Fermer
menu
Théma Emploi et Handicap : Découvrez les initiatives de nos partenaires

Le montant de l’allocation adulte handicapé (AAH) va être revalorisé, sous conditions

L’allocation adulte handicapé (AAH) va être revalorisée de 90 € d’ici 2019 dans le cadre du projet de loi des Finances pour 2018. Une hausse qui va se faire en deux étapes : au 1er novembre 2018 l’AAH sera augmentée de 50 € pour atteindre un montant de 860,89 €. Et elle sera également augmentée de 40 € supplémentaires au 1er novembre 2019, pour atteindre les 900 € fin 2019. Une annonce faite par le premier Ministre Edouard Philippe à l’issue du premier comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat.

Plusieurs revalorisations en cours

La hausse se fera en deux temps afin réduire l’impact du coût de la revalorisation sur les finances publiques en 2018. L’augmentation de l’AAH de 90 € représente en effet « un effort supplémentaire de deux milliards d’euros sur le quinquennat » a précisé le gouvernement. Une bonne nouvelle après une première revalorisation cette année, par le décret du 3 mai 2017, qui a porté l’allocation à 810,89 € au lieu de 808,46 € au 1er avril 2017. L’AAH sera également revalorisée parallèlement chaque année en fonction de l’inflation. Malgré tout, l’allocation adulte handicapé reste sous le seuil de pauvreté fixé à 1008 € pour une personne seule en 2014 selon les dernières estimations de l’Insee.

Quels critères d’attribution pour l’AAH ?

L’allocation aux adultes handicapés ou AAH est une aide financière permettant aux personnes en situation de handicap de bénéficier d’un minimum de ressources. Cette aide est attribuée en fonction de plusieurs critères : incapacité (50 % minimum), âge (plus de 16 ou 20 ans selon conditions), résidence, ressources… Elle est accordée sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées. Elle est cumulable sous conditions avec le complément de ressources ou avec la majoration pour la vie autonome.

Le taux d’incapacité est déterminé par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) en fonction d’un guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées.

Deux contreparties difficiles à digérer

Toutefois, cette mesure doit être relativisée : dans un communiqué réagissant aux mesures prises par le gouvernement, l’Association des paralysés de France (APF) se dit « inquiète de certaines mesures qu’elle découvre concernant l’AAH ». En cause, la nouvelle base du calcul relative à la prise en compte des ressources du conjoint. Deux mesures discrètement glissées dans le dossier de presse du gouvernement laissent penser que tous les bénéficiaires de l’AAH : certains y perdront même selon les calculs faits par l’APF.

Pour ceux qui vivent en couple, soit le quart des bénéficiaires, le plafond de revenus pour le couple sera de 1350 euros par mois contre 1 621,78 euros aujourd’hui. « Avec cette baisse du plafond, la plupart des allocataires de l’AAH vivant en couple vont perdre leur AAH. Ils perdront au maximum 272 euros par mois, y compris en tenant compte de la revalorisation » explique Véronique Bustreel, de l’APF. Avec des dépenses importantes quotidiennes, les personnes handicapées risquent de se retrouver dépendantes de leur conjoint alors que l’objectif de l’AAH était qu’elles soient justement autonomes. L’APF et d’autres associations demandent donc une décorrélation entre l’AAH et les revenus du partenaire, ou, à défaut, une hausse du plafond de ressources pour les couples.

Une deuxième mesure risque de faire perdre 75 € à 65 000 personnes handicapées, soit un gain de seulement 15€ par rapport à la revalorisation de 90€ annoncée. En effet, le gouvernement prévoit de fusionner les aides complémentaires de l’AAH : le complément de ressources de 179,31€ et majoration pour la vie autonome s’élevant à 104,77€. Dans une volonté de « simplifier et clarifier les dispositifs », l’Etat souhaite en supprimer une au profit de la seconde, la moins élevée. « Scandaleux » s’insurgent les associations, d’autant que ces deux aides, non cumulables, touchent des personnes lourdement handicapées ne pouvant bénéficier d’aucun revenu à titre professionnel.

A découvrir : 21e Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées : des entreprises recrutent #sanslimites !

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. rosato
    17 novembre 2017 - 10h23

    Bonjour, c’est bien de parler de l’augmentation de l’aah mais faut aussi dire le reste, il augmente mais reprend d’un autre coté en abaissant le plafond de ressource de X2 a 1.8 en 2019 ce qui fait que bon nombre d’handicapé en couple vont perdre une bonne partie de leur aah et ne percevrons pas cette aide, faut dire les choses correctement et ne pas tronqué l’info

  2. Priscilla Gout
    17 novembre 2017 - 14h49

    Merci pour l’info ! Nous complétons !

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.