Fermer
menu

San Francisco, une qualité de vie qui fascine les expatriés

Clémence, notre jeune jobtrotteuse étudiante de Sciences Po Rennes installée à San Francisco, nous explique comme il fait bon vivre sur la côte californienne. Pas de place à l’ennui !

San Francisco, une qualité de vie qui fascine les expatriésSan Francisco fait parler d’elle, souvent en bien, parfois en mal. Plus d’une fois, il m’est arrivée d’entendre dans la bouche de mes compatriotes français «  si je devais vivre quelque part aux USA, ce serait très probablement à San Francisco « . On la dit européenne, elle est la  » everyone’s favorite city « , certains la comparent même à Paris, et presqu’aucun jour ne se passe sans que j’entende au détour d’une rue, à l’ombre d’une terrasse ou dans la chaleur d’un café, quelques mots de français. Ici, nous sommes partout. Mais pourquoi la Foggy City et la baie qui l’entoure attire-t-elle les français par milliers, je ne plaisante pas, nous serions 40 000 selon les chiffres récents ? Explications subjectives d’une stagiaire récemment initiée aux joies de la vie californienne.

Qui a dit qu’on mangeait mal aux USA ?

Peut-être qu’au fin fond du Middle West, il n’existe qu’une sorte de tomate, s’il en existe une, d’accord ! Mais les San Franciscains ont la chance d’avoir quotidiennement accès à la meilleure et à la plus diversifiée des nourritures qui soient. Je lisais ainsi récemment dans un article du San Francisco Chronicle que cette  » gourmet food-and-drink obsessed  » city était fière de posséder dans l’enceinte de son stade de baseball le bar proposant le plus grand choix de bières des USA. Selon moi, si les français se plaisent aussi à Frisco c’est parce qu’ici on peut acheter des croissants et de la baguette fraîche tous les matins, déguster le meilleur café du monde et mourir de bonheur en dégustant une pizza préparée avec les produits locaux. En effet, les vallées environnantes sont fertiles à souhait : vergers, fermes bio et plantations viticoles prospèrent toute l’année sous le soleil californien. Ainsi, de la Napa Valley à Sonoma, il est possible de déguster des vins équivalant aux nôtres. Le business du vin étant un secteur où l’on trouve, quoi de plus normal, un certain nombre d’expatriés français.
San Francisco est de plus un endroit réputé tant pour sa haute gastronomie que pour ses petits restaurants qui servent des mets aux couleurs du quartier dans lesquels on les trouve. Grands restaurants français et italiens côtoient ainsi les petits échoppes mexicaines ou encore asiatiques, offrant une multitude de plaisirs et de manières de consommer ces derniers. Si l’envie vous prend de venir monter votre boulangerie à San Francisco ou votre restaurant français servant le coq au vin ou les galettes de sarrasin, courez, ne perdez plus une secondes, l’Eldorado est ici !

Le paradis des trouvailles introuvables et des ballades improbables.
Chaque week-end à San Francisco est une nouvelle occasion de partir en vacances, de souffler, de s’inventer une autre vie. Après l’agitation créative et bouillonnante qui rythme les semaines de cette ville-ruche à start-up, vient le temps du laisser-aller. Qu’il s’agisse du coeur de la ville et des alentours de la baie, pas de répit pour la découverte. Chaque samedi et dimanche midi, l’institution du brunch fait autorité aux quatre coins de la ville. Selon l’endroit où votre estomac aura choisi d’élire domicile, il est possible de flâner à l’envie mais dans des atmosphères toujours différentes. Ainsi pourrez-vous écouter un groupe de jazz ou même une chanteuse d’opéra dans les cafés italiens de North Beach pour ensuite vagabonder, comme au temps de Jack Kerouac, dans les librairies du coin, entre les allées vertes de Washington square ou de Fort Mason. Un peu plus loin, dans le quartier riche et blanc de la Marina, place aux boutiques huppées.

Dans une atmosphère totalement différente, rien de plus agréable qu’un hamburger organique sur Haight Street suivi d’une chasse aux friperies qui vous tiendra en haleine durant quelques blocks. De même, les restaurants aux alentours de Dolores Park, Castro ou encore Noe Valley offrent les meilleures terrasses ensoleillées de la ville. Il m’arrive ensuite très souvent de me perdre en détours par les nombreuses et incroyables petites boutiques du coin, de m’allonger sur une colline de Dolores Park et de finir l’après-midi au Castro Theater. Ce dernier compte parmi les plus anciens cinémas de la ville. Avec son architecture et sa décoration mi-vintage mi-baroque et ses projections de Pulp Fiction, Boogie Night et autres classiques, il ne manque pas de surprendre quiconque s’y aventure, sans oublier le public incroyablement réactif et déchainé qui fait la réputation du fameux cinéma.

Skiing or surfing this week-end ?
San Francisco charme ses habitants, certes. Mais il ne fait pas oublier que les alentours de la ville participent à cette alchimie par les loisirs et paysages qu’ils offrent aux San franciscains. Ainsi, il est plutôt facile lorsqu’on cherche à être dépaysé, le temps d’un week-end, de trouver son bonheur. La Napa Valley, la Provence locale à moins de deux heures de route, n’est ainsi pas dépourvue d’adorables petits cottages dans lesquels, entre deux visites et dégustation dans les caves du coin, il fait bon lézarder au soleil. Pour les sensations un peu plus intenses et les sports de glisse, rien de tel qu’un week-end au bord du lac Tahoe où les stations de ski sont ouvertes une bonne partie de l’année, et lorsque qu’elles ne le sont plus, à vous les randonnées en forêts et les baignades rafraichissantes. Dans la même veine, le parc national de Yosémite est le rêve de tout campeur (du dimanche ou non).

Plus exotique et peut-être il est vrai un peu moins abordable, les îles de l’archipel d’Hawaï sont à cinq heures d’avion et les vols au départ de l’aéroport de San Francisco sont les moins chers du monde, on peut ainsi s’en sortir pour 300-350 dollars l’aller-retour. Si les spots de surf de Maui vous font un peu trop peur pour commencer, la côte californienne et notamment la ville de Santa Cruz ne sont pas en reste de spots de rêves. Dans cette dernière, située à seulement une heure et demi au sud de San Francisco, le temps semble s’arrêter et toute sortie prend un air de vacances : rien de tel que de longer la jetée rocheuse et admirer les surfeurs prendre la vague au milieu des lions de mer et autres dauphins.

En somme, la baie et ses alentours offrent des possibilités variées et intéressantes, et même s’il est vrai que la ville de San Francisco reste un endroit unique au monde où il fait bon vivre au quotidien, les multiples opportunités d’escapades qui l’entourent ne la rendent que plus attractive, et c’est selon moi, ce qui rapproche la Calif’ de la France : ses multiples facettes sont à l’origine d’une découverte perpétuelle, l’esprit cool en plus.

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En vous abonnant, vous acceptez les CGU

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.