Fermer
menu

Saint-Valentin : quand l’amour frappe au travail

AmourautravailLes choses n’ont guère évolué au cours des 50 dernières années. Le lieu de travail demeure un lieu de rencontres amoureuses pour environ 10% de la population, derrière les bancs de la faculté (15%), selon une étude de l’Institut national des études démographiques (Ined). Mais quand les salariés se croisent dans les couloirs de l’entreprise prêts à se susurrer « Je pense si souvent à toi que ma raison en chavire »*, c’est autrement plus drôle qu’une idylle née des lectures de Freud : « Notre amour serait-il l’oeuvre d’une causalité sauvage posant l’autre comme cause d’une métamorphose de soi ? » Plus drôle parce qu’il faut ruser devant les collègues mais aussi plus difficile à gérer : seulement 23% des relations au travail aboutissent à un mariage. Il faut dire que plus d’un tiers de ces liaisons sont des aventures extraconjugales, d’après le site canadien AshleyMadison.

De quoi alimenter les nombreuses rubriques sexo du web. Lola s’interroge par exemple sur l’avenir de son couple : « Je suis avec mon amoureux depuis plus d’un an et j’ai appris récemment par sa maîtresse, qui n’est autre que sa collègue de travail, qu’il me trompe régulièrement avec celle-ci. Dois-je aller voir cette briseuse de couple et lui faire comprendre de ne plus approcher mon homme ? Ou bien dois-je laisser faire le temps et ignorer cette fille ? ». « Adresse, force, ruse, et tromperie. Tout est permis en matière d’amour »*, serait-on tenté de lui répondre. Tous les salariés n’ont pas ces soucis à gérer. Libres de leurs actes, ils peuvent alors exhiber leur amour. Comme Isabelle et Christian deux employés d’une « banque connue ».

Leurs regards « se sont croisés dans les couloirs de l’entreprise », explique Christian aux caméras de télévision. Le soir, il retrouve sa belle « dans l’ascenseur« … Un classique du monde du travail pour s’envoyer en l’air : le monte-charge arrive en cinquième position des endroits qui font le plus fantasmer, derrière la salle de réunion, le bureau du patron mais devant le parking de la société, apprécié tout de même pour son côté pratique.

Amour au travail : ce que dit la loi

Si vous êtes célibataire, ce jeudi vous vous sentirez peut-être un peu seul(e). Mais ça n’est pas une raison pour draguer vos collègues. Vos assauts pourraient en effet vite passer pour du harcèlement sexuel. Et la loi ne badine pas avec ce type de comportements. D’autant que depuis le mois d’août dernier, le législateur a précisé la définition du harcèlement sexuel, considéré désormais comme : « le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des gestes, propos, ou tous autres actes à connotation sexuelle, soit portant atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créant pour elle un environnement intimidant, hostile ou offensant ». Un délit puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende. Quand c’est l’employeur qui agit de la sorte, la circonstance est jugée aggravante, il risque alors 3 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

La Justice a déjà eu à trancher plusieurs cas de harcèlement sexuel, rappelle le site JuriTravail. Ainsi, l’envoi de messages à caractère sexuel via le logiciel MSN à une collègue de travail, même en dehors de l’entreprise, a été qualifié en tant que tel. L’organisation d’une réunion dans une chambre d’hôtel par un supérieur hiérarchique en vue d’une éventuelle « promotion professionnelle » également…

  • Julien Clerc, Le coeur volcan, 1971
  • Jean de la Fontaine, Contes et nouvelles en vers, 1665

(Source Image : Office love affair concept par Shutterstock

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.