Fermer
menu
  • Ressources Humaines

Le boom de la rupture conventionnelle sur le déclin

Avec seulement 1,5 % d'augmentation en 2019, le ralentissement du nombre de ruptures conventionnelles se confirme, selon les derniers chiffres de la Dares.
Les chiffres de la rupture conventionnelle

(GettyImages/Mknoxgray)

De +7,3% en moyenne sur la période 2014/2017, le nombre de « ruptures co » était déjà tombé à +3,9% en 2018. En 2019, 440 000 ruptures conventionnelles ont été enregistrées (+1,5%), soit une moyenne d’environ 37 000 par mois.

Tous les secteurs d’activité concernés

Tous les secteurs sont concernés par ce ralentissement, à l’exception de l’information et de la communication où les ruptures conventionnelles ont augmenté de 12% en 2019 (après +9,9% en 2018 et +10,7% en 2017). Pour autant, le secteur ne représente que 5% de l’ensemble des ruptures conventionnelles. Les secteurs où le nombre de ruptures connait le ralentissement le plus marqué ? L’hôtellerie-restauration, l’administration publique, l’enseignement, la santé,  l’action sociale et l’industrie, qui passent d’une évolution supérieure à 10% à une quasi- stagnation.

À lire également :
Quels délais pour la rupture conventionnelle ?

Moins de ruptures dans le Grand Est et l’Occitanie

La plupart des régions suivent la tendance à la décélération, certaines voient même le nombre de rupture baisser. C’est le cas du Grand Est avec -1,5% et de l’Occitanie, avec -0,2%. Pour certaines, au contraire, les ruptures restent plutôt dynamiques, notamment dans les Hauts-de-France, avec 5,2% d’augmentation, un niveau supérieur à celui de 2018.

À lire également :
RH : quand faut-il accepter une rupture conventionnelle ?

Diminution des homologations chez les moins de 30 ans

La tendance est nette chez les moins de 30 ans : en 2019, les ruptures conventionnelles ont diminué de 1,3%. Le ralentissement est encore plus marqué pour les 30-39 ans, avec une croissance passée de 10% en 2017 à 2,4% en 2019.

Même si le ralentissement concerne également les salariés les plus âgés, l’usage de la rupture conventionnelle reste assez dynamique pour les plus de 60 ans : +5,9% en 2019, après +6,1% en 2018 et +11,5% en 2017.

Les cadres toujours séduits par la rupture conventionnelle

Plus de la moitié des demandes de rupture conventionnelle sont faites par des employés. Pour ces salariés, le nombre de demande a augmenté de 1,9% en 2019, c’est moins que 2018 (+2,2%) et 2017 (+8,1%). Quant aux cadres (20% des signataires), ils sont toujours attirés par ce type de rupture de contrat, leur nombre augmentant de 9,3% en 2019, dans la continuité de 2018 (+10,8%). Ce sont aussi les cadres qui bénéficient des indemnités les plus avantageuses, avec une indemnité médiane à 5500 euros contre moins de 1000 euros pour les employés. C’est aussi le cas si on choisit de gommer les différences de salaire en mesurant l’indemnité en mois de salaire par année d’ancienneté, l’indemnité médiane s’élève alors à 0,30 mois de salaire pour les cadres contre 0,25 mois chez les employés et les ouvriers, soit le minimum légal.

À lire également :
La rupture conventionnelle collective : comment la mettre en place ?

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une