Fermer
menu

Plus diplômés, plus âgés… Qui sont les demandeurs d’emploi aujourd’hui ?

Entre 1996 et 2015, le portrait-type du demandeur d’emploi a évolué note Pôle Emploi. Un phénomène dû aux grandes évolutions démographiques que constituent la hausse du taux d’activité des seniors et celle des femmes, et à la crise économique de 2008. Le demandeur d’emploi d’aujourd’hui est ainsi plus diplômé, plus âgé, peut être autant un homme qu’une femme, et recourt plus fréquemment à l’activité réduite.

Le taux de chômage des femmes a baissé, celui des hommes a augmenté

Fin 2007, le taux de femmes au chômage était encore supérieur à celui des hommes (53% contre 47%). Aujourd’hui, on compte autant de femmes que d’hommes au chômage.

C’est la crise de 2008 qui a changé la donne, les secteurs traditionnellement masculins que sont l’industrie et le BTP ayant été parmi les plus impactés. Le taux de femmes parmi demandeurs d’emploi a atteint 50% en 2009 pour descendre à 45% en 2015. A noter que dans le même temps, la part des femmes dans l’emploi total a quant à elle progressé entre 1996 et 2015 passant de 45% à 48%.

Le demandeur d’emploi a 38,5 ans

Entre fin 1996 et fin 2009, la part des demandeurs d’emploi âgés de 50 ans ou plus a augmenté, passant de 11 % à 16 % en 13 ans. Ce mouvement de vieillissement s’est accéléré au début des années 2010, pour atteindre 23% fin 2015. La forte hausse du nombre de ces demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus depuis le début des années 2010 est en partie liée à la suppression progressive de la « dispense de recherche d’emploi (DRE) » entre 2009 et 2012, qui était auparavant accordée à des seniors qui sortaient alors des listes de demandeurs d’emploi.

L’âge des demandeurs d’emploi inscrits à la fin décembre 2015 est également plus élevé : en moyenne 38 ans et demi contre 34 ans à fin 1996.

Très forte hausse du nombre de demandeurs d’emploi de 60 ans ou plus

Alors que le nombre de demandeurs d’emploi de 60 ans ou plus se montait à moins de 10 000 en décembre 1996, ils sont maintenant plus de 240 000. Une conséquence directe du relèvement progressif de l’âge légal de départ en retraite qui a entraîné progressivement une baisse du nombre sorties des listes de Pôle emploi pour motif de départ à la retraite depuis 2010, ce qui a pu contribuer à l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi de 60 ans ou plus.

Les demandeurs d’emploi sont en majorité peu qualifiés…

Près de 7 demandeurs d’emploi sur 8 sont ouvriers ou employés. Malgré l’augmentation du niveau moyen de formation des demandeurs d’emploi, la très grande majorité des demandeurs d’emploi sont employés ou ouvriers (87 % fin 2015 et fin 1996). Prudence sur ces chiffres cependant puisque le moindre taux d’inscription des cadres à Pôle emploi comparativement aux autres catégories socioprofessionnelles peut également expliquer la très forte proportion d’employés et d’ouvriers parmi les inscrits à Pôle emploi.

… mais ils sont de plus en plus diplômés

Le niveau de formation des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi n’a cessé de progresser depuis le milieu des années 1990 : 46 % des demandeurs d’emploi ont un niveau de formation supérieur ou égal au Bac en décembre 2015, contre 29 % en décembre 1996. A noter que l’accroissement du niveau de formation a toutefois été beaucoup plus marqué pour les femmes que pour les hommes.

Un recours de plus en plus fréquent à l’activité réduite

De plus en plus de personnes sont inscrites comme demandeurs d’emploi tout en ayant une activité professionnelle. Depuis 1996, cette progression se vérifie quelles que soient les caractéristiques des demandeurs d’emploi, et est visible chez les hommes comme chez les femmes. On peut penser que la création du statut d’autoentrepreneur en 2008 a contribué à cela, tout comme le lancement du RSA en juin 2009, devenu prime d’activité aujourd’hui mais Pôle Emploi n’en dit pas plus sur la nature de cette « activité réduite ».

Forte progression du chômage de longue durée, en particulier chez les plus qualifiés

La part des demandeurs d’emploi de longue durée a fortement augmenté depuis la crise économique de 2008. Ainsi, fin décembre 2015, 45 % des demandeurs d’emploi sont inscrits depuis au moins un an contre 30 % à fin décembre 2008. Au cours de la même période, la durée moyenne d’inscription a également fortement progressé, passant de 290 à plus de 400 jours.

En 20 ans, la progression du chômage de longue durée semble avoir proportionnellement davantage impacté les plus diplômés et les plus qualifiés. A fin 1996, la part des demandeurs d’emploi de longue durée était supérieure de 5 points chez les ouvriers et employés que chez les cadres ; alors que les proportions sont comparables 20 ans plus tard. De même, les disparités par niveau de formation se sont réduites, même si le chômage de longue durée continue de toucher plus fortement les moins diplômés.

+ 50% de recherches de contrats courts ou à temps partiel

La structure de l’emploi recherché s’est également modifiée en 20 ans. Ainsi, à fin 1996, 11 % des demandeurs d’emploi recherchaient un emploi sous contrat court ou à temps partiel ; une proportion passée à 19% fin 2015. La progression a été très forte entre 1996 et 2005 où la part des demandeurs d’emploi cherchant un contrat court ou un emploi à temps partiel a doublé. Depuis 2005, cette proportion a légèrement reculé. Globalement, pour toutes les catégories de demandeurs d’emploi, on observe une hausse des demandeurs d’emploi recherchant un emploi sur contrat court ou à temps partiel.

Succès des métiers dans les services à la personne et à la collectivité

En décembre 1996, 20% des demandeurs d’emploi cherchaient un emploi dans les métiers du « commerce, de la vente et la grande distribution » ; ils ne sont plus que 14% en décembre 2015. C’est dans les métiers des services à la personne et à la collectivité que les demandeurs d’emploi recherchent le plus fréquemment un emploi en 2015 : 21 % contre 6 % en 1996.

Environ 55 % des demandeurs d’emploi sont indemnisés

A fin décembre 2015, environ 55 % des demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C ou dispensés de recherche d’emploi sont indemnisés au titre d’une allocation chômage (hors allocations de formation). Parmi les demandeurs d’emploi indemnisés par l’Assurance chômage, le montant moyen d’allocation perçu est de 1 140 euros à fin 2015, contre 670 euros à fin 1996 (874 euros si l’on raisonne à prix constants).

Source : Pôle Emploi

 

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.