Fermer
menu

Parité dans les entreprises du CAC 40 : les bons et les mauvais élèves

BalanceA l’occasion du Women’s Forum, le cabinet Ethics & Boards a dévoilé les résultats de son baromètre de la parité dans les instances dirigeantes des sociétés du Cac 40. Ce classement des entreprises où les femmes ont le plus facilement accès à des postes stratégiques (publié par Challenges la semaine dernière), est basé sur 3 critères principaux : « la part des femmes dans le comité exécutif (ou de direction) ; au conseil d’administration (ou de surveillance) ; et parmi les ingénieurs et/ou cadres ». Selon les actions menées et la part des femmes, cet Observatoire International de la gouvernance des sociétés a attribué des points aux entreprises françaises.

Qui donne l’exemple ?

Cac40pariteSur le podium de ce palmarès, on retrouve France Telecom devant deux groupes bancaires (BNP Paribas et Société Générale) suivis, dans le désordre, par des géants du luxe (PPR et L’Oréal), de l’industrie (GDF-Suez et Schneider Electric) et de la communication (Publicis et Vivendi).
Et du côté des mauvais élèves, tout en bas du classement, on trouve un trio d’entreprises plutôt high-tech : Technip, STmicro et EADS, bon dernier. Assez logique finalement quand on sait que les effectifs de ces sociétés sont surtout composés de profils ingénieurs, des métiers traditionnellement masculins.

De manière globale, les organes décisionnaires des grands groupes tendent tout de même à se féminiser mais restent encore très masculins : au 30 septembre 2012, il y avait en moyenne 23,93% de femmes dans les conseils d’administration et de surveillance des entreprises du Cac40. Une part qui tombe à 8,88% dans les Comités Exécutifs et organes de management équivalents. La loi Copé-Zimmermann, qui fixait comme objectif 20% de femmes au moins dans les Conseil d’administration d’ici 2014, a donc été suivie d’effets. Mais il faudra mener d’autres actions pour atteindre les 40% prévus par cette même loi à l’horizon 2017.

Il reste des cancres

00vignette femme mEthic & Boards a aussi pointé le comportement des cancres du Cac40 : EADS est ainsi la seule entreprise cotée qui n’a aucune femme dans son conseil. 16 entreprises n’ont encore aucune femme dans leur comité de nomination (ce qui ne favorise gère l’ouverture !) et 11 sociétés n’ont aucune femme dans leur Comité Exécutif (Alstom, Arcelor Mittal, AXA, Crédit Agricole SA, EADS, Solvay, Technip, Total, Vallourec, Veolia Environnement, Vinci). Quant à Bouygues, Legrand, ST Microelectronics, Unibail Rodamco, Vivendi, elles n’ont tout simplement pas souhaité dévoiler le nombre de femmes présentes dans leur comité exécutif.

Mais si on compare avec d’autres pays européens, les sociétés françaises ne sont finalement pas trop à la traîne. D’après une enquête d’Ernst & Young relayée par La Tribune les CA du Cac40 seraient féminisées dans une proportion de 19%. Alors qu’en Allemagne et en grande-Bretagne, la part de femmes dans les conseils des sociétés cotées flirte seulement avec la barre des 15%. Et en Italie, la question ne semble pas à l’ordre du jour avec 5% de femmes seulement dans les instances dirigeantes des grandes entreprises. Pour une fois, la France est donc plutôt une bonne élève au niveau européen !

Voir le classement complet sur Challenges

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.