Fermer
menu

Pour plus de 80 % des Français, 2018 sera l’année de la remise en question professionnelle

Les bonnes résolutions divisent. Il y a ceux qui en prennent, et ceux qui évitent. Mais quand la nouvelle année est synonyme de changements, elle l’est de manière prononcée et sans équivoque pour les salariés de l’Hexagone. Il semblerait d’ailleurs que 2018 soit l’occasion pour beaucoup d’entre eux de revoir les priorités et prendre du recul au travail, voire même changer d’entreprise, de métier ou d’activité selon la dernière enquête RegionsJob.

Plus de 80 % envisagent une remise en question professionnelle

Premier enseignement de l’enquête RegionsJob : le passage en 2018 est l’occasion, pour 86,8 % des salariés français, de faire un point sur leur carrière, quitte à remettre en question leur cadre de travail.

Certainement encouragés par le contexte de reprise économique, plus de 6 salariés sur 10 (61,6 %) souhaitent changer d’entreprise cette année. Et près de 3 sur 10 envisagent même de changer de métier (29,9 %) et/ou de secteur d’activité (28,4 %).

2018, c’est également l’année de la montée en compétences. 18 % des salariés interrogés souhaitent en effet suivre une formation. Un levier intéressant pour travailler son employabilité, gagner en responsabilités et voir sa rémunération revalorisée. Néanmoins, l’augmentation de salaire n’arrive en qu’en 5ème position dans la liste des changements prévus. Preuve qu’un bulletin de paie attractif ne suffit plus à l’épanouissement et à la satisfaction professionnels des Français.

La mobilité ne fait pas non plus l’unanimité quand il s’agit de prendre un tournant dans sa carrière. Seuls 15 % des salariés envisagent éventuellement de changer de région cette année. De même, dans un pays où l’entrepreneuriat est pourtant favorisé, les salariés restent encore timides face à la création d’entreprise (8,6 %).

Prise de recul, nouvelles priorités, planifications : l’avènement de l’équilibre vie pro/vie perso

2018, c’est aussi l’occasion de prendre de bonnes résolutions en termes d’organisation au quotidien. Parmi la liste des changements qui reviennent régulièrement chez les actifs, une résolution se dégage particulièrement. La moitié des répondants déclarent en effet vouloir avant tout « revoir leurs priorités et se dégager du temps pour prendre du recul par rapport à leur travail ».

Et dans la même logique, les horaires font également partie de la liste des choses à changer pour eux. Ils sont près d’un tiers (31,2 %) à souhaiter « ne plus quitter le bureau trop tard le soir » cette année.

Enfin, pour pouvoir quitter le bureau à l’heure et observer un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée, plus de 2 salariés sur 10 (21,7%) se disent prêt à ne plus se connecter en dehors du lieu de travail. Ils sont tout autant (20,6 %) à avoir pris également la décision de mieux planifier leurs tâches désormais, en respectant par exemple les deadlines, afin d’optimiser leur temps.

Pauses, activités physiques et vélo

Plus significatif encore, afin de fluidifier les relations et faire en sorte d’améliorer leur cadre de travail, près d’un quart des répondants à l’enquête (21,6 %) vont insister davantage sur le dialogue avec leurs supérieurs en 2018. Signe que pour les Français, la vie de bureau est tout aussi importante qu’une bonne organisation pour s’épanouir.

A ce titre, près de 40 % entament cette nouvelle année avec la volonté de s’accorder enfin de vraies pauses, le midi et pendant la journée. Plus courant, bien que rarement observé sur le long terme, ils sont presque autant (35,5 %) à déclarer vouloir commencer une activité sur ces mêmes temps de pause. Sport, méditation, musique, engagement associatif : la liste est longue !

En revanche, changer ses habitudes de transports ne fait pas partie des bonnes résolutions 2018. Près de 9 Français sur 10 (87,6 %) vont continuer d’utiliser leur moyen de locomotion actuel. Toutefois, ceux qui peuvent et souhaitent troquer leur véhicule pour se rendre au travail, le feront pour un mode de transport plus vert tel que le vélo (27,2 %) et les transports en commun (25,8 %).
Dernier fait notable de cette enquête : le covoiturage fait de plus en plus d’émules. Près d’un quart des salariés comptent y recourir plus souvent pour se rendre au travail en 2018. De bonnes résolutions qui font écho aux actions du gouvernement, qui s’apprête à lancer le vaste chantier sur la loi de transition énergétique. Une loi comprenant un plan de mobilité obligatoire pour les entreprises de plus de 100 salariés, afin de favoriser les modes de déplacement doux et limiter l’empreinte environnementale de l’entreprise.

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En vous abonnant, vous acceptez les CGU

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.