Fermer
menu

Au travail, le planqué n’est pas toujours celui qu’on croit

Hiding from bossCertains médias se sont faits une spécialité de leur tomber dessus. Au café du commerce, ils en prennent aussi pour leur grade. Eux, ce sont les planqués, avec une nette préférence pour les fonctionnaires lambda (agents des impôts, de la DDE, de la SNCF, d’EDF, etc.) comme les « planqués de la République » : conseillers d’État invisibles, membres de commissions aussi inconnues que particulièrement bien rémunératrices. Mais le secteur privé n’est pas épargné. Là aussi certains réussissent, semble-t-il, à trouver la bonne planque. Dans ce cas, c’est le collègue incompétent, ou prétendument tel, sur qui on passe ses nerfs, celui dont on se demande comment il peut être encore en poste.

« Il y a ceux qui sont dans l’entreprise depuis longtemps, protégés par leur hiérarchie ou encore par les syndicats. Mais il y a aussi ceux qui, suffisamment intelligents, savent jouer des codes sociaux de l’entreprise. Jamais isolés, ils savent alors se rendre sympathiques avec tout le monde et surtout donner le change », témoigne Vincent *, chargé de recrutement au sein d’un grand groupe alimentaire. Et cela pèse sur l’organisation. « Dès lors qu’un collègue est à l’écart, un sentiment d’inégalités existe. Et chacun de se demander pourquoi l’autre peut en faire moins que les autres. Cela déséquilibre le collectif et le met en danger », analyse le sociologue François Sarfati, spécialiste du travail et de l’emploi, auteur de l’ouvrage « Du côté des vainqueurs ».

« L’entreprise encourage le conformisme »

Reste qu’il semble aujourd’hui difficile d’imaginer garder sa place au chaud quand les entreprises cherchent à réduire au maximum les coûts. A moins que les organisations engendrent elles-mêmes ces comportements ? Un point de vue partagé par Corinne Maier, auteure du « Petit manuel du parfait arriviste ». « La grande entreprise, par son conformisme, encourage les planqués. Ceux qui se disent : « tout cela est absurde, je fais semblant d’y croire et j’en fais le moins possible ». Les petits salariés formatés et jargonnant sont légion. On initie, on valide, on élabore des drafts, on imprime des slides, on pratique le « bottom up – top down », on travaille en projets transversaux… »

La saillie est plaisante mais n’explique pas tout. D’autant qu’en entreprise « il est difficile d’évaluer concrètement qui fait quoi deux bureaux plus loin que le sien, on a vite tendance à taxer l’autre de planqué, alors qu’on ne sait tout simplement pas ce qu’il fait », poursuit François Sarfati.

Planqué, synonyme d’improductivité, vraiment ?

Alors simple mythe le planqué ? « Disons que les entreprises sont révélatrices de la société, avec ses bons et moins bons éléments. Après, on demande beaucoup aux salariés. Pour peu qu’ils ne soient pas à 100%, ils auraient vite tendance à faire partie des planqués. Et puis, entre celui qui est présent 12 heures au travail et celui qui fait consciencieusement ses 8 heures, lequel est vraiment le plus productif ? », s’interroge Vincent.

Pourtant, les entreprises auraient plus facilement tendance à reconnaître le savoir-être, la rentabilité immédiate que le travail « bien fait ». « Lors d’une grande enquête menée dans le milieu bancaire auprès de salariés qui devaient rester sur le même poste durant 3 ans avant de changer d’affectation, il a pu être analysé lors d’une étude deux types de comportements. Le premier, c’était le salarié qui « brûlait son portefeuille » : il vendait un maximum de produits à ses clients. Le second était à l’inverse le modèle de l’employé cherchant à créer une relation de confiance avec ses clients afin de les fidéliser. Au final, le premier était pourtant plus facilement promu, bien que son travail pénalise l’entreprise sur le long terme », détaille François Sarfati.

Le planqué, un innovateur frustré

De telles gratifications peuvent jouer sur la motivation des salariés. Erreur de management ou difficultés à repérer les talents, selon la terminologie actuelle des acteurs des Ressources humaines, l’individu se met alors de lui-même sur le banc de touche. « On constate souvent cela de la part de salariés qui ont voulu s’investir dans l’entreprise. Ils ont proposé des solutions pour faire avancer les choses, des innovations, mais ils n’ont pas été écoutés. Après la désillusion, ils rentrent dans un processus de ras-le-bol et se désinvestissent totalement », perçoit François Sarfati.

« Le fameux slogan du management, « break the mold « , casser le moule, est évidemment un mensonge. Celui ou celle qui casse les codes est destiné au placard ou au licenciement », renchérit Corinne Maier. Selon elle, la clé de la réussite, c’est : « feindre, manier les masques et les faux-semblants, enfumer les autres, ne jamais répondre de rien. Un hypocrite assis va beaucoup plus loin qu’un type honnête ». En résumé, pour réussir, ne faites rien ! Ou plutôt, occupez intelligemment votre planque…

  • *Le prénom a été modifié.

« Petit manuel du parfait arriviste« , Corinne Maier, Édition Flammarion, 187p, 11,99 euros

« Du côté des vainqueurs, Une sociologie de l’incertitude sur les marchés du travail », François Sarfati, Édition Broché, 202p, 21,85 euros

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. nopillard
    26 juin 2013 - 20h39

    Cette analyse est juste. Mais justement, elle ne concerne que les grandes entreprises ou administration. Soit un maximum de 20% des actifs. Les autres 80% bossent dur. Pensez vous que dans une PME ou TPE, il y a des hypocrites ou des non productifs ? Encore une fois, l’analyse des grandes structure est dupliquée par fainéantise à celle des TPE. Ce qui prouve que l’auteur de cette synthèse à occupé intelligemment sa planque en proposant une analyse partielle et biaisée de la réalité. Sur ce, je retourne à ma planque !

  2. Franck
    27 juin 2013 - 7h37

    de quelle taille de PME parlez-vous ? Dans des PME de 200 personnes il est tout à fait possible de suivre ce processus

  3. Nathy
    27 juin 2013 - 10h20

    nopillard a surtout parlé de TPE plutôt que de PME… donc vous avez votre réponse sur la taille, et je ne pense pas qu’il évoque les PME de 200 personnes

  4. Nini
    27 juin 2013 - 15h35

    En tout cas, moi j’ai été dans une PME de 49 personnes, et j’ai bien vécu « l’innovatrice frustrée »… D’ailleurs, mon employeur actuel est pôle emploi….

  5. Mixedbag
    27 juin 2013 - 16h53

    Il faut arrêter de croire qu’en France il n’y a que les grosses boîtes qui embarquent des planqués….. J’ai travailler dans l’artisanat dans de petite structure, dans des PME de 20 a 50 employés, dans de très grosses structures (35000 salarié) et dernièrement dans une administration …… A chaque fois j’ai trouvé des planqués, des branleurs, des traîne savates, des bons a rien, des attentistes, des mytos avec un poil dans la main…… Partout….. Et contrairement a ce qu’on peut croire ou a ce qui est colporté par les clichés et les mythes urbains, la propension de ce type de personne était nettement supérieur dans les boîtes privé…. Je vous invite a regarder plus loin que le bout de votre nez et surtout a apprendre et a vérifier vos infos avant de balancer de grosses conneries (Nopillard c’est pour vous) ou de croire n’importe quoi!!!!

1 commentaire supplémentaire

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.