Fermer
menu

Dormir plus pour gagner plus : quand le patron s’invite dans votre lit

Dormez, vous êtes surveillés ! C’est le slogan que l’on pourrait appliquer à l’entreprise Aetna. A travers un bracelet connecté Fitbit, cette société américaine propose aux salariés de mesurer leur sommeil et récompenser la qualité de leurs nuits…

shutterstock_224593471_opt

Si vous dormez correctement, vous toucherez une prime. La promesse peut faire sourire si elle n’était pas réellement proposée aux salariés de la société d’assurance Aetna. L’objectif ? Inciter les employés à cultiver leur bien-être pour les rendre plus productifs.

7 heures par nuit pour 300 dollars

Pour mesurer la durée du sommeil des employés, la compagnie leur a fourni un bracelet connecté Fitbit, chargé d’analyser les mouvements nocturnes et les biorythmes de son porteur. Loin d’être une action isolée, cette initiative s’inscrit dans une vaste campagne de promotion de la qualité de vie dont les effets sur le rendement au travail seraient plus que concluants. En partenariat avec l’Université de Duke, Aetna a constaté « 69 minutes de productivité mensuelle en plus par travailleur » chez les salariés qui dorment suffisamment et/ou pratiquent la méditation. Et qui dit hausse du rendement, dit augmentation du chiffre d’affaires.

En se basant sur les recommandations de l’Institut national de la santé, le PDG de l’entreprise conseille entre 7 et 8 heures de sommeil par nuit. Pour les employés qui respecteraient ces préconisations durant 20 nuits consécutives, une prime de 25 dollars lui sera versée (21,98 €), plafonnée à 300 dollars annuels.

Philanthropie ou histoire de gros sous ?

Dans la même lignée que la tendance des salles de pause, des heures de siestes ou des pratiques méditatives sur le lieu de travail (yoga, relaxation, etc), cette initiative est pourtant reçue avec un arrière-goût amer dans l’Hexagone. Si elle ne s’adresse qu’aux salariés volontaires pour le moment, la question se pose de la limite éthique.

Un premier pas vers une forme de discrimination est franchi puisque les employés n’entrant pas dans les critères « modèles », ne toucheront pas de prime. Doit-on rappeler que nous ne sommes pas tous égaux devant le sommeil, et que nous n’avons pas tous la possibilité de dormir 7 heures consécutives par nuit (contraintes familiales, loisirs, etc) ? La frontière entre bienveillance et surveillance est ambiguë. Pendant combien de temps le PDG d’Aetna va-t-il récompenser les bons usages des employés sans, à l’inverse, sanctionner les « mauvais élèves » qui ne s’y plient pas ? Par ailleurs, on imagine les dérives d’une telle initiative, avec une pratique qui pourrait s’étendre aux salariés en période d’essai ou en CDD afin de mesurer leurs bien-être et juger leur rendement, par exemple.

Jusqu’où ira t-on avant un droit à la déconnexion ?

Dernier point d’interrogation : le droit à la déconnexion. La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté, début avril, l’article du projet de la loi Travail relatif au « droit à la déconnexion » des salariés. Les députés prévoient une mise en œuvre dès le 1er janvier 2017. Un autre amendement ajoute la préservation de « l’équilibre vie personnelle et familiale » aux objectifs du droit à la déconnexion. Mais la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) ne doit pas dormir sur ses deux oreilles avec cette nouvelle tendance qui pourrait arriver en France. Déjà en 2015, elle alertait les employeurs en révélant une hausse de 16% de la surveillance par les entreprises de l’activité des salariés sur leur temps de travail, au moyen de leurs smartphones géolocalisés.

En bonne compagnie d’assurance qu’elle est, avec pour mission de protéger ses clients et ses employés, laissons tout de même à Aetna le bénéfice du doute…

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.