Fermer
menu
Théma Jeunes diplômés : Découvrez les initiatives de nos partenaires

1 étudiant français sur 2 pense trouver un emploi bien payé

young-people-happyUne fois n’est pas coutume, l’étudiant français est optimiste ! Interrogés sur leurs parcours professionnels, 52% des étudiants français pensent pouvoir trouver un emploi bien payé en accord avec leurs études ». La statistique peut surprendre, et pourtant, c’est un des constats que fait la dernière étude d’Uniplaces, la plateforme spécialiste de la location de logements étudiants en Europe. « 52% des étudiants français pensent pouvoir trouver un emploi bien payé en accord avec leurs études ». Un chiffre en augmentation comparé à l’année précédente (44%).

Pour mener l’enquête, Uniplaces est partie d’une interrogation : comment se fait le choix de l’orientation chez les étudiants ? On apprend alors que 56% des personnes interrogées « ont choisi leurs études et leur future carrière par penchant naturel ». Un chiffre relativement important qui vient contredire l’idée selon laquelle les étudiants choisissent leur filière en fonction des débouchés. Ces derniers ne sont que 24%. Toujours selon le sondage, seul 20% des étudiants français ont choisi une filière qui n’était que leur deuxième ou troisième option parce que leur véritable vocation ne leur offrait pas de perspective.

Optimistes…

Les étudiants pessimistes quant à leurs perspectives d’emploi sont très minoritaires. Seuls 6% d’entre eux pensent avoir beaucoup de mal à trouver un emploi. Et seulement 9% des étudiants pensent qu’il est peu probable qu’ils parviennent à trouver un emploi dans le domaine où ils ont étudié, ou qu’ils arrivent à trouver un emploi en accord avec leurs études même s’il est mal payé.

people-woman-coffee-meeting

mais pas naïfs !

Ils ont beau faire preuve d’optimisme, les étudiants sont toutefois conscients des obstacles à surmonter pour obtenir leur job. 71% d’entre eux estiment qu’il existe encore des discriminations à l’embauche envers les femmes, et que la loi ne parvient pas à lutter contre. Conscients des réalités, ils ne sont que 29% à penser qu’ils vivent dans une société égalitaire, ou que la loi du travail suffit à empêcher les situations de discrimination.

> Égalité professionnelle : les femmes trinquent toujours

Prêts à des compromis

Si décrocher le job de leur rêve doit passer par quelques compromis, alors les jeunes sont prêts à signer ! Par exemple, en ce qui concerne les stages post-études, 47% se disent prêts à faire des stages de 3 à 6 mois, et 25% optent pour un stage de 6 à 12 mois, afin d’avoir plus d’expérience professionnelle. Ceux qui refusent absolument de faire un stage après leurs études ne sont que 9%. Un chiffre qui en dit long, surtout quand on sait qu’un stage sur deux n’est gratifié d’aucune rémunération, comme l’indique une note du Ministère de l’Éducation Nationale d’octobre 2016.

Des entrepreneurs dans l’âme

Autre tendance rapportée par l’étude : près 4 étudiants sur 10 (37%) souhaitent créer leur entreprise une fois leurs études terminées, et près de 2 sur 10 veulent devenir entrepreneurs plus tard. Toutefois, la grande majorité des sondés (63%) pensent que les universités françaises n’encouragent pas assez l’esprit d’entrepreneuriat. Une piste sérieuse à creuser quand on connaît les atouts des jeunes : pas encore de charges familiales, pas ou peu d’emprunts à rembourser, du temps pour mûrir et développer un projet, de l’imagination, de la motivation et surtout des aptitudes à se former rapidement aux nouvelles technologies et aux nouveaux enjeux économiques.

> Plus d’1 Français sur 3 souhaite créer son entreprise

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.