Fermer
menu

Peut-on être soi-même au travail ? « En sweat et en baskets, j’étais ridicule »

« Soyez vous-même ! ». Les règles de l’entreprise sont faites ainsi : on nous demande d’être naturel, de ne pas faire de vague, d’être à l’aise sans tomber dans le « je-m’en-foutisme », d’être nous-même tout en suivant les codes de l’entreprise… Dans ce cadre, est-il vraiment possible d’être soi-même travail ? A cette question posée il y a plusieurs semaines sur notre site internet, vous avez été nombreux à répondre.

« Adopter un look passe-partout »

Pour la majorité d’entre vous, rien de plus difficile que d’être naturel au travail. Les raisons divergent selon votre histoire et vos métiers. Parmi les témoignages retenus, nombreux sont ceux des femmes à témoigner du fait qu’elles s’empêchent de porter ce qu’elles veulent par peur de remarques désobligeantes de la part de leurs collègues : « J’aimerais pouvoir m’habiller comme je le souhaite et non par un dress code qui ne me convient pas », « difficile de s’habiller vraiment comme on aime », etc… Pour certaines, il faut « se maquiller pour avoir l’air belle, cacher ses rondeurs et se retenir de faire une blague ». Lasses, certaines ont fini par « adopter un look passe partout pour être tranquille ».

À lire également :
Elles s’inventent un associé masculin pour être prises au sérieux. Et ça marche…

La dictature du cool

Mais la tyrannie ne vient pas forcément d’où l’on pense. Cool les jeunes boîtes ? Pas si sûr, si l’on en croit certains témoignages de seniors qui travaillent dans des milieux où la moyenne d’âge ne dépasse pas 25 ans : « En arrivant, je me suis senti vieux en chemise et en pantalon. Alors je me suis changé. Mais c’était pire. En sweat et en baskets, j’étais ridicule. Le problème n’est pas le fait de se sentir ou non soi-même au travail mais le jugement des autres sur ce qu’ils considèrent acceptable ou non. Ce qui me met mal à l’aise, c’est qu’on me fasse sentir que ma tenue ne convient pas. C’est en cela qu’on ne peut pas être vraiment soi-même : parce qu’on focalise beaucoup trop sur le regard qu’ont les gens sur nous ».

« Je reste la même personne avec les mêmes idées »

Pour d’autres, c’est un look trop affirmé qui pose problème. Selon Jérémy, ses tatouages et ses piercings reflètent sa personnalité : quelqu’un d’ouvert sur le monde. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est devenu éducateur spécialisé auprès de jeunes en difficulté. Pour autant, il doit cacher ses tatouages et enlever ses piercings quand il travaille. Enfin, en réalité « rien n’est dit clairement mais je le sens ». Alors il essaie : « Je ne m’interdit pas de les montrer car je considère qu’ils ne témoignent aucunement de mes compétences et de ma façon de travailler. Mais je fais ça discrètement. J’espère, au fond de moi, réussir à démontrer qu’on peut avoir des tatouages ou des piercings et pour autant avoir une posture professionnelle. Mais j’ai souvent eu des réflexions me demandant de faire attention lors de mes rendez-vous avec les jeunes ou lorsque je rencontre des partenaires, des élus « . Alors que « je reste la même personne avec les mêmes idées et la même façon de travailler ».

À lire également :
Halte aux clichés : millennials et baby-boomers partagent la même vision du travail

« Des composantes de mon métier que j’accepte »

Au-delà des aspects physiques, il nous faut aussi faire attention à qui nous sommes. Marie est chargée de ressources humaines : « Je ne peux pas me permettre de révéler ma personnalité dans son entièreté car j’ai un devoir de réserve et de recul dû à ma fonction. Même si je suis quelqu’un de spontané, je ne peux pas non plus devenir trop proche de mes collègues car j’en sais beaucoup sur leur vie privée ». Mais elle concède : « ce sont des composantes de mon métier que j’ai accepté et que je ne regrette pas car j’y trouve mon compte. J’aime être cette figure de soutien même si cela implique que je ne peux pas montrer toute ma personnalité ».

Comment réussir à interpréter un rôle sans enfiler un masque ? « Dès lors que nous nous trouvons dans un environnement non choisi (collègues, hiérarchie, codes internes), nous ne pouvons pas être complètement nous-même ».

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Poupy
    11 avril 2018 - 10h50

    Je ne trouve pas que les jeunes en « jeans et basket » soient ridicules, il suffit de voir Mark Zuckerberg qui fait toutes ses interview en T-shirt/jeans pour se rendre compte que le monde de l’entreprise est en train de changer profondément sur ce point !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.