Fermer
menu

Pourquoi les femmes se font toujours avoir ?

Pourquoilesfemmes couvAlors, bonnes poires les femmes ? En apparence on dit plutôt d’elles qu’elles ont du caractère, qu’elles savent ce qu’elles veulent, etc. Pourtant, il faut bien le dire, elles sont moins bien payées, accèdent moins facilement que les hommes aux hautes fonctions, et cumulent en général leur travail avec les tâches familiales… Alors « Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? ». Une question un tantinet provocatrice posée par Yves Deloison, journaliste et bloggeur, également auteur de  »Je veux changer de job ! » (Hachette 2011).
Dans son ouvrage, il propose un « Mode d’emploi pour que cela change enfin« … Utile, l’analyse qu’il y fait de la société actuelle est plutôt objective et sans parti-pris, si ce n’est celui de l’égalité. Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? est également agrémenté de conseils d’experts et constituera une très bon guide pratique pour celles qui en ont assez de se faire avoir. Nous avons posé quelques questions à son auteur Yves Deloison…

Quel est ton objectif avec ce livre ? Que souhaites-tu apporter de plus aux femmes que les nombreuses études sur les inégalités Hommes / Femmes ?

Yvesdeloison portraitEnormément de livres ont été publiés, des livres de réflexion, théoriques, qui ont d’ailleurs contribué à ma propre réflexion. Ces travaux parlent souvent aux initiés et aux « convaincu(e)s ». Il y a aussi beaucoup de guides pratiques, fait de conseils pour mieux concilier son temps par exemple, qui sont souvent en direction des femmes. Ces livres sont très bien faits et utiles, mais j’aime partir du principe que ce genre d’ouvrages ne devraient pas s’adresser qu’aux femmes. Quand les femmes gèrent tout, on les conseille pour mieux s’organiser… Je voulais justement sortir de cette logique et comprendre comment s’est mise en place cette répartition des rôles et des tâches entre les hommes et les femmes et comment fonctionnent les stéréotypes qui apparaissent aujourd’hui comme des vérités absolues. Nous sommes le fruit d’un conditionnement…

Quels sont les premiers retours des « femmes influentes » ? Tu as eu notamment des retours de Elisabeth Badinter, Najat Vallaud-Belkacem…

Les retours sont très positifs, les femmes se sentent en phase avec le contenu du livre. J’ai une posture de quelqu’un qui n’est pas a priori concerné par les inégalités qu’il dénonce car je suis un homme. Je ne serai pas prétentieux au point de dire que je suis donc totalement objectif mais cela m’a permis de porter un regard sans parti-pris. Je parle notamment de ces femmes qui « se tirent une balle dans le pied » en s’auto-dénigrant ouvertement, et c’est un peu cela qui m’a donné envie d’écrire ce livre. Je voulais pointer du doigt ce positionnement des femmes elles-mêmes qui parfois contribue à se mettre en position d’infériorité.

Tu dis à la fin que tu souhaites inciter les femmes à agir ? Mais est-ce vraiment à elles d’agir ?

Je pense qu’il faut les deux : qu’elles agissent et que la société change. Mais il faut bien l’avouer : les femmes qui agissent ne sont pas forcément représentatives de l’ensemble de la population. C’est pourquoi j’ai écrit le livre de manière à ce qu’il soit lu par le plus grand nombre. Il s’agissait pour moi de faire prendre conscience aux femmes (et aux hommes) de la manière dont elles sont influencées dans leur jugement, dans leurs choix, professionnels notamment, pour leur permettre de remettre en question certaines attitudes et certains comportements. Je souhaitais aussi amener d’autres manières d’appréhender l’éducation en essayant de moins conditionner les filles et les garçons. Ce sont des réflexions finalement assez peu abordées dans des ouvrages destinés au grand public.

Après avoir terminé ton enquête, quel est ton sentiment personnel sur l’égalité ?

Des choses bougent et il y a des volontés politiques affirmées dont on verra par la suite si elles ont porté leurs fruits. Cela va dans le bon sens même si il y a des résistances fortes dans la société française, qui est dans une espèce de mode de fonctionnement sexiste. Mais étrangement, on ne l’assume pas beaucoup contrairement à d’autres pays. Les statistiques parlent d’elles-mêmes dans tous les domaines. Il va donc vraiment falloir travailler sur toutes les résistances et aller beaucoup plus loin que ce que qui se fait aujourd’hui.

« Pourquoi les femmes se font toujours avoir ? », sorti le 21 février 2013 chez First Editions, 254 pages, 16,95€

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.