Fermer
menu
  • Ressources Humaines

RH : les règles à respecter pour transformer un CDD en CDI

Vous avez embauché un de vos collaborateurs en CDD mais l’activité liée à son poste justifie désormais le passage au CDI ? Voilà les informations à garder en tête pour que tout se passe bien.
Ce qu'il faut savoir pour transformer un CDD en CDI

Transformer un CDD en CDI, une procédure simple (GettyImages/NatiMeepian)

Vous pouvez proposer au salarié concerné de débuter un CDI à la fin de son CDD mais vous avez également la possibilité de rompre le CDD avant le terme du contrat, pour le transformer en contrat à durée indéterminée. Dans les deux cas, la procédure est simple.

Un nouveau contrat de travail

La loi n’impose pas que le CDI fasse l’objet d’un contrat écrit mais c’est probablement le cas de votre convention collective. Un contrat de travail écrit et signé reste un document essentiel à formaliser, c’est lui qui donne les grandes lignes de ce que vous attendez d’un collaborateur en contrepartie de sa rémunération (intitulé de poste, nombre d’heures travaillées) et les éventuelles clauses liées à son poste (confidentialité, mobilité…).

Dans le cas où vous opteriez pour un contrat verbal, vous devrez remettre au salarié un document écrit qui récapitule les informations de la déclaration préalable à l’embauche transmise à l’URSAFF.

À lire également :
Quelles règles respecter en cas d'arrêt maladie pendant la période d'essai d'un salarié ?

Quid de la période d’essai ?

La signature d’un contrat en CDI signifie qu’une période d’essai débute mais dans ce cas précis, la période d’essai est diminuée du temps déjà effectué en CDD. Un cadre qui aurait effectué deux mois de CDD verrait sa période d’essai réduite d’autant, dans la plupart des entreprises, il lui resterait donc deux mois à effectuer. Un employé qui aurait signé un CDD d’un an et serait arrivé à la moitié de son contrat n’aurait plus de période d’essai à assurer.

À lire également :
Comment faire de la marque employeur sans budget ?

Pas d’indemnités de fin de contrat à verser

Avec la signature du CDI, l’indemnité de fin de contrat disparaît sauf dans le cas où le CDD arrive à son terme et n’est pas directement suivi du CDI.

En revanche, elle disparaît bien si le salarié refuse votre proposition de CDI alors qu’elle concerne le même emploi, ou un emploi similaire. Dans ce cas, seules les indemnités de congés payés sont dues. D’où l’intérêt de rédiger une lettre de proposition de CDI, qui sera à la fois une preuve de votre démarche et une préparation au nouveau contrat.

A savoir : l’ancienneté dans l’entreprise sera calculée à partir de la signature du premier contrat en CDD

À lire également :
Pourquoi vous devez indiquer le salaire sur une offre d'emploi

Requalification volontaire et requalification forcée

En cas de litige, la requalification d’un CDD en CDI peut-être forcée, car le contrat court ne peut être utilisé que pour répondre à un besoin précis et temporaire de votre entreprise, par exemple une hausse d’activité ponctuelle ou un salarié absent. Le code du travail prévoit donc qu’un salarié qui se trouverait dans cette situation puisse faire valoir ses droits auprès du conseil des Prud’hommes, avec à la clé des indemnités de requalification ou de licenciement.

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une