Fermer
menu

Les recruteurs racontent leurs pires souvenirs en entretien d’embauche

Entre octobre 2015 et janvier 2016, le site emploi RegionsJob a sondé candidats et recruteurs pour sa grande enquête « Candidats vs recruteurs, quelle est leur vision des process de recrutement ?». L’objectif : connaître leurs pratiques respectives lors du recrutement et leurs sentiments les uns vis-à-vis des autres. Après avoir demandé aux candidats de nous raconter leurs pires souvenirs d’entretien d’embauche, il était normal d’avoir également le retour d’expériences des recruteurs (assistants RH, chargés de recrutement, RRH, DRH, consultants RH, dirigeants d’entreprise et autres fonctions RH).

recruteur_opt

Les RH veulent des candidats sérieux

Les recruteurs citent comme première difficulté le fait de trouver des profils qui correspondent parfaitement aux postes (à 79%). Même si les jobboards comme RegionsJob permettent de cibler les bons candidats, les RH restent globalement étonnés de voir postuler des candidats dont le profil reste très éloigné de celui requis pour le poste. Un profil qui ne correspond pas au poste à pourvoir constitue d’ailleurs le premier des éléments rédhibitoires qui les pousse à écarter une candidature. « La crise a conduit beaucoup de candidats à se retrouver en situation de chômage longue durée, et ainsi à postuler à tout et n’importe quoi, même si le poste n’a rien à voir avec leur secteur d’activité ou leurs compétences » commente Liselotte Huguenin-Bergenat, RRH de RegionsJob « C’est une erreur et une perte de temps pour le candidat comme le recruteur. Cela pourrait même leur porter préjudice si jamais un jour un poste qui leur correspond réellement est disponible dans l’entreprise en question. »

Des anecdotes parfois drôles, parfois pathétiques

Plus de 6 000 candidats et 180 recruteurs ont répondu à l’enquête RegionsJob, chacun ayant des points de vue bien distincts sur les mêmes sujets : offres d’emploi, candidature, process de recrutement, entretien, salaire… Les anecdotes des RH sont nombreuses, parfois drôles, parfois pathétiques. Si certaines feront sans doute bondir les chercheurs d’emploi, elles ont le mérite de nous en apprendre un peu plus sur les attentes des recruteurs et le comportement de certains candidats.

Des comportements inadaptés

Les problèmes de comportement des candidats sont régulièrement cités par les RH, de la simple tenue inadéquate au comportement carrément déviant. Ainsi, un recruteur choqué de l’attitude physique d’un candidat explique que celui-ci avait la « tête appuyée sur ses mains et les coudes sur la table ». Un autre évoque un candidat arrivé à l’entretien en mangeant son sandwich…
Le retard est un élément particulièrement agaçant pour les recruteurs, et constitue le 3e motif d’agacement lors de l’entretien. Un internaute parle d’« un candidat arrivé avec une demi-journée de retard, se présentant avec une tenue non adaptée, passant l’entretien à manipuler son stylo bruyamment. »

« Une candidate déprimée et en larmes en évoquant pendant tout l’entretien le décès récent de son chien »

Mais en termes de comportements, nos chers candidats sont capables de bien pire. Ainsi, un RH parle avec amusement d’« un candidat venu sans pièce d’identité, en jogging basket, qui ne se rappelait plus pour quelle offre d’emploi il postulait exactement et qui recevait des coups de fil de ses clients liés à une activité parallèle plus ou moins louche… ». Un autre évoque « une candidate déprimée et en larmes en évoquant pendant tout l’entretien le décès récent de son chien ». En version moins drôle, plusieurs recruteurs racontent leurs expériences douloureuses avec des candidats sous l’emprise de l’alcool comme ce « candidat arrivé totalement ivre au rendez-vous et qu’il a fallu convaincre rapidement de son inadéquation au poste tout en faisant en sorte qu’il garde son calme » ou « des candidats sentant l’alcool ou le tabac, qui n’ont rien préparé et qui ne savent pas pourquoi ils postulent ».

