Fermer
menu
  • Productivité

Productivité : comment atteindre l’état de flow, ou l’extase au travail

L’état de flow, c’est le nirvana du salarié productif ! Découvrez comment accéder à cette zone de totale félicité professionnelle.
état de flow au travail

Espérons que des tâches plus prosaïques qu'escalader une falaise à mains nues vous permettent d'atteindre l'état de flow (GettyImages/Aluxum)

Le flow, c’est un état que vous connaissez probablement déjà, dans votre vie pro ou ailleurs. En tous cas, c’est ce qu’on vous souhaite car l’expression (que nous choisissons de ne pas traduire par “flux”) désigne ce qui se passe dans votre cerveau quand vous êtes plongé dans une activité, pleinement concentré mais également en plein kiff. Vous êtes à 100% à ce que vous faites et ça vous fait du bien.

Selon le psychologue Mihály Csíkszentmihályi, le flow emploie les émotions au service de l’apprentissage et de la performance, “les émotions ne sont pas seulement contenues et canalisées, mais en pleine coordination avec la tâche qui s’accomplit”. Et on peut y arriver même sans carotte pour nous motiver. Pour comprendre concrètement ce dont il s’agit, le psychologue donne l’exemple de l’alpiniste en pleine grimpe qui se donne les moyens de réaliser une tâche prenante, voire dangereuse même quand il ne vise pas l’exploit. Son implication est totale, mais son bien-être aussi.

Vous vous dites probablement que, certes, le concept est sympa appliqué à un entraînement d’escalade sur une falaise verticale mais que vous vous y voyez assez mal en pleine réunion de bilan du deuxième trimestre. Voyons ça de plus près !

Ma journée de travail ? Quelle journée ? Où ça du travail ?

Dans l’état de flow, le reste du monde n’existe plus pour vous et le temps file sans que vous ne vous en rendiez compte. Vous avez donc tout à y gagner ! Qui refuserait de passer trois heures à son bureau et pourtant hors de l’espace et hors du temps tant la tâche à laquelle il s’adonne est épanouissante ?

Pour trouver les activités qui vous font entrer dans la zone de flow, vous ne pouvez pas copier sur le voisin. Si votre collègue prend son pied en organisant le séminaire de la boîte, peut-être que votre extase à vous passera plutôt par le reporting des stats du mois qui vient de se finir.

À lire également :
6 astuces pour lutter contre la somnolence au bureau

Peut-on atteindre l’état de flow en réunion ?

On dit compliqué d’atteindre le flow dans une posture passive, ce qui peut considérablement vous compliquer la tâche dans le cadre d’une réunion. Certaines réunions sont collaboratives et stimulantes mais la grande majorité reste descendante et un brin ennuyeuse. Pas le genre d’endroit où vous oublieriez la nécessité de manger, voire de dormir, ce qui peut pourtant arriver une fois la zone de flow atteinte, toujours selon notre psychologue hongrois Csíkszentmihályi.

On est donc loin de l’état de pleine conscience “quasi hallucinogène” où nos capacités de concentration et de créativité sont décuplées. Sans vouloir plomber l’ambiance, il faudra sans doute chercher votre zone de flow ailleurs qu’en réunion. A moins que…

À lire également :
5 applis de to do pour s'organiser au bureau

Jouer à Tetris pour atteindre le flow

Eh oui, jouer à Tetris entre deux rendez-vous stressants ou même pendant la pause, après une série de 17 bâillements, pourrait vous permettre d’atteindre le flow. C’est en tous cas la conclusion à laquelle sont arrivés trois chercheuses dans une étude publiée en 2018. La voilà peut-être votre solution pour les réunions !

Après avoir soumis un groupe d’étudiant à une situation assez anxiogène (on leur annonçait qu’ils participaient à une étude sur l’attractivité physique et qu’ils seraient jugés par leurs paires), les scientifiques les ont fait jouer à Tetris. Un premier groupe s’est vu attribuer un niveau facile, un autre un niveau évolutif en fonction de ses performances et un dernier, un niveau très difficile.

Il s’avère que jouer à Tetris a permis à certains de ces étudiants de ressentir des émotions positives pendant l’attente des résultats. Mais pas tous : en jouant à un niveau trop facile, on reste dans une zone liée à l’ennui, ce qui empêche l’état de flow, mais en jouant à un niveau trop difficile, on reste dans une zone liée à la frustration, ce qui ne permet pas non plus l’état de flow. Logiquement, seuls les étudiants du deuxième groupe ont pu atteindre l’équilibre délicat que requiert le flow.

Vous l’aurez compris, mieux vaut abandonner l’idée d’entrer en zone de flow en cours de réunion, à moins de discrètement solliciter votre cerveau avec une autre activité. Ce serait dans tous les cas enfoncer des portes ouvertes que dire qu’on ne peut pas être en kiff intellectuel et émotionnel permanent, ni au travail ni même dans sa vie personnel.

Pour autant, ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain : c’est un objectif important que de trouver les activités qui provoquent chez vous cet état de flow ou de comprendre que vos collaborateurs ont eux aussi ont besoin de missions stimulantes et épanouissantes !

À lire également :
Travailler debout augmente votre productivité de moitié

 

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.