Fermer
menu

Et si vous preniez un congé pour créer votre entreprise ?

Vous aussi vous rêvez de devenir votre propre patron ? C’est normal ! Changer de métier, monter sa boîte, ouvrir une chambre d’hôte, bref changer de vie est le rêve de 3 Français sur 4 selon un sondage réalisé par Opinionway dans le cadre du Salon des entrepreneurs qui s’est tenu la semaine dernière à Paris.

Et visiblement les Français n’ont pas peur de se lancer : selon une récente étude de l’INSEE, les créations d’entreprises n’ont jamais été aussi nombreuses. Elles ont augmenté de 6,7% en 2017 contre 5,5% en 2016. Au total, il y a eu 591 267 créations d’entreprises en France en 2017 dont environ 40,9% d’autoentreprises. Mais comment se lancer ? Faut-il démissionner ? Inutile ! Peu de salariés le savent mais il existe un congé fait tout spécialement pour monter sa boîte : le congé pour création d’entreprise.

Étudier le marché et la concurrence, évaluer les risques, tester son produit sont autant de tâches difficiles à concilier avec une vie de salarié. Souvent, le salarié qui souhaite devenir entrepreneur ne peut faire autrement que quitter son entreprise pour se lancer. C’est risqué et effrayant ! Pratique, le congé pour création d’entreprise vous permet de retrouver votre poste si l’aventure échoue. Attention cependant, sachez qu’il n’est pas rémunéré.

Qui y a droit ?

Tous les salariés du privé ou du public peuvent prétendre à ce congé. Il suffit de justifier de deux ans d’ancienneté dans la même entreprise. Mais il y a une condition : il faut que la création concerne la reprise d’une activité industrielle, commerciale, artisanale ou agricole et que la personne concernée par le congé exerce un contrôle effectif dans l’entreprise reprise ou créée.

Entre un et deux ans de congés

Le congé pour création d’entreprise dure un an, renouvelable une fois. La demande est à faire auprès de son employeur deux mois avant le début de celui-ci. L’employeur peut vous le refuser mais il lui faudra argumenter : il faut que l’absence du salarié nuise à la bonne marche de l’entreprise, difficile à prouver pour un employeur.

À lire également :
Comment fonctionne le congé pour création d’entreprise ?

Celui-ci a 30 jours pour donner sa réponse au salarié. Attention cependant si vous travaillez dans une petite entreprise, l’employeur peut vous refuser ce congé pour d’autres raisons : s’il s’agit d’une entreprise de moins de 200 salariés et que le nombre de jours pris par le salarié en congé pour création d’entreprise est supérieur à 2% du nombre de jours travaillés dans les 12 derniers mois, ou s’il s’agit d’une grande entreprise (plus de 200 salariés) et que 2% des effectifs ont déjà eu recours à ce système. Alors, prêt à vous lancer ?

(Photo : istock/RichVintage)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.