Fermer
menu

Anna Sam : les tribulations d’une caissière devenue écrivain

AnnasamAnna Sam, 34 ans, caissière aujourd’hui auteure à succès. Un peu court pour présenter une trajectoire professionnelle si atypique. Pour comprendre les raisons de sa réussite, nous l’avons contactée. « Pour l’occasion, j’ai ressorti mon vieux CV ! ». Comme pour beaucoup de jeunes femmes, ses premiers revenus proviennent de baby-sitting. Pas vraiment son truc. Ado et déjà attirée par les livres, Anna est aussi bénévole dans une bibliothèque municipale. Arrive ensuite la fac. Pour se faire un peu d’argent, elle travaille l’été dans une banque. « Secrétariat, archivage… Je m’ennuyais comme un rat mort mais ça m’a permis d’acheter mon premier jean Levis' », se souvient-elle. « Je me rappelle aussi très bien lire pour occuper le temps et j’avais même apporté une disquette contenant un jeu d’échecs ! Comme première approche du travail, il y a mieux… »

Alors que sa passion des livres reste intacte, Anna décide de réaliser un stage en librairie dans un Leclerc, à Rennes. On est en 2000. Dans la foulée, pour « acheter ses bouquins et payer ses sorties », elle commence à travailler dans cette même grande surface comme hôtesse de caisse. Un emploi en parallèle de ses études, « quelques heures par semaine ». Finalement, elle continuera encore 8 ans après avoir obtenu en parallèle un DEA de littérature en 2004.

Un blog, un livre…

Contre toute attente, « ce passage était obligatoire. Si je n’avais pas fait ce boulot-là je n’aurais jamais écrit le bouquin. Avant j’écrivais bien des nouvelles, mais en les relisant après coup, je rigole ». 2007, Anna lance son blog caissierenofutur.over-blog.com. « Cela c’est fait un peu par hasard. Je cherchais des livres et des sites sur le métier de caissière. Je ne trouvais rien d’intéressant, c’est pourquoi je me suis lancée ». Et très vite de connaître la joie des premiers lecteurs : « 10-15 visites par jour, j’étais ravie. Puis au bout d’un mois, Martin Vidberg (auteur de l’Actu en patates sur Le Monde.fr), cite mon blog. De 15 visites, je passe très vite à 200 par jour. Ensuite, le bouche-à-oreille a fonctionné ».

Les médias s’emparent de son histoire et une maison d’édition la contacte. « Au départ, on m’avait prévenu qu’on écoulerait au mieux 1.000 exemplaires ». Le succès dépasse toutes les attentes : le livre se vend à plus de 500.000 exemplaires et sera traduit dans 21 langues. « C’était totalement inattendu, j’étais la première surprise par ces chiffres. On ne peut pas imaginer une telle chose ».

Un film !

Affichetribulationsdunecaissiere2Janvier 2008, Anna quitte son emploi de caissière. « Ma décision n’avait rien à voir avec le blog. J’avais largement fait le tour du métier, je n’avais aucune évolution de travail possible et quand tu as un Bac +5, tu rêves quand même de faire autre chose ». Ce qui ne l’empêche pas de prendre toujours la défense de ses anciennes collègues. « On répète tout le temps que caissière est un métier de merde. Mais ce travail m’a amené là où j’en suis aujourd’hui. Je pense qu’il faut savoir montrer le côté positif de chaque expérience et savoir en tirer le meilleur partie pour avancer ».

Touchées par la réussite d’Anna, les retours de ses collègues sont positifs. « Elles ont été les premières à acheter le livre et à me demander des autographes. Elle étaient fières de ce que j’ai écrit sur elles, ça changeait du regard que l’on porte habituellement sur les hôtesses de caisse ».