Un manque de préparation récurrent

Manque de préparation, confusion des postes et des entreprises… Il y en a pour tous les goûts ! « Un candidat est venu pour un entretien de stage et n’avait pas du tout préparé son entretien. Lorsqu’il a expliqué ses expériences, toutes ses dates étaient incohérentes » explique un recruteur. « Le candidat a préparé son entretien, mais a dû confondre entreprise et poste en ne parlant absolument pas du mien » raconte un autre. Dommage, on y était presque !  Et parfois, le postulant pense pouvoir faire illusion… « Pour un poste de commercial, le candidat ne connaissait pas ses clients et m’a cité des entreprises qui n’existaient plus ! » Au risque de prendre l’employeur pour un c**…

Au diable les conventions !

Faire l’entretien avec ses écouteurs, son chat, ses parents…

Le problème est que beaucoup de postulants ne voient pas le problème. « Un candidat est arrivé avec un Walkman sur les oreilles et un chewing-gum dans la bouche. Lorsque je lui ai demandé de se préparer pour l’entretien il m’a répondu qu’il m’entendait très bien comme cela… » Heureusement, face à eux, les potentiels employeurs restent patients et courtois : « Lors d’un entretien Skype, un candidat faisant l’entretien depuis chez lui, très à l’aise, se permet de faire couler tranquillement son café : « excusez-moi, je ne vous ai pas entendu avec la machine à café qui fait un bruit monstrueux… » » explique-t-il au recruteur. « L’entretien se poursuit, il s’installe dans son canapé, son chat grimpe sur ses genoux. Il le prend dans ses bras : « oh excusez-moi, hein, c’est ma chatte, comme elle est en chaleur, elle a besoin de compagnie »… Par courtoisie, je mène l’entretien jusqu’au bout. »

« Vous m’avez dit que vous n’aviez pas de rdv et que vous m’attendiez donc je suis partie faire des courses ».

Faire ses courses, faire du yoga…

On ne le dira jamais assez, la logistique autour de l’entretien se prépare tout autant que le face-à-face avec le recruteur lui-même. « Un candidat avec qui j’avais rendez-vous à 11h m’appelle à 10h55 pour me dire qu’il aura du retard. Je lui dis que je n’ai pas de rendez-vous et que je l’attends sans problème » raconte une responsable de recrutement. « Ne le voyant pas arriver, je me dis qu’il m’a plantée. A 13h30, mon candidat est en bas. Je lui rappelle que nous avions rdv à 11h. Et il me rétorque : « vous m’avez dit que vous n’aviez pas de rdv et que vous m’attendiez donc je suis partie faire des courses ». Bien sûr, je lui ai gentiment dit que nous ne retiendrons pas sa candidature. »

Cette perte de temps a le don d’agacer les RH. Mais parfois, certains candidats leur redonnent le sourire, bien malgré eux. Un témoin raconte ainsi : « J’ai reçu il y a quelques années un candidat qui m’a expliqué l’intérêt de la pratique du yoga pour le management. Jusque-là pourquoi pas, mais l’entretien a pris une tournure insolite quand il a absolument voulu me montrer les meilleures positions de yoga à adopter avant une réunion importante… Imaginez un candidat dans la position de la charrue et la surprise du recruteur assis en face ! » Dans le même registre, une autre évoque les « cadeaux reçus de personnes qui ne me connaissaient pas » et même « une demande en mariage si j’acceptais de recruter le candidat ».

Plusieurs recruteurs évoquent également des candidats venus avec un tiers pour passer l’entretien : conjoint, parents, ou enfants, ce qui est plus compréhensible à la rigueur si le/la candidat(e) n’a pas de moyen de garde… Un témoin cite même un conjoint voulant « participer » à l’entretien, ou des parents venus avec leur fille car ils refusaient de la laisser seule avec une inconnue. Dans le florilège des impolitesses, on trouve également « une personne pour un poste où l’organisation est un prérequis impératif et qui arrive en retard, sans CV, sans avoir préparé son entretien… » ou encore « un candidat mutique, qui ne répondait qu’à minima aux questions posées », ou un autre, par « oui ou non ».

