits semblent déjà satisfaits de la simplicité des démarches. Mais pour l’heure du bilan concernant la rentabilité et la pérennité de l’activité, il faudra encore être patient…

Liens utiles :

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. BJC
    6 février 2009 - 15h46

    Billet très intéressant sur les auto entrepreneurs ! j’ajouterai que l’on peut devenir auto entrepreneur pendant sa période de chômage (pour tester sa création d’entreprise par exemple) cela permet aussi de bénéficier du maintien de l’indemnité assedic sous conditions.

    juste un petit truc qui me chiffonne : être auto entrepreneur n’a aucun rapport avec le télétravail 😉 pas de salaire, pas d’employeur, pas de lien de subordination…

  2. Priscilla
    6 février 2009 - 16h20

    Effectivement, si l’on s’en tient à la définition première du télétravail, c’est à dire « une organisation décentralisée des tâches, à distance, etc… », je suis d’accord avec toi. Concernant le rapport auto-entrepreneur/télétravail, je pense que l’auto-entrepreneur peut être considéré comme un moyen parmi d’autres de télétravailler si l’on entend « télétravail » dans sa forme évolutive actuelle (voir un lien intéressant : http://teletravailler.europeanserve…) de travail depuis chez soi via les technologies de communications… Et oui il y a une vulgarisation du terme, je sais, c’est pas bien mais bon ;-).

  3. Véronique
    7 février 2009 - 8h33

    Merci Priscilla pour ces compléments d’infos. Vu l’engouement du moment, c’est important de pouvoir se documenter en profondeur.

  4. Mamankangourou
    16 septembre 2009 - 10h58

    Bonjour,

    Je me suis beaucoup renseignée sur l’auto entreprise car le statut m’intéresse énormément. Mais après j’ai vu et vite déchanté. Ce que beaucoup de sites ne vous disent pas sur l’auto entreprise :
    Taxe professionnelle au bout de 3 ans !
    Pas de possibilité de s’associer (et je vois beaucoup de tentative sur différents sites), de recruter (vous faites comment s’il y a un pépin, vous perdez tous !)
    Vous ne pouvez pas garder l’adresse de votre siège à votre domicile au delà de 5 ans ! Alors je pense aux métiers individuelles (immobilier, secrétaire, infographiste, etc………) Soit vous louez un local (franchement un cout trop cher et qui ne vaut pas le coût) ou vous vous mettez sous statut (but du gouvernement au final et avec tous les inconvénients que l’on connait)

    Ensuite nous avons les « annexes » :
    Prenons la CAF : Vous pouvez les oubliez même si vous gagnez 0 (je pense au début) APL et tous vos droits (j’ai posé la question à ma CAF) Réponse : Vous êtes considéré comme Travailleur indépendant donc vous n’avez le droit à aucune prestation. Apl, PAJE, allocations familiales, etc…………..

    Alors conseils REFLECHISSEZ BIEN avant de vous lancer ! RENSEIGNEZ VOUS A FOND.
    Car une chose est sûre l’auto entreprise excellente idée mais au fond aie aie aie…………….

  5. faziom
    17 septembre 2009 - 9h45

    c’est vrai créer quelque chose c’est bien mais quand il y a trop des mais …ça décourage . Moi par exemple j’ai horreur d’être commandé. C’est pour cela je pense tout le temps de créer mon entreprise sans perdre mes droits parce que j’ai trois enfants en bas âges . Alors si je perds mon APL et Mes allocations familiales ainsi que d’autres avantages , comment je vais sur vivre moi qui cherche à sortir du gouffre où je me trouve malgré mes connaissances. Merci à toi qui m’a ouvert les yeux à ce sujet. Que Dieu te bénisse abondamment.

13 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.