Fermer
menu
  • Ressources Humaines
  • Salaire

Moins d’un Français sur deux satisfait de son salaire

Ils sont 43 %. 43 % à être satisfaits de leur salaire quand il arrive sur leur compte bancaire. Ce qui fait moins d’un Français sur deux. C’est ce qui ressort d’une étude menée par ADP  intitulée « Révélez vos talents ». 14 % d’entre eux ressentent même de la déception. L’étude, qui porte sur plus de 2500 salariés en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, met en évidence que seul un Européen sur 10 déclare être déçu. Le malaise salarial serait-il donc un mal français ?

D’après l’étude, ce sont les Anglais qui se déclarent les plus heureux au moment de la paie (23 %) contre seulement 9 % des Français. Toutefois, les Anglais ne sont que 30 % à se déclarer satisfaits de leur paie loin derrière les Hollandais (56 %) et les Allemands (49 %). Les Français sont les Européens qui sont le plus souvent déçus par leur salaire (14 %) tandis qu’aux Pays-Bas seulement 5 % se disent déçus.

À lire également :
14 raisons objectives de demander une augmentation de salaire

Une façon différente de dépenser son salaire

Les perceptions différent selon la façon de dépenser son salaire. Ainsi les Français utilisent leur revenu disponible en priorité pour … épargner (24 %), contre seulement 15 % des Italiens. C’est sans doute ce qui engage une perception différente et donc cette déception puisque les Français n’utilisent pas cet argent immédiatement dans des achats du quotidien. Par exemple, en France, les vacances ne sont que le troisième poste de dépense. Elles sont prioritaires pour seulement 18 % des Français (contrairement à nos voisins hollandais (27 %) et Italiens (25 %). Enfin malgré une culture française conviviale, les salariés français dépensent moins pour faire la fête et en sorties culturelles (10 %) que ceux d’Outre-Manche (21 %).

Il y aurait donc un malaise salarial en France. Pourtant, selon un récent article des Echos, si le pouvoir d’achat a reculé dans tous les pays industrialisés depuis 1995, la France et le Royaume-Uni s’en sortent pas si mal. Si le pouvoir d’achat a reculé partout, en France, entre 1995 et 2015, la progression des salaires réels (+0,7 point de PIB) a dépassé celle de la valeur ajoutée (+0,6 point).

À lire également :
Seriez-vous prêt à baisser votre salaire pour le job idéal ?

Répondre à ses envies et ses besoins : principale motivation pour aller travailler

L’étude ADP met aussi en lumière le rapport entre la motivation et le fait de gagner de l’argent. Pour 51 % des Européens, travailler permet surtout de gagner un salaire qui répondra à ses besoins et ses envies. L’amour de son travail, de son entreprise ou simplement le plaisir de travailler sont des notions motivantes pour seulement 20 % des salariés. Si l’argent n’a pas d’odeur, il est au moins à se lever le matin !

(istockphoto.com/urbazon).

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.