Trop honnêtes, pas assez…

« Qu’est-ce qui vous énerve le plus chez les candidats en entretien ? »

Cette question a été posée aux recruteurs (et aux candidats, voir notre précédent article) :

  1. Quand ils posent des questions uniquement sur les congés, la rémunération ou les tickets restaurant (33%)
  2. Quand ils viennent au rendez-vous sans l’avoir préparé (26%)
  3. Quand ils arrivent en retard (22%)
  4. Quand ils sont trop prétentieux (17%)
  5. Quand ils sont trop timides ou stressés (1%)

« Je viens au travail pour le salaire à la fin du mois »

Certains postulants jouent la carte de l’honnêteté, mais pas sûr que la franchise paie dans leur cas. « Les candidats qui refusent un poste parce que les indemnités chômage sont supérieures à ce qui leur est proposé par l’entreprise sont un cas malheureusement très fréquent » déplore un internaute. « Pourquoi vous avez répondu à notre offre d’emploi, en quoi vous a-t-elle attiré ? » demande un employeur. « C’est un CDI et je veux acheter une maison » répond le chercheur d’emploi. Un autre évoque un « candidat affirmant à plusieurs reprises « moi je viens au travail pour le salaire à la fin du mois » » ou encore « un candidat qui explique qu’il a négocié son départ avec son précédent employeur et qu’il est resté un an au chômage pour construire sa maison… » Des informations dont se passeraient bien les employeurs ! Comme ce postulant un peu « cash » commençant par : « bonjour, je suis en fin de droits à Pôle Emploi, embauchez-moi pour quelques mois s’il vous plaît ».

Mensonge du candidat = perte de confiance du recruteur

Selon une étude de 2013, 75% des candidats mentiraient sur leur curriculum vitae et particulièrement sur le diplôme obtenu. Une recruteuse parle ainsi d’une candidate « qui avait trafiqué son cv, présentait un faux diplôme et qui l’avoua dès les premières minutes de l’entretien, disant vouloir parvenir à avoir un entretien. Pour moi, la confiance dans l’échange a été rompue dès cet instant » explique la chargée de recrutement. Un autre internaute raconte : « Une candidate nous avait fait très bonne impression à tout le monde mais au moment de la prise de références, nous nous sommes rendus compte qu’elle avait été licenciée plusieurs fois, qu’elle était en contentieux avec ses ex-employeurs et qu’elle avait menti ».

Des candidats parfois présomptueux

Certains postulants semblent oublier les règles de base, comme par exemple ne jamais dénigrer son ancien employeur. Ainsi, une internaute raconte que lors d’un entretien pour un stage au service RH : « une jeune candidate est partie dans des délires sur ces stages précédents, et à l’écouter, elle avait géré le service RH à la place du DRH, se permettant des jugements de valeurs… C’était très déconcertant et je me suis demandée « mais comment peut-elle penser que je vais la croire ? » »

Dans de rares cas, le mensonge peut malgré tout trouver une forme de justification auprès de certains interlocuteurs. L’un d’entre eux évoque justement le cas d’une jeune femme reçue : « dès les premières minutes de l’entretien, la candidate avoue spontanément qu’elle a menti sur son diplôme, subterfuge utilisé pour obtenir un entretien : pour moi, la confiance a été rompue mais les deux autres intervenants recruteurs ont vu ce mensonge comme une preuve de la volonté de la candidate d’esquiver les barrages éventuels ».

Un fossé entre le discours et la réalité

L’analyse d’un recruteur en réponse à son « pire souvenir » est intéressante : « Ce n’est pas une anecdote, mais plutôt un fait et un comportement de plus en plus répétitif. Les candidats (notamment sans diplôme) postulent de plus en plus à des postes qui leur sont inaccessibles et se croient sincèrement en capacité de les assurer. Ce qui me fait penser qu’ils sont de plus en plus nombreux à perdre pieds avec la réalité du monde du travail ».

De leur côté, les candidats ont également quelques souvenirs croustillants de leurs rencontres avec les recruteurs : retard, oubli malgré une longue distance parcourue, questions déplacées…

Heureusement, dans les deux cas, ces histoires restent anecdotiques mais on ne saurait trop conseiller aux deux parties de respecter les règles élémentaires de l’entretien : préparation, ponctualité, cordialité, respect, écoute…

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.