Fermer
menu

Faut-il payer pour trouver un job ?

BilletsAujourd’hui, plutôt que de se vendre, payer les internautes pour trouver un emploi pourrait bien devenir une tendance. Il faut monter une véritable stratégie marketing pour être recruté en somme. Mais créer son réseau et trouver des contacts professionnels demande de la patience. Certains réseaux sociaux l’ont bien compris en monétisant des services pour se démarquer auprès des chercheurs d’emploi. Du côté des candidats, d’autres ont trouvé la parade : proposer de l’argent ou un objet de valeur en échange d’un coup de pouce, voire d’un job. Mais faut-il vraiment en arriver là aujourd’hui pour trouver un emploi ? Et ces démarches sont-elles payantes ?

Un iPad contre un job

Le CV original n’est sans doute plus assez original. On connaissait la candidature accompagnée de petites douceurs pour susciter l’intérêt du recruteur : du chocolat, une galette des rois ou même du pâté… D’autres vont désormais plus loin, quitte à mettre franchement la main à la poche, un peu sur le principe des concours qui fleurissent partout sur la toile.
Ces derniers jours, deux candidats ont fait parler d’eux sur Twitter : le jeune belge de 26 ans Christopher Pierre, diplômé d’un Master en Relations Publiques, propose un iPhone 5 à celui ou celle qui lui trouvera un job. L’idée lui est venue grâce à Facebook. « Quand j’ai vu l’engouement qu’il pouvait y avoir pour les faux concours permettant de gagner 100 iPhones (…), je me suis dit qu’il y avait peut-être un coup à jouer ! » explique-t-il sur un site belge.
De son côté, Rajon Dewan, chercheur d’emploi expérimenté de 31 ans, « promet d’offrir un iPad à tout intermédiaire qui lui aura permis de décrocher un CDI de Directeur Marketing Digital ». Il a même réalisé un site dédié : win-ipad.fr. « J’avais moi-même créé il y a quelques mois un CV original en parodiant eBay : dewan.fr/ebaystyle. Mais je n’en étais pas pleinement satisfait » explique-t-il à mediaetudiant. « Je trouvais qu’il respectait un peu trop les codes de cette mode du CV original. Il n’apportait guère plus que les tentatives des autres candidats qui ont également effectué cette démarche. » Mais pour le moment, nos deux protagonistes n’ont pas trouvé encore d’emploi grâce à Apple…

Cvipadrajondewan

De l’argent contre un coup de main

D’autres ont tenté le coup avant eux. Ainsi en 2009, Olivier Jorge, étudiant en communication, proposait 1600€ à celui qui lui trouverait un contrat en alternance, soit deux mois du salaire d’un alternant. Dans une lettre publiée sur son profil Facebook, il expliquait : « Devant la difficulté à trouver une entreprise d’accueil, j’ai décidé d’utiliser la force de frappe de Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux. (…) Afin de remercier la personne qui m’aura permis de décrocher un contrat en alternance je lui verserai alors une rétribution de 1600€. (…) Afin d’éviter toute controverse, je souhaite indiquer que l’idée n’est pas d’acheter un employeur mais de rétribuer pour son effort la personne qui aura déposé ma candidature sur le bureau d’un recruteur… ».
Idem pour Jean-Pierre Le Floch, directeur financier au chômage, qui en mars 2009 offrait à son futur employeur une « prime de 50.000 € » contre un poste. En fait, il s’agissait plutôt d’un bon de réduction de salaire. Ce Parisien de 51 ans très expérimenté, sans emploi malgré une quinzaine d’entretiens et l’envoi de 200 candidatures, proposait ainsi de baisser son futur salaire de 500€ par mois pour être embauché…
Si ces initiatives ont « buzzé » sur le coup, elles ont laissé perplexes bon nombre de recruteurs et de journalistes tant elles sont symptomatiques du malaise qui règne sur le marché de l’emploi.

Jusqu’où payer pour se démarquer ?

On peut comprendre la démarche des demandeurs d’emploi qui peinent à trouver un poste par les filières classiques. Des services payants existent depuis longtemps : on peut rémunérer un coach ou un expert pour travailler son CV ou sa présentation… En général, ils peuvent être pris en charge par le DIF ou sont assez peu onéreux (de 50 à 100€ la formation). Sur les réseaux sociaux, vous pouvez aussi accéder à des offres d’emploi ou contacter directement des recruteurs moyennant un abonnement.
LinkedIn va plus loin en proposant depuis 2010 « Job Seekers », une option payante pour apparaître en tête des recherches des recruteurs sur le réseau social. Selon le tarif allant de 14,95 €/mois à 35,95€/mois (moins cher si vous êtes abonné sur un an), l’application vous permet de contacter directement n’importe quel membre grâce aux InMails, de savoir qui a consulté votre profil, d’accéder à la communauté LinkedIn de recherche d’emploi, d’être contacté par les recruteurs ou encore passer en tête de la liste en tant que « candidat pressenti » (pour être en tête des candidats ayant postulé à une offre)…

Les démarches diffèrent mais que l’on fasse un CV original ou que l’on offre de l’argent ou un iPad, les résultats sont tout de même très aléatoires… Si des conseils ne vous suffisent pas, vous pouvez toujours lancer un concours-cadeaux et avoir ainsi votre quart d’heure de célébrité sur la toile. Mais une fois passé le buzz, le risque est de vous retrouver de nouveau seul face à votre recherche d’emploi. Certes votre communauté sera agrandie, mais ces nouveaux contacts, attirés par le gain ou au moins par l’originalité de votre démarche, n’auront rien à voir avec votre domaine d’activité. La pratique est donc à double tranchant.

(Crédit photo : Epictura)

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. santa-ana
    3 avril 2013 - 12h23

    A croire qu’aujourd’hui il faut payer pour être embauché.
    De toute manière le piston a toujours existé même si vous ne connaissez rien au domaine que vous postuler.
    Par conséquent il vaut mieux passer par ce chemin vieux comme le monde que de postuler des milliers de CV qui vont à la poubelle merci messieurs.

  2. Sebcharron
    3 avril 2013 - 14h04

    Madame, Monsieur

    Nous accusons réception de votre candidature et nous vous en remercions.

    Nous procédons à une présélection des différentes offres (i-phone, i-pad, TV 3D, Mini-Cooper, et autres appartements vu mer) nous étudions votre dossiers et ne nous ne manquerons pas, en fonction de l’adéquation de votre candidature par rapport à votre offre, de prendre contact avec vous pour un entretien approfondi sur votre motivation financière.

    En revanche, sans réponse de notre part sous 4 à 6 semaines à réception de ce courrier, vous pourrez considérer que, très vraisemblablement, notre recherche aura abouti positivement et que, à notre grand regret, nous ne serons pas en mesure de donner une suite favorable à votre proposition d’offre de votre malheureux i-phone 3 carrément démodé.

    S’il devait en être ainsi, sachez que cela ne remet bien évidemment pas en cause la qualité de votre candidature. Du reste, et sauf avis contraire de votre part, nous nous permettrons de conserver votre dossier. Dès qu’une mission plus proche de votre profil nous sera confiée, nous pourrons ainsi reprendre contact avec vous…. ou pas !

    L’équipe recrutement

  3. dr
    3 avril 2013 - 15h14

    il n’y a que les losers pour payer! si vous êtes un pro vous n’avez pas besoin de payer!
    par contre il faut savoir comment voter, la question est pourquoi nos élus ne font rien contre la discrimination a l’emploi, pourquoi avons nous autant d’élu, pourquoi ont il des gros salaires et des gros avantages quand ils se foutent de notre gueule? ce qu’ils nous faut ces diminuer le nombre d’elu par 2! que le salaires des elus soit au smig! que les elus ayant plusieurs mandat et/ou salaires ,’est plus qu’un seul revenu c’est une honte qu’un retraité qui touche deja 2000 euros est plusieurs mandat et se retrouve avec 10000 par moi! alors qu’il y a des gens en france qui creve la faim! reveillez vous et arretons ce cinema!

  4. yanndick
    3 avril 2013 - 17h26

    Payer pour obtenir un job !
    On va aller jusqu’où comme ça ?
    Après la promotion, l’embauche-canapé ?
    Ils sont déjà en train de détricoter tous les droits obtenus au cours du siècle dernier, parfois au prix de vies humaines, en se servant de « La Crise » pour forcer sur les bonnes consciences : baisse des salaires, horaires totalement éclatés qui ne permettent plus d’avoir une vraie vie de famille… D’ici à ce qu’ils suppriment le salaire minimum pour faire « comme en Allemagne », qu’ils donnent sans cesse en exemple, où certains employés sont payés 1 euro de l’heure (Oui, vous avez bien lu : 1 euro de l’heure !)…
    A quand le retour de l’esclavage pendant qu’on y est ? Ca résoudra tous les problèmes financiers des employeurs !
    Et pendant ce temps, nos « chers » dirigeants, quel que soit leur bord politique, cumulent les mandats bien juteux, les casseroles d’affaires douteuses, et les comptes cachés, tout en nous faisant la morale et en tentant de nous soulever les uns contre les autres (Diviser pour mieux régner, a écrit Machiavel) et y réussissant parfois malheureusement.
    Plus le temps passe ces dernières années et plus je suis écoeuré par notre société.
    Joyeuse journée à tous !

  5. Prinsted
    4 avril 2013 - 9h49

    Les commentaires sont intéressants mais un peu éloigner de la situation réelle. Le cumul de poste n’existe que parce que le peuple le veut – faite quelque chose d’extravagant et cela se fera sentir. Le sujet étais de payer pour une introduction, il me semble que toute solution et perdue d’avance car les personnes au bout des postulations ne sont pas des gens qui save discerner entre les bons ou mauvais candidats. Il ne faut jamais oublier qu’il ne travaille pas pour vous leur seule objective et de soumettre des candidats non pas de vous donner un poste. Seulement accessoirement if bénéficie d’honoraire. Ici en Angleterre et je suppose en France l’argent se gagne entre recruteur et site Internet en brassant les candidats, faite cette petite expérience tester si le poste existe réellement ? Dépister la société et regarder si il y a le poste a pourvoir – la réalité est qu’il n’existe pas. Ce n’est qu’un jeux de chiffre afin de passer pour les plus grand. Les statistiques sont effrayantes aussi il y a 3 ans en GB 5 postulant par poste cadre aujourd’hui 77 !! Que faire attendre le retour de la croissance, mieux vaut attendre la fin du monde le problème pour nous tous n’est pas la Chine, l’Europe ou l’Euro mais la loi de ‘supply and demande’ que faire du surplus de gens ? On nous devenir entrepreneur – encore un aménagement de statistique. Bonne chance……..

5 commentaires supplémentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.