Fermer
menu

Les Français ne sont jamais contents au travail

Les Français sont fidèles à leur réputation de grincheux et se montrent très critiques sur leur environnement de travail, selon une enquête sur le bien-être au travail réalisée Ipsos et Steelcase. Plus de 10.000 personnes, travaillant dans des entreprises de plus de 100 salariés, ont été interrogées dans 14 pays (France, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, États-Unis, Russie, Pologne, Turquie, Inde, Chine, Mexique, Canada et Espagne) pour mesurer la satisfaction et le bien-être au travail. Et il n’y a pas photo : nous sommes vraiment les champions du monde de la critique systématique. Cocorico !

Environnement-travail-dislike

D’après cette étude internationale sur la satisfaction des employés par rapport à l’ambiance et l’environnement de travail, les Français sont incontestablement les plus mécontents. Ils sont ainsi 43% à se plaindre de leur environnement de travail, loin devant les personnes des autres pays qui se disent plutôt satisfaites en moyenne.

Steelcase-satisfaction

La raison de la colère ? L’exception française !

On pourrait se dire que c’est la généralisation de l’open space qui génère autant de colère, mais il n’en est rien. La France est en effet l’un des rares pays où les bureaux individuels sont encore très nombreux (28% des salariés travaillent dans ce genre de configuration). Il n’y a guère qu’aux Etats-Unis (où 35% des salariés US ont encore un bureau individuel) que ce mode d’organisation de l’espace de travail est encore plus fréquent qu’en France. En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas par exemple, les salariés travaillant seuls dans un bureau personnel sont deux fois moins nombreux qu’en France et représentent à peine plus de 10% des configurations de bureaux.

Steelcase-espaces-travail

L’open space c’est « laid, froid, impersonnel et stressant »

En ce qui concerne l’open space, la France est dans la moyenne mondiale avec 24% des bureaux organisés en espace ouverts. Mais l’open space fait l’unanimité contre lui : il est jugé « laid « , « froid », « impersonnel » et « stressant ». Un point de vue partagé par les salariés des autres pays. Plus d’un tiers des sondés accusent même l’open space d’être responsable de leur mécontentement. Mais au-delà de l’organisation des bureaux, ce qui pose problème c’est le fait qu’un salarié sur deux ne peut pas choisir son espace de travail.

Télétravail : la France en retard, comme toujours

On pourrait se dire que des modes de travail alternatifs comme le travail mobile, pourraient améliorer la satisfaction des salariés, notamment les Français. Mais d’après l’enquête, nous sommes encore bien en retard par rapport à d’autres pays au niveau de la mise en place du télétravail. « 79% des travailleurs français n’ont jamais accès au télétravail. En comparaison, au Royaume-Uni, 48% des collaborateurs ont la possibilité de travailler à domicile et 9% d’entre eux travaillent même de chez eux tous les jours » indique l’étude. Et les entreprises françaises sont tout aussi logiquement à la traîne au niveau des aménagements pour les travailleurs nomades : seulement 36% des employeurs français ont prévu des espaces pour les accueillir, bien loin des 57% des entreprises hollandaises.

Steelcase-teletravail

Les Pays-Bas ont tout compris

Les Pays-Bas justement, à l’inverse de la France, apparaissent comme le pays où les salariés sont les plus satisfaits de l’ambiance de travail : 82% des salariés apprécient l’ambiance alors qu’en France ils ne sont que 65%. Comment expliquer cette différence énorme ? Il y a évidemment une donnée culturelle sur le rapport au travail et au management. Et les Pays-Bas sont incontestablement un pays pionnier au niveau du design des bureaux, des aménagements et des méthodes de travail.

Steelcase-ambiance

Seuls 6% des Français trouvent que leur bureau est beau

Mais c’est surtout le sentiment de pouvoir choisir comment on travaille qui joue sur la satisfaction. La France est effet l’un des pays où les salariés sont les moins nombreux à pouvoir choisir leur espace de travail en fonction de la tâche à effectuer au cours d’une même journée. Résultat, les salariés français sont aussi ceux qui ont le moins de possibilités de se concentrer sans être interrompus (lire à ce sujet les effets négatifs des interruptions au travail). Parmi les salariés des 14 pays, les Français sont aussi ceux qui peuvent le moins exprimer librement leurs idées. C’est sans doute un paradoxe qui peut expliquer une part du mécontentement hexagonal : la liberté en tant que valeur est érigée au rang de devise nationale mais n’a pas cours dans les entreprises.

Steelcase-choix

Les salariés français subissent donc leur environnement de travail plus qu’ils ne le choisissent. Seulement 6% des salariés hexagonaux trouvent leur bureau « beau ». Après la Pologne, c’est le taux le plus bas. Mais il n’y a pas que l’esthétique qui compte, les Français sont aussi les moins nombreux à qualifier leurs locaux d’innovants…

Steelcase- Concentration

Que veulent au final les salariés pour se sentir mieux ? Selon L’étude d’Ipsos et de Steelcase, ce qui ressort en premier c’est la possibilité de s’isoler du bruit dans une pièce à part, pouvoir faire du sport ou se reposer sur leur lieu de travail (faire la sieste ou avoir une salle de sports). Le travail mobile est aussi plébiscité par les salariés de tous les pays.
Satisfaire les salariés français n’est pas simple, la critique est un sport national très ancré dans notre culture. Peut-être faudrait-il tout simplement commencer par leur demander leur avis et les écouter un peu plus…

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Manu
    17 septembre 2014 - 16h54

    Hihi c’est tellement vrai 🙂

  2. Alex
    26 septembre 2014 - 12h23

    Si on apprenait aux enseignants à enseigner, et aux managers à manager, on arriverait sans doute à redonner confiance aux êtres humains que nous sommes. Notre culture, qui adorre les analyses savances en sciences humaine est infouttue d’appliquer des principes simples à la vie de tout les jours. Encore moins aux relations pédagogue/apprenant, entreprise/client, recruteur/recruter.
    Faites ce que je vous dis, mais surtout ne regardez pas ce que je fais. L’exemplarité est un principe dont on voit bien qu’il ne sera jamais acquis tant que le haut de la pyramide continuera à sentir le fromage.
    Dans le monde du travail, tant qu’une réflexion et une démarche qualité ne seront pas appliquées à ces domaines, la culture ne changera pas et personne n’apprendra ni à travailler ensemble, ni à mettre en place les conditions idéales pour que du collectif, l’individu retrouve le chemin vers un emploi épanouissant.
    La France souffrira encore demain de la culture qu’elle mérite aujourd’hui.
    En attendant, il fait bon travailler ailleurs.

  3. thibaud
    5 février 2015 - 10h53

    L’approche et l’étude de la satisfaction au travail nécessite de disposer d’outils méthodologiques : voir la matrice de Karasek dans « Conditions de travail et satisfaction au travail » : http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=464

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.