Fermer
menu

Les salariés passent moins de 40% de leur temps de travail à… travailler !

heures-de-travail

Ne vous cachez plus derrière votre écran, on vous a démasqué ! Une étude de la société Workfront, rapportée par le site Inc.com, vient de donner un grand coup de pied dans la fourmilière des salariés américains en révélant que ces derniers n’étaient pas vraiment « overbooked » (débordés). En effet, le travailleur moyen passe seulement 39% de leurs journées ouvrées à réellement travailler. Un paradoxe quand on sait qu’une majorité d’entre eux se plaignent d’être surmenés, et déclarent ne pas réussir à trouver un équilibre entre vie pro et vie perso. Pour autant, la paresse ou la mauvaise foi n’ont rien à voir avec ce constat. Mais quel est donc le problème ?

  • Retrouvez tous nos articles pour booster votre productivité

Pour son enquête intitulée 2016-2017 State of Enterprise Work Report: U.S. Edition, Workfront a interrogé plus de 600 employés de grandes entreprises. Le bilan est édifiant : le temps réel consacré au travail a chuté de 46% en 2015 à 39% en 2016. Quelle est la cause d’une telle baisse de la productivité ? On serait tenté d’accuser les réseaux sociaux, Facebook et Tweeter en tête, tout comme le temps passé à jouer à des quiz, à partager des GIF de chats, etc. Autant de sources de distractions qui nous donneraient l’impression de perdre du temps pour finalement être débordés de travail. Mais l’enquête écarte le rôle des réseaux sociaux qui n’occupent que 30 à 60 minutes de nos journées au bureau. En revanche, selon Workfront, les plus grandes distractions viennent « d’en haut ».

temps-reel-passe-a-travailler

C’est la faute des managers !

Les salariés interrogés ont déclaré consacrer 21% de leurs journées aux réunions (dont la moitié ne seraient pas productives selon eux) et 16% à répondre aux mails. En d’autres termes, même lorsque les employés veulent faire le travail, ils doivent composer en permanence avec l’interruption de leurs managers tout au long de la journée.

Vos collègues aussi sont en tort

Autre facteur avancé par l’enquête pour expliquer la baisse de productivité : les rapports entre collègues. Aux États-Unis, le pourcentage de travailleurs en conflit avec d’autres collaborateurs a augmenté de manière impressionnante : il est passé de 81% en 2014 à 95% en 2016. Des relations qui s’enveniment avec l’avènement des open-spaces. Les salariés déplorent de plus en plus les collègues qui parlent fort et la déshumanisation des bureaux au profit des espaces de travail toujours grands.

De même, Workfront l’annonce : « L’heure du déjeuner est morte ! ».  57% des employés de bureau interrogés bénéficient en moyenne de 30 minutes ou moins pour déjeuner, et près de 3 Américains sur 10 prennent 15 minutes ou moins pour manger.

Télétravail pour les Américains, horaires flexibles pour les Français

Alors que les heures de travail deviennent moins productives, force est de constater qu’elles augmentent également : aux États-Unis, le temps moyen passé au bureau est passé de 44,3 heures en 2015 à 45,1 heures en 2016. C’est pourquoi, le télétravail s’impose peu à peu chez les salariés soucieux de mieux répartir leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Une pratique de plus en plus largement acceptée par les entreprises qui y voient là un levier pour booster le bien-être et donc la productivité de leurs équipes.

Une réalité qui fait écho à une enquête Ipsos publiée aujourd’hui et selon laquelle 2 Français sur 3 se déclarent favorables au télétravail. En effet, 65% travaillant dans un bureau se disent intéressés par le travail à domicile ou le travail nomade, qu’ils pratiquent déjà pour 24% d’entre eux. 14% le font de façon ponctuelle et 10% de façon régulière. Améliorer sa productivité n’est pas la première raison qui poussent les Français à solliciter ce mode d’exercice de l’activité professionnelle. Sur la première marche des motivations : la réduction du temps passé dans les embouteillages. Vient ensuite le besoin de décentralisation économique en dehors de la capitale et des grandes villes, suivi de l’amélioration du rythme de vie.

Pour « l’efficacité au travail, la productivité », les Français ne sont qu’une courte majorité (51%) à trouver que le télétravail est une bonne chose. Interrogés sur les moyens qui permettraient d’être « plus efficaces » dans leur travail, les Français plébiscitent des horaires « plus flexibles » (85%), devant « travailler plus souvent de chez soi » (72%) et l’accès à des « espaces de convivialité pour favoriser les échanges informels » (65%).

2 salariés sur 3 souhaitent télétravailler en France

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Au menu du 8 novembre : réseaux sociaux, ressources humaines, business, marketing – Jérôme Le Coeur
    9 novembre 2016 - 12h14

    […] Les salariés passent moins de 40% de leur temps de travail à… travailler ! Ne vous cachez plus derrière votre écran, on vous a démasqué ! Une étude de la société Workfront, rapportée par le site Inc.com, vient de donner un grand coup de pied dans la fourmilière des salariés américains en révélant que ces derniers n’étaient pas vraiment débordés. […]

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.