Fermer
menu

Le secret de la transformation digitale ? Impliquer, accompagner et donner du sens

Notre série « Tribunes RH »  propose aux experts des questions RH et aux acteurs du recrutement et de l’emploi de prendre la parole sur Mode(s) d’Emploi. Cette semaine,Séverine Pirault, fondatrice et CEO de Keople et membre du club Mode(s) RH, prend la parole. Travaillant depuis 4 ans avec sa start-up sur l’identification, la valorisation et l’enrichissement de la culture numérique dans les entreprises, elle s’exprime dans cet article sur l’importance de prendre en compte tous les salariés quand on aborde la transformation digitale, mais aussi sur la nécessaire éducation à la culture numérique.

Tous les métiers sont impactés par la transformation digitale. C’est le sens de l’histoire, ce mouvement va encore se renforcer. Mais si elle est au centre de toutes les attentions, il ne faut pas oublier qu’elle touche avant tout des gens, avant de changer les entreprises. Ces salariés n’ont pas nécessairement été bien accompagnés depuis l’avènement de l’informatique. Certains services ou secteurs (comme les banques) sont plus touchés que d’autres, avec une multiplication des outils utilisés et une nécessité de monter en compétences pour bien les prendre en main. Pour que cette transformation digitale s’opère et ne laisse personne de côté, il est primordial d’embarquer ses salariés, de les accompagner et de donner du sens à la démarche.

Maitriser les fondamentaux pour se former soi-même

La difficulté, du côté des entreprises, repose notamment sur l’étendue de la tâche en matière d’accompagnement. Elles se retrouvent face à des milliers d’employés et plusieurs dizaines d’outils à intégrer. S’il fallait former chaque personne de manière individuelle sur chaque outil, cela prendrait un temps démesuré. L’importance d’être acteur de sa formation prend ainsi tout son sens. L’entreprise apprenante va prendre une importance croissante dans les années à venir. Mais s’il n’y a pas eu un apprentissage des fondamentaux au fur et à mesure de l’arrivée des technologies, un décalage peut se créer dans la culture des salariés. Les technologies vont très vite, le temps s’accélère, et certains décrochent.

Il y a une idée reçue sur les types de publics qui sont concernés. Ce n’est pas une question d’âge, mais d’appétence. Les nouvelles générations sont peut-être à l’aise avec un certain nombre d’outils (smartphone par exemple) mais dans des domaines très ludiques, qui ne créent pas forcément de valeur. Et certains jeunes sont même en grande difficulté en matière de numérique ! Au contraire, certaines personnes plus âgées sont dans l’appétence depuis longtemps et disposent d’une prise de recul très intéressante.

Il est primordial d’acquérir cette culture et ces compétences. Le retour en arrière n’est plus possible, les salariés progressent, ce savoir devient la norme. S’y adapter est d’autant plus crucial qu’une bonne connaissance du digital devient un critère de recrutement dans de plus en plus d’entreprises. Il n’y a rien d’inquiétant dans cet état de fait, il est au contraire nécessaire de motiver les salariés à l’acquérir.

Une nouvelle culture à acquérir

L’évolution est technique, mais elle est également culturelle. C’est un changement de paradigme, un changement de posture. Il n’y a que l’éducation qui va permettre aux gens de prendre du recul et d’être suffisamment capable d’avoir leur libre arbitre dans l’utilisation des technologies. Les technologies sont là, elles ne vont pas disparaitre, il faut réussir à s’y adapter en comprenant ce que l’on en fait. C’est extrêmement important, tout ce qui se passe actuellement autour des données personnelles et certaines pratiques des GAFA le prouvent. Maitriser ses usages et l’impact que les technologies peuvent avoir sur soi passe par une prise de conscience, des connaissances et une culture du numérique. C’est valable au travail comme ailleurs !

L’humain est au cœur de cette transformation, mais pour cela il est nécessaire de le former. La formation est partout, disponible gratuitement sur le web. Il est important que les gens aient les fondamentaux pour pouvoir évaluer les bonnes informations. Et une fois ce cap passé, ils ont alors une capacité d’adaptabilité très forte. Il faut réussir à motiver ces personnes au tout départ à s’y intéresser, réussir à créer l’appétence, pour leur donner le déclic. Pour l’entreprise, l’importance est cruciale à différents niveaux. Productivité accrue, gain de temps, meilleure utilisation des technologies dans les missions confiées… Cela justifie les investissements nécessaires, qui permettront à terme d’être plus compétitif.

Un accompagnement nécessaire qui passe par une évolution de la culture d’entreprise

Il y a des métiers qui nous formatent à un modèle, une manière de faire. Cette approche très administrative, que l’on retrouve par exemple dans les banques, n’est pas toujours compatible avec l’informatique. Tout n’y est pas toujours explicable, cela peut ne pas fonctionner sans raison apparente, il est beaucoup question d’itération… Il y a également des barrières que l’on peut soi-même se mettre. « C’est trop difficile, je ne vais pas y arriver »… Il est important d’éduquer les plus jeunes pour éviter ces pièges. Certaines personnes arrivent très bien à s’adapter aux outils dans leur vie personnelle, mais sont perdues au travail. C’est aussi le résultat de dizaines d’années de taylorisme, où on ne demandait plus aux gens de réfléchir. Il faut leur redonner confiance, les pousser à prendre des risques, à essayer, à tenter. C’est bien d’outiller, mais il faut en même temps accompagner et changer la culture d’entreprise, la pousser vers plus de transversalité, plus de confiance. Ce n’est pas simple car la transformation numérique peut être anxiogène.

Les freins en entreprise viennent souvent d’un manque d’explications. Les consignes viennent de tout en haut, ne sont pas toujours bien expliquées en bas. Les salariés sont dans leur quotidien, ils doivent comprendre pourquoi il est nécessaire de changer, ce qu’ils ont à y gagner. Il faut partir du besoin de la personne et s’y adapter. Le rôle des managers est également extrêmement important dans cette transformation numérique, mais ils ne sont pas toujours bien accompagnés. On leur demande parfois de changer leur management, de mettre plus de collaboratif, sans essayer de comprendre leur quotidien et de se mettre à leur place. L’empathie est importante à tous les niveaux pour éviter un trop grand décalage entre directions générales et collaborateurs.  Embarquer TOUS les salariés, les accompagner, lui donner du sens au quotidien et créer de l’appétence, voici les clés de la transformation digitale !

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.