Mais l’aventure ne s’arrête pas là. En 2011, son livre est porté à l’écran. Critique, elle juge après coup que « Les tribulations d’une caissière » est trop éloigné du livre, transformé en une histoire d’amour gentillette qui dépeint mal le monde de la distribution ». D’ailleurs, les chiffres du box-office peinent à décoller. Qu’importe, « ça reste un kiff monumental de voir son nom au cinéma ! »

Aujourd’hui, Anna entame une nouvelle histoire. Elle s’occupe de son enfant en bas-âge et prépare ses prochains projets qu’elle souhaite « rendre en septembre à son éditeur. Si tout va bien… »

Portraits ete 2013

Stéphane Diagana : l’athlète entrepreneur

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. christophe
    17 juillet 2013 - 12h10

    Je trouve particulierement mal venu de présenter le parcours de cette jeune femme, probablement bourrée de talent, comme un exemple représentatif de ce que toutes les caissières pourraient réaliser… à condition d’avoir au moins une passion à assouvir, du temps libre, peu d’obligations familiales, une bonne dose de confiance en soi, les capacités intellectuelles de réussir un diplome universitaire de niveau bac plus 5, et la chance de tomber sur un éditeur qui fait le pari de la publier…
    Toutes ces conditions réunies peuvent en effet faire la différence avec toutes ces femmes que l’on croise en leur disant à peine bonjour, bien souvent. Arretez de nous faire croire à la star-ac à tous les étages de la socièté, ESCROCS!

  2. FmR
    17 juillet 2013 - 15h55

    Bonjour, contrairement à ce que vous affirmez, ce portrait n’est pas du tout présenté comme un exemple représentatif. Au contraire il s’agit d’un parcours atypique, celui d’une jeune diplômée qui à partir d’un poste « alimentaire » a réussi à faire totalement autre chose, mais finalement en lien avec ses études. A travers son blog et ses livres elle a par ailleurs contribué à donner une autre image du métier de caissière. Un emploi difficile à tenir face à des clients souvent méprisants.
    Cet article fait partie d’une série de portraits que nous diffusons cet été autour du thème de la reconversion. L’idée n’est pas de vous faire croire à une quelconque « star-ac ». Il s’agit plutôt de montrer que les trajectoires professionnelles sont à chaque fois uniques et sinueuses. Dans le cas d’Anna Sam c’est une success-story comme il en existe peu, ça vaut le coup de la raconter. Si vous aviez pris le temps de lire l’article dans le détail vous auriez sans doute compris, mais vous avez préféré l’insulte et le dénigrement, c’est votre choix.
    Cordialement.

  3. Anna Sam
    17 juillet 2013 - 20h50

    ho, mais il ne faut pas voir le mal partout…
    oui mon parcours est atypique et bien évidemment qu’il n’est pas représentatif. MAIS il reste un parcours et il est intéressant de le présenter (comme BEAUCOUP d’autres) car il montre qu’une voie n’est jamais fermée complètement.

    Et pour la « bonne dose de confiance en soi », perdue… j’en aurais bien besoin d’un peu plus (comme quoi!!!) justement

  4. Annie Launay
    18 juillet 2013 - 15h54

    Pour qui connaît Anna, on est bien loin de la starisation de bas étage. Simplement, et c’est ce qui est intéressant dans son histoire, on a affaire à une femme dont la vie a changé parce qu’ elle a su utiliser un talent, l’écriture, pour aller au delà de ce qui à priori s’offrait à elle.
    Ce qui fait le succès de la reconversion professionnelle qu’elle soit choisie ou subie procède du même ressort. Et la capacité à transformer les circonstances en opportunités est aussi un moyen de réussite.
    Tout le monde n’a pas vocation à devenir célèbre et tant mieux, ce serait l’enfer. Mais tout le monde peut être amené à changer de vie, professionnelle notamment . Fini le temps ou on « faisait carrière », aujourd’hui il est préférable d’avoir cette ouverture d’esprit qui autorise différents champs des possibles pour aller dans des directions qu’on n’avait pas imaginées.
    J’ai croisé récemment un publiciste devenu démolisseur par obligation et qui a crée son entreprise…

  5. isabelle sandon
    12 octobre 2015 - 15h04

    Bjr, livre super!!! J’ai été caissière pendant 10 ans!!! J’ai arrété pas trop à cause des clients, encore que,,,,,mais à chaque changement de direction, j’étais confronté à leur humeur car j’étais polivalente et donc je négociais pour avoir un samedi de temps en temps mais celà ne leur plaisé pas que je fasse du  » chantage » et bien sur j’étais devenue la tete de « turc ». Mais j’ai démissionné juste le 22 novembre et donc avec le préavis je quitté mon poste le 22 décembre et dans les grandes surfaces l’avant veille de Noel: ils n’ont pas du tout apprécié!!! Maintenant je suis assistante maternelle, qu’elle satisfaction………..

2 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.