Fermer
menu

7 Français sur 10 vont encore au boulot en voiture

La bicyclette n’a de succès qu’auprès d’Yves Montand et 2% des travailleurs français semble-t-il ! Selon la dernière étude de l’Insee sur les habitudes de transports des Français qui se rendent au travail, le deux-roues est boudé, qu’il soit motorisé ou non. Sans surprise, la voiture l’emporte donc haut la main chez 70% des travailleurs.

En 2015, 500 000 personnes, soit 1,9% des actifs ayant un emploi, ont été au bureau à vélo. Ils sont aussi nombreux à avoir enfourché leur deux-roues à moteur, ce qui en fait les deux moyens de locomotions les moins utilisés, derrière les transports en commun (14,8%) et très loin des véhicules automobiles, sollicités par 7 actifs sur 10. La marche à pieds fait toutefois de la résistance 6,3% des personnes tandis que 4,5% n’ont pas à se déplacer pour travailler.

> 5 modes de transport futuristes pour aller au travail

Si l’ensemble de ces chiffres restent stable depuis dix ans, l’utilisation des transports en commun a en revanche progressé de près de deux points (13,0 % en 2005) alors que la marche a de moins en moins d’adeptes.

Qui sont les amoureux de la voiture ?

Qu’elle réponde au doux nom de titine, bolide ou encore tuture, une majorité de Français utilisent leur voiture même pour les trajets les plus courts car près de 6 travailleurs sur 10 la prennent pour faire moins d’un kilomètre ! Un nombre de conducteurs qui augmente en même temps que la longueur du trajet. A l’inverse, pour les usagers des transports en commun, plus la distance domicile-travail est courte, plus ils sont nombreux à les emprunter.

> 7 bonnes raisons d’aller au travail à vélo

Quant aux transports « doux » – comprenez le vélo, la marche, la patinette, et les rollers – ils sont surtout utilisés pour des trajets très courts. Ainsi, à partir de 4 kilomètres et plus, les travailleurs sont plus réticents à pédaler, passant de 9% de cyclistes à une moyenne de 1 à 3% quand il s’agit de faire plus de 5 kilomètres. Par ailleurs, quand la distance est vraiment courte, la marche à pieds est préférée au vélo pour un quart des Français.

Cyclistes des ville / cyclistes des champs

Autre particularité du vélo : il attire davantage les citadins que les ruraux. Les travailleurs résidant dans le centre des grandes villes utilisent deux fois plus leur deux-roues que la moyenne nationale. Et plus le centre ville est peuplé, plus le recours au vélo est important. Un phénomène pour lequel Paris fait toutefois figure d’exception avec seulement 4% des actifs qui vont au bureau en pédalant. Ainsi, « aller travailler à vélo reste très peu fréquent dans les zones les moins denses, malgré des distances quotidiennes domicile-travail plutôt moins longues que dans les autres zones » analyse l’Insee.

Plus généralement, la marche, les deux-roues motorisés et les transports en commun sont davantage privilégiés en ville qu’en campagne. Et, quel que soit le type d’espace, « le recours à la voiture est d’autant plus faible que la taille de la commune de résidence est grande ».

Les Alsaciens sont les plus courageux !

Les départements où le vélo est le plus utilisé sont ceux qui ont des grandes agglomérations très peuplées, à l’exception notable des Bouches-du-Rhône. Ainsi, c’est dans les départements alsaciens, et dans les départements de la façade atlantique, du Centre-Val de Loire, de l’est de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi que dans ceux à la frontière des régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est, que ce mode de transport doux est le plus utilisé. À l’opposé, les travailleurs de la grande couronne parisienne, du Massif central, de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la Corse sont moins tentés par ce mode de transport.

Le cycliste est un homme, diplômé et cadre

Si la bicyclette est utilisée sans distinction d’âge, le profil des cyclistes varie selon la classe sociale. Plutôt diplômés (Bac+3 ou 4), les adeptes du vélo sont plutôt des hommes que des femmes (2,4% contre 1,5%), et plus souvent cadres (3%) qu’ouvriers, artisans ou agriculteurs (1%), selon l’enquête. Les actifs travaillant notamment dans les arts, spectacles et activités récréatives, