Fermer
menu

Que pensent les recruteurs de vos loisirs ?

CurriculumSur le marché du travail, la compétition est dense, surtout depuis la crise. Pour un même poste, les recruteurs reçoivent de nombreux CV de candidats qualifiés. Mais au final, ils ne devront choisir qu’un, celui dont le profil les inspirent. De leur côté, les prétendants ont recours à différentes méthodes pour se distinguer des autres et se créer un profil unique. Enrichir la rubrique loisirs de son CV en fait partie, comme le démontre l’Université de Neuchâtel en Suisse, qui a mené l’enquête auprès de 66 étudiants et 33 recruteurs spécialisés dans l’analyse de CV. Alors quel est l’impact de cette rubrique en bas du curriculum sur les recruteurs ? L’avis de ces derniers et de celui des jeunes sur la question n’est pas vraiment le même…

« Cela permet de sortir du lot »
96% des étudiants interrogés par les chercheurs de l’Université de Neuchâtel pratiquent une activité, qu’elle soit sportive, culturelle ou artistique, associative ou bénévole. Pour eux, celle-ci ne peut être vue que d’un bon oeil par les recruteurs, et peut même augmenter leurs chances de se faire engager. Environ la moitié des étudiants pensent que les recruteurs utiliseront ces activités pour se faire une idée de leurs compétences ou pour avoir une idée de leur personnalité. Selon l’un des étudiants sondés, « avoir des activités ça montre de la persévérance, de l’intérêt, de la curiosité. Et ça aide à sortir du lot… « 
25% des étudiants avouent même que pratiquer une activité extra-scolaire dans le but d’enrichir leur CV et de se préparer au monde de l’entreprise, voire dixit l’étude, parce « cela fait bien dans le CV ». Mais après tout, parfois la fin justifie les moyens.

Mieux cerner le candidat
Les recruteurs sont quant à eux plus discrets. Peu dévoilent leur méthode d’évaluation des CV. Et si tous disent tenir compte de la fameuse rubrique loisirs, chacun a sa manière de l’interpréter. Mais la plupart s’accordent sur le fait que certaines pratiques leur permettent de mieux cerner le candidat. Dans ce cas, pas de surprise : un sportif sera vu comme un battant ayant le gout du challenge, un membre d’association sera considéré comme habitué au travail en équipe ou un potentiel manager, un artiste comme une personne intelligente et créative…

Attention aux interprétations…
Toutefois, la petite expérience de l’Université de Neuchâtel démontre que les candidats soupçonnent rarement le potentiel négatif de la case hobbies sur leur curriculum. Un point pourtant mis en évidence par 40% des recruteurs interrogés. En effet, la pratique intensive d’un sport peut faire craindre à l’entreprise des absences répétées pour cause de blessures ou de compétitions. Ils peuvent également redouter un manque de disponibilité de leur futur collaborateur, déjà investi dans des loisirs très prenants. Pire, « par exemple, un individu pratiquant un sport individuel sera perçu comme quelqu’un qui aura peut-être des difficultés à s’intégrer dans une équipe. »
En conclusion, d’un côté les recruteurs n’imaginent pas les étudiants pratiquer une activité dans le but d’enrichir leur CV, de l’autre les étudiants ne pensent pas au possible impact négatif de leurs loisirs pour leur candidature… C’est ce qu’on appelle un match nul.

Crédit photo : Fotolia © Albachiaraa

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Nicolas Chevallier
    30 décembre 2010 - 10h22

    Il va falloir choisir avec soin ses loisirs et faire un mix de sports collectifs et individuels, soutenir une association et essayer d’être artiste… pour postuler à un job souvent basique et sans réelle valeur ajoutée. Tout un programme.

  2. freretoc
    8 janvier 2011 - 23h17

    Est-il envisageable d’écrire pour affirmer en bas d’un cv que je suis résolument contre la pensée unique? Mon quotidien est en confrontation permanente avec le schéma de société que cette dernière moitié du 20ième siècle a engendré?
    Vous voyez de quoi je veux parler! Il s’agit de cette perverse idée qui nous a menée à la situation que chacun de nous prend en pleine face ou dans le dos entre les omoplates lors du rejet de candidature.
    Le défricheur de candidature, ce cacique, virtuose de la psychologie de l’individu au sein d’un cabinet de recrutement biffe la case « non-corporate » sur votre cv parce que vous pratiquer une activité physique ou intellectuelle qui pour une fois ne nécessite pas de penser- groupe, bataillon, équipe ou collègues de travail. Consternant de lire que le recrutement passe par l’interprétation de nos hobbies.
    Ne rien dévoiler de sa vie personnelle semble être la bonne attitude. La sélection se fera sur le cursus scolaire, la pratique du métier, l’expérience, et l’expression de vos envies dans la fameuse lettre de motivation.
    N’entrer pas volontairement dans le formatage des cabinets de recrutement, soyez plus fin ou revêche…Il faut bien qu’ils évoluent aussi… Bon courage à tous ceux qui cherchent un job.

  3. Pierre-Jean ROSSO
    9 janvier 2011 - 12h02

    Un bien petit échantillon de  » 66 étudiants et 33 recruteurs spécialisés » provoque rien qu’avec le titre de l’article, » Que pensent les recruteurs de vos loisirs ? » plus de 26 100 résultats en 0,14 secondes sur Google
    Le tout,  » comme le démontre l’Université de Neuchâtel en Suisse  » d’un aplomb bien approprié.
    Cette  » enquête » ressemble plus a un exercice de classe qu’à une vraie recherche sur le sujet.
    Bien que je respecte le travail que cela ai pu donner, c’est du même niveau que ces sites qui vous vendent la solution miracle pour toucher le LOTO ou le tiercé, beaucoup de blabla sur des bases trop minces, pas de recroisement de sources.
    Ne rentrons pas dans ce schéma de psychose et restons  » honnête » même en face de certains chasseurs de tête.
    Je veux pouvoir regarder dans les yeux mes collègues.

  4. Priscilla
    10 janvier 2011 - 14h09

    @freretoc et @Pierre-Jean : tous les recruteurs n’accordent pas la même importance à la rubrique « Loisirs » du CV évidemment, et le candidat n’est aucunement obligé d’y faire figurer des informations d’ordre privé fort heureusement !
    Le titre est volontairement généraliste car le sujet concerne tous les candidats. Je précise les détails de l’étude (nombre de recruteurs, étudiants, commanditaire…) justement pour éviter les généralités. Toutes ces études ne sont peut-être pas représentatives, elles ont le mérite de faire la lumière sur certains sujets, et de provoquer, comme ici, le débat ! Merci de vos réactions en tous cas !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.