Fermer
menu

Non, la déshumanisation du travail n’est pas une fatalité

Plus une semaine ne passe sans que l’on nous annonce le remplacement de la moitié de l’humanité par des robots dopés à l’intelligence artificielle. C’est peu ou prou le même refrain à chaque grande révolution technologique. L’histoire économique nous enseigne d’ailleurs aussi bien les effets bénéfiques du progrès technique sur la croissance, que sa propension à générer des inégalités. François Béharel, président du groupe Randstad France, et membre du Conseil d’Administration du groupe Randstad holding, revient sur ce sujet au cœur des préoccupations RH : la déshumanisation du travail.

Concernant le travail, les propos alarmistes relèvent davantage d’une perception réductrice du travailleur que d’une volonté protectionniste. S’il est si facilement remplaçable par un robot, l’homme ne serait donc qu’un outil de production, au même titre que toute autre machine. Ce vieux fantasme d’une déshumanisation totale du travail revient fortement dans les débats depuis quelques années. Pourquoi ? Assurément parce que l’échelle du changement actuel est mondiale et impacte l’ensemble de l’économie et des travailleurs. Pourtant, jamais destruction créatrice n’aura été aussi prometteuse pour l’homme !

Remettre au cœur du travail ce qui nous différencie de la machine

La récente étude du World Economic Forum (WEF) sur l’avenir des métiers nous prédit un futur proche où le progrès technologique produira in fine un solde positif d’emplois. On ne peut que s’en réjouir mais il aurait fallu souligner qu’au-delà des logiques de stocks d’emplois, l’idée d’un travail déshumanisé est une absurdité : si l’automatisation permet aux travailleurs de se libérer de tâches pénibles, ces derniers se concentrent sur des tâches faisant appel à leur pensée critique ou leur intelligence émotionnelle. Par exemple, plutôt que de répondre aux questions redondantes et classifiables des clients – fonction désormais dévolue aux chatbots – les services clientèle se mobilisent sur les demandes complexes et la relation sociale. Autrement dit, l’homme remet au cœur de son travail ce qui le différencie le plus de la machine, tout en améliorant les conditions d’exercice de son travail.

Certaines tâches pénibles, entièrement ou partiellement automatisées, le seront pour la bonne cause. Mais ne nous voilons pas la face, cela se traduira parfois par une disparition de l’emploi correspondant. Toutefois, ce n’est pas une fatalité : avec une formation anticipée par l’entreprise ou le salarié lui-même, d’autres opportunités d’exercer ses compétences lui seront offertes. Le ciblage voire la prédiction de besoins en compétences d’un bassin d’emploi – ce que permet aujourd’hui le big data – seront à ce titre déterminants dans l’accompagnement des travailleurs de demain.

Priorité aux compétences sociales et comportementales

Les mutations technologiques créent des manières différentes de produire, de manager les compétences mais aussi d’organiser le travail. L’actualité se concentre sur les travailleurs du clic et l’organisation des grandes entreprises du numérique. Néanmoins, dans la majorité des entreprises, le développement du management collaboratif et la réorganisation des modes de travail  poussent l’individu vers plus d’autonomie et de responsabilisation, bien loin des scénarios d’asservissement dont la science-fiction nous abreuve. Regardons également l’engouement pour le travail indépendant, qui libère l’esprit d’initiative et souligne la volonté d’entreprendre. Autonomie, agilité, leadership, esprit d’initiative…autant de compétences identifiées comme les plus recherchées et les moins menacées d’ici 2022 par le rapport du WEF. Des compétences qui vont dans le sens d’une ré-humanisation du travail car les machines en sont encore aujourd’hui dépourvues.

Au milieu des études et prédictions approximatives, une certitude émerge : la physionomie du marché du travail se transforme déjà et doit nous permettre de faire la preuve de notre adaptabilité. Pour relever ce défi, nous savons qu’il faut renouveler l’apprentissage initial, la formation continue mais aussi les dynamiques de reconversion professionnelle. La révolution digitale a ceci de particulier qu’elle suppose une double injonction loin d’être contradictoire : élever son niveau de compétences techniques tout en valorisant ses compétences sociales et comportementales. La technologie est dotée d’un potentiel incroyable et même, à bien des égards, encore insoupçonnable. Mais parce qu’il détient la créativité, l’intuition ou le désir, l’homme gardera toujours une longueur d’avance.

 

A propos de François Béharel

Président du groupe Randstad France, membre du Conseil d’Administration du groupe Randstad holding en charge de la France, de la péninsule Ibérique, de l’Amérique du sud, de la Belgique et du Luxembourg.

Titulaire d’une licence en économie et management de l’université de Lille, François Béharel débute sa carrière chez Kompass en 1993 où il occupe différentes fonctions commerciales et managériales. En 1999, il rejoint le groupe Vedior où il débute une nouvelle carrière dans le secteur des ressources humaines en tant que directeur régional dans le Nord de la France, sa région d’origine. Il gravit rapidement les échelons et exerce diverses responsabilités, de directeur opérationnel à directeur de Business Unit. Nommé directeur général en charge du Réseau Vediorbis en 2006, il prend un an plus tard la présidence du groupe. Il négocie par la suite la fusion avec Randstad, dont il prend les rênes en mars 2009.

Depuis cette date, François Béharel est Président du Groupe Randstad France. En janvier 2013, il est nommé membre du Conseil d’Administration du groupe Randstad holding en charge de la France, de la péninsule Ibérique et de l’Amérique du sud. Depuis avril 2014, il a également la responsabilité de la Belgique et du Luxembourg.

Fort de ce parcours à l’image de la politique de Randstad en matière de promotion interne, il consacre toute son énergie à écrire une nouvelle page de l’histoire du groupe.

Tous les points de vue de François Béharel sont à retrouver en ligne :
http://www.grouperandstad.fr/medias/#points

L’actualité du futur du travail décrypté par le groupe Randstad : http://resources.grouperandstad.fr/

(Crédits : istockphoto.com/xijian)

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.