Fermer
menu

7 pères sur 10 profitent désormais de leur congé paternité

Selon un rapport de la Drees, près de 70% des pères prennent leur congé paternité, qui leur donne droit à 11 jours à la naissance ou à l’adoption d’un enfant (18 en cas de naissance multiples). Les pères salariés ou demandeurs d’emploi touchant l’allocation chômage peuvent en bénéficier depuis le 1er janvier 2012. En 2012, 450.000 pères éligibles au dispositif ayant au moins un enfant de moins de 3 ans ont pris leur congé pour 770.000 bébés nés cette année-là.

Quel(s) profil(s) de pères ?

Selon la Drees, l’âge et le profil des pères semblent être deux facteurs déterminants. Les trois quarts des pères salariés prennent leur congé contre seulement 13% des pères chômeurs. D’autres profils de pères boudent le congé paternité : les pères de 40 ans ou plus (seulement 6 sur 10), les travailleurs indépendants (1 tiers seulement) et ceux ayant un emploi précaire (ou ceux sans emploi).

A partir du 2e enfant, les pères ont tendance à moins profiter du congé paternité. « Si près de trois pères sur quatre prennent un congé de paternité pour un premier enfant, ils ne sont plus que deux tiers à partir du troisième« , indique l’étude. Ainsi, il semblerait que le nombre d’enfants y est également pour quelque chose.

D’autres facteurs sont moins surprenants. Le recours au congé paternité est plus fréquent (76%) quand la mère travaille que lorsqu’elle est au foyer (59%). Les salariés du secteur public sont eux près de neuf sur dix à avoir pris leur congé de paternité. Et les salariés en CDI ont davantage tendance à prendre leur congé de paternité (90% dans le public contre 80% dans le privé).

Enfin, les pères qui prennent le congé semblent plus impliqués dans les tâches parentales et quotidiennes. Les trois quarts des hommes qui se lèvent la nuit pour s’occuper d’un enfant ont pris un congé de paternité d’après l’enquête.

Congé paternité oui, congé parental, non

Le congé parental lui, ne séduit toujours pas les pères malgré les incitations. En France, seulement 4% des parents qui le prennent sont des hommes selon l’OCDE, malgré la réforme de 2015 allongeant le congé parental à 12 mois à condition que les deux parents le prennent. En cause : la peur des répercussions sur leur carrière et sur leur salaire.

 

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.