Fermer
menu

Quels défis à relever pour les expatriés ?

Berlitz2On recense des expatriés français dans plus de 160 pays, et cette communauté ne cesse de croître d’année en année. Partir travailler à l’étranger tente de plus en plus dans le monde. Mais si l’expatriation constitue avant tout une expérience personnelle et familiale selon l’enquête menée par Berlitz pour le lancement de son Observatoire de la mobilité internationale, elle est généralement davantage valorisée sur le plan professionnel. Et c’est justement dans ce domaine que les expatriés rencontrent leurs principales difficultés, et celui qu’appréhendent le plus les futurs expats. Alors quels sont véritablement les défis qu’ils doivent relever lors de leurs séjours ?

La langue, « le plus important »

Pour les expatriés, c’est sans aucun doute la langue qui constitue le principal challenge (pour 44% d’entre eux) au départ. Elle apparait en effet comme l’outil d’intégration le plus simple, d’où cette forte appréhension. Idem pour les futurs expatriés qui sont 46% à s’en inquiéter. Mais contrairement ce que l’on pourrait croire, ce sont les expatriés de langue maternelle anglaise qui craignent le plus la barrière de la langue (à 72%) ! N’ayant pas accès à une seconde langue à l’école, ils connaissent beaucoup moins bien les langues étrangères que les Français par exemple, qui eux ont accès à l’apprentissage de plusieurs langues durant leur cursus scolaire.

Etre efficace au travail

Etre aussi efficace dans son pays d’accueil que dans son pays d’origine constitue le second défi à relever pour les expatriés (40%), qu’ils aient déjà une expérience en tant qu’expat ou pas encore. Bien souvent, cette inquiétude est liée à la méconnaissance du pays de destination et de sa culture par les futurs expatriés. Selon l’étude Berlitz, les expatriés s’attribuent la note de 5,6/10 sur la connaissance préalable du pays où ils partent. Ce sont les plus de 40 ans qui s’avouent être plus « ignares » et ceux qui s’envolent pour l’Asie.

S’adapter à son nouvel environnement professionnel

Les nouvelles conditions de travail rendent souvent l’intégration professionnelle des expatriés plus difficile. Il faut apprendre de nouveaux codes, de nouvelles règles de fonctionnement ou s’adapter à de nouveaux types relations hiérarchiques. 40% des expatriés disent avoir été surpris par la difficulté à comprendre leur équipe ou à se faire comprendre d’elle. Une phase d’observation est donc en recommandée comme en témoignent un expatrié sondé : « Tout d’abord il faut observer pour comprendre le nouveau contexte et ensuite faire des ajustements ».

Parmi les autres défis, les expatriés expérimentés ou futurs identifient également l’adaptation à un nouvel environnement culturel et au style comportemental du pays d’accueil.

En conclusion, si le projet d’expatriation est vu comme une expérience personnelle riche, les expatriés sont plus nuancés sur son impact positif sur le plan professionnel aux vues des difficultés qu’ils sont amenés à rencontrer. Pour le futur expatrié, c’est l’intérêt du contenu du poste qui suscite le plus d’optimisme.
L’expatriation en elle-même ne constitue peut-être pas un tremplin professionnel, mais la valeur ajoutée d’une telle expérience à la carrière est unanimement reconnue. Encore faut-il bien s’y préparer pour éviter les mauvaises expériences.

Expatrié(e), répondez au sondage 2010-2011 de Berlitz sur l’expatriation.

  • Source : Livre blanc 2010 de l’Observatoire Berlitz de la mobilité internationale.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.