Et si vous preniez un congé sabbatique ?

Autrefois considérée comme une prise de risque, le congé sabbatique fait de nouveau partie des doux rêves caressés par les salariés. Si beaucoup aimeraient avoir le courage de faire une pause dans leur carrière sans jamais s’y résoudre, d’autres franchissent le pas et changent de vie. Selon les études sur le sujet, le nombre de travailleurs qui décident de prendre une année sabbatique tard dans leur carrière augmente. Face à la peur de nuire à sa carrière, l’urgence de « vivre sa vie » est parfois plus forte. Retour sur la définition du congé sabbatique, ses conditions, sa durée, et ses nombreux avantages…

break_vacances

 

Les Millénials ont tendance à changer beaucoup plus d’entreprises que leurs prédécesseurs. Aussi, de plus en plus d’entreprises proposent des congés sabbatiques voire des congés spécifiques à leurs employés pour voyager, faire du bénévolat ou tout simplement recharger les batteries. Une nouvelle façon de retenir cette génération de salariés volatiles. De là à ce que toutes les entreprises leur proposent à leurs salariés une fois dans leur carrière, ne nous emballons pas…!

Quelles sont les conditions pour prendre un congé ?

Le congé sabbatique permet aux salariés remplissant des conditions précises d’ancienneté et d’activité de suspendre leur contrat de travail afin de réaliser un projet personnel. La durée du congé est comprise entre 6 et 11 mois. Il n’est pas rémunéré. Mais comment faire une demande de congé sabbatique ? Le départ en congé fait l’objet d’une demande de la part du salarié et d’une réponse de l’employeur respectant des contraintes de forme et de délai. L’employeur peut décider de reporter ou refuser le congé dans certaines situations. Après un congé sabbatique, le salarié retrouve son emploi précédent ou un emploi similaire dans l’entreprise, assorti d’une rémunération au moins équivalente à celle qu’il percevait au moment du départ en congé. Le salarié ne peut invoquer aucun droit à être réemployé avant l’expiration du congé, mais il peut toutefois en faire la demande auprès de son entreprise.

12 bonnes raisons de prendre congé

  • Chercher un « meilleur » emploi
  • Créer son entreprise
  • Se reconvertir ou tester un nouveau métier
  • Travailler à l’étranger
  • Faire une formation
  • Faire le tour du monde
  • Prendre du repos
  • Partir en mission humanitaire
  • Elever ses enfants
  • Soutenir un proche malade
  • Construire, faire construire ou retaper sa maison
  • Se consacrer à sa passion

Comment le justifier sur son CV ?

Approfondir ses connaissances, acquérir de nouvelles compétences, enrichir son expérience… Voilà qui justifie grandement une année sabbatique auprès d’un recruteur. Toutefois, toutes les années sabbatiques ne sont pas faciles à valoriser. Ainsi, il sera plus simple de mettre en avant les avantages d’avoir fait un an de bénévolat, de s’être formé, d’avoir soutenu un proche malade, d’avoir travaillé ou créé son entreprise que d’avoir fait le tour du monde, pris du repos ou retapé sa maison…

Pour les étudiants, prendre une année de césure est bénéfique pour le parcours professionnel : cela permet d’acquérir de nouvelles expériences et de faire une pause avant d’intégrer le marché du travail pour le long terme. Toutefois, il n’est pas toujours facile de rebondir après cette année « de pause » et de trouver un emploi en France, c’est pourquoi elle doit être bien préparée et sa fin doit être anticipée.

Quels sont les avantages du congé sabbatique ?

Premier état de fait : ceux qui ont expérimenté l’année sabbatique n’ont… aucun regret ! Sur les 500 personnes interrogées pour le livre « Redémarrer votre vie » (« Reboot your life ») sorti en 2011 qui offre des conseils pratiques sur les interruptions de carrière, pas une seule personne n’a regretté sa décision de prendre une pause (de un mois à deux ans) selon Jaye Smith, co-fondatrice d’un cabinet coaching professionnel basé à New York Reboot Partners, LLC, et co-auteure du livre, interrogée par la BBC. Leurs carrières en ont même été renforcées.

Faire du bénévolat ou avoir une autre expérience professionnelle permet notamment de travailler de travailler aux côtés de professionnels qui ont été formés d’une manière différente de vous et peut servir lorsque l’on revient à son ancien poste. Cela peut également aux salariés un nouveau souffle, une vision nouvelle qui sera bénéfique à l’entreprise lors de leur retour. Qui plus est, leur apprendre à travailler avec des ressources limitées.

Evidemment, un congé sabbatique se prépare, sur le plan financier notamment, et n’est pas accessible à tous. Malgré tout, l’idée séduit de plus en plus de salariés, et pas seulement ceux qui n’aiment pas leur emploi. Et vous, que feriez-vous si vous aviez une année de libre devant vous ? Répondez à notre sondage :

Ces articles devraient vous intéresser

Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.