Fermer
menu
  • bien-être
  • Formation
  • Jeunes diplômés
  • Recherche d'emploi

« Réussir sa vie » : qu’est-ce que ça signifie aujourd’hui ? Avec quel diplôme ?

« L’important dans la vie, c’est de réussir ! ». Qui n’a jamais entendu cette phrase (cette injonction, même) dans la bouche d’un proche, ou vu passer ce discours dans les pages d’un magazine ?

Google lui-même, lorsque l’on tape le mot « réussir » en barre de recherche, fait directement le lien avec « sa vie », « dans la vie », « ma vie »… Les deux notions sont naturellement associées. Mais que signifie « réussir sa vie » ou « réussir dans la vie » ?

Dans son enquête lancée en collaboration avec Harris Interactive auprès de 1013 étudiants, issus de formation différentes (IUT, université, école de commerce, écoles d’ingénieurs, etc.), l’Inseec U a cherché à savoir quelles étaient les attentes des étudiants à l’égard de l’enseignement supérieur et quelle était, plus largement leur conception de la réussite.

À lire également :
9 conseils pour réussir votre carrière sans diplôme

Amour, gloire et beauté : adieu la sainte trinité !

Si pendant des décennies la notion de réussite s’est déclinée en trois mots « amour, gloire et beauté », ce trio a du plomb dans l’aile. Pour la future génération d’actifs, encore sur les bancs de l’école, « réussir » signifie mener une vie « heureuse » et « épanouie », que ce soit dans la vie professionnelle comme personnelle. Et rien d’étonnant à ceux qu’ils mettent les deux environnements sur le même plan puisque l’idéal, pour eux, est d’avoir un bon équilibre entre les deux. Un équilibre qui passera par un poste et des missions intéressantes et par les moyens de faire ce qu’ils veulent de leur temps libre (93 %).

En revanche, ils ne sont que 44 % et 32 % à estimer que pour réussir, il faut devenir son propre patron ou encore travailler dans une entreprise connue. Et le fait de gagner de l’argent n’est « absolument prioritaire » que pour la moitié des répondants seulement.

Quels cursus pour « réussir » ?

Premier élément de réponse qui fait la quasi-unanimité : 94 % des jeunes interrogés, quelle que soit la formation suivie, sont d’accord pour affirmer que les études jouent un rôle important dans la réussite. 93 % affirment même que l’obtention d’un diplôme est inhérente au fait de réussir sa vie.

À lire également :
Recrutement : les valeurs plus importantes que le salaire ou les diplômes

Concernant leurs études, la majorité d’entre eux sont satisfaits de leur orientation dans le supérieur, avec seulement 6 % de déçus. Est-ce à dire que le diplôme répond parfaitement aux attentes des jeunes en matière de formation professionnelle ? Pas vraiment… Les résultats de l’enquête sont relativement paradoxaux. S’ils sont satisfaits de leur cursus, plus d’un quart des étudiants n’a toutefois pas choisi son orientation. Parmi eux, 19 % ont déclaré avoir été poussés par leur entourage dans une formation qu’ils ne souhaitaient pas, tandis que la majorité avoue s’être engagée dans une voie à défaut de savoir ce qu’elle souhaitait étudier à l’époque de faire des choix post-bac. Enfin, pour certains, la sélection était trop difficile ou les études envisagées trop chères, et ils n’ont donc pas pu intégrer la formation souhaitée.

Si le diplôme reste la clef d’entrée, il ne prépare pas assez au monde du travail

En réalité, un étudiant va estimer que ses études sont réussies si elles l’ont mené au diplôme et au travail rêvé et si elles lui ont permis d’acquérir une certaine confiance en lui et en son avenir. Il n’en reste pas moins que près d’un jeune sur deux (46 %) juge le degré de préparation au marché du travail insuffisant. Ils souhaiteraient que leurs études soient plus opérationnelles et qu’elles donnent davantage accès à un réseau de professionnels. 41 % des étudiants déplorent également le manque d’ouverture à l’international et le manque d’innovation dans l’enseignement.

Si l’immense majorité considère néanmoins que leur formation actuelle leur permettra de trouver du travail, ils sont nombreux à estimer qu’ils devront continuer à se former au-delà de leurs études actuelles, notamment pour les étudiants en université.

S’ils devaient reformuler leurs vœux dans le supérieur aujourd’hui, les étudiants chercheraient avant tout :

  • une formation qui leur donne les clés pour évoluer tout au long de leur carrière (88 %)
  • une formation qui les rend opérationnels rapidement sur le marché du travail (84 %)
  • la présence de professeurs et d’intervenants innovants (84 %)

Le souci de rester rentable et employable

Malgré une certaine inquiétude concernant la situation économique actuelle de la France, les étudiants se disent plutôt confiants et optimistes concernant leurs études actuelles ou à venir (82 %), leur vie personnelle et leur future vie professionnelle (80 %). A noter toutefois que les étudiants en école de commerce et d’ingénieurs sont plus nombreux que la moyenne à se dire rassurés.

Cette confiance générale vient notamment de la qualité des formations suivies (87 %) quelles qu’elles soient, mais toujours avec un pourcentage plus fort pour les écoles de commerces et d’ingénieurs. Une très grande majorité est enthousiaste et impatiente à l’idée d’entre sur le marché du travail, et se sent prête à intégrer une équipe et à devenir opérationnel rapidement. 46 % se disent toutefois « perdus » et même « inquiets » (63 %), surtout lorsqu’ils sont en études à l’université.

La crainte d’avoir du mal à trouver un premier emploi est donc toujours présente, même si elle est talonnée de près chez les jeunes (53 %) par la peur de ne pas avoir suffisamment d’opportunités d’évolution ou de décrocher un poste qui manque d’intérêt. Plus que jamais, le souci de rester adaptable et employable est devenu une préoccupation majeure.

À lire également :
Le mouvement est la clé de notre employabilité !

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.