Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Quand les jeunes racontent leur premier emploi

PremieremploiDébut 2010, le taux de chômage des 15-24 ans s’élevait à 23% en France. L’emploi des jeunes va mal, et ne parlons même pas de leur éventuelle retraite… Mais comment vivent-ils la recherche d’emploi au quotidien, et en particulier, de leur tout premier emploi ?
Anne Dhoquois, journaliste et auteur de « Premier Emploi : quand les jeunes racontent », s’est posée cette question. Elle a pris le parti de la vie réelle, invisible aux yeux de tous, mais à laquelle des milliers de jeunes sont confrontés chaque jour : stages, recherche d’emploi, entretiens d’embauche réussis ou ratés, CDD, CDI, périodes d’essai non renouvelées…
L’ouvrage est en fait le carnet de route d’une vingtaine de jeunes : de Clara, 22 ans, titulaire du Brevet et hôtesse de caisse à Julie , 25 ans, diplômée d’un Master Pro marketing et chargée d’études en passant par Yann, 28 ans, polytechnicien et chargé de mission ou Anna, 24 ans, sans diplôme, assistante de vie… Ils y parlent de leur vécu, de leur ressenti, de leurs rapports aux autres. Toutes origines et tous secteurs confondus. Un recueil de témoignages qui étonnent souvent par la lucidité de leurs auteurs et dont voici quelques extraits…

Profession : testeuse de métiers
« Après la formation, j’ai été embauchée comme agent administratif dans le cadre d’un contrat d’avenir dans une école spécialisée pour enfants ayant des problèmes d’apprentissage ; c’est encore la mission locale qui m’a trouvé cet emploi. Le contrat devait durer deux ans ; je suis restée trois mois. On m’a dit que l’école me formerait une fois embauchée, notamment aux outils informatiques et en fait je devais apprendre toute seule, par mes propres moyens. Et puis ma supérieure me laissait seule, sans travail. »

Clara D, 22 ans, brevet des collèges, hôtesse de caisse en contrat de professionnalisation de janvier à mai 2010 dans la grande distribution en zone périurbaine.

Le manager qui voulait être exemplaire
Recette manager« Le monde du travail, c’est une renaissance, un moyen de corriger les traits de caractère dont on est le moins fier, de prendre conscience de ses lacunes pour avancer, pour devenir meilleur. C’est un effort quotidien pour lequel il faut se faire violence sans attendre de s’installer dans la routine. »

Dominique F., Master 2 en logistique industrielle, ingénieur en logistique, en CDI, zone urbaine.

L’idéal est-il soluble dans le travail ?
« J’ai découvert la course aux objectifs pour la réalisation des chantiers, discuté avec des encadrants techniques débordés qui ont à peine le temps de s’occuper de l’insertion sociale des personnes. De façon plus générale, j’ai découvert le côté « cour de récréation » de la vie active : les coups bas entre personnes qui ne s’apprécient pas, les médisances, les non-dits, les copinages, etc. Je m’y attendais, j’avais observé ce genre de comportements lors de mes jobs d’été, mais j’étais déçue de voir l’ampleur que cela pouvait prendre, même dans une structure à vocation sociale ».

Lola B., Master 2 en management et gestion des organisations de l’économie sociale, Chargée d’insertion en CAE dans une association située en zone urbaine.

Le temps des regrets

« L’entreprise en question, c’était un grand groupe, et ça m’a motivé au début. J’en avais une bonne image avant d’y entrer. Aujourd’hui, j’ai de la rancoeur par rapport à ce que l’on me demande de faire tout la journée.(…) A la chaîne, mieux vaut ne pas trop réfléchir sinon on devient fou ».

Hicham, 24 ans, Bac S, agent de production en contrat de professionnalisation depuis octobre 2009 en zone périurbaine.

« Premier emploi : quand les jeunes racontent » d’Anne Dhoquois, aux éditions Autrement, collection « Acteurs de la société », 269 pages, 15 Euros.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. catherine belotti
    1 octobre 2010 - 6h10

    Anne Dhoquois a effectivement réussi « une immersion inédite » dans la tête de tous ces jeunes , très divers de par leur origine sociale et leur formation, qui arrivent dans le milieu du travail. Son approche nous oblige à un changement de perspective salutaire sur ce que nous appelons volontiers « les problèmes d’intégration » des jeunes au travail. A lire absolument par tous DRH, recruteur ou manager de proximité!

  2. Priscilla
    1 octobre 2010 - 9h05

    @Catherine : merci de votre passage ! Effectivement, les aspects « immersion » et « ressenti » sont très présents dans ces témoignages…

  3. Françoise
    25 octobre 2010 - 11h02

    J’ai un fils de 24ans qui vit de petits boulots et à côté de ça qui use du systémeD . Ce qui montre que de nombreux jeunes s’adaptent , c’est l’instinct de survie que nous possédons tous il suffit d’ouvrir les vannes de l’ingéniosité 🙂

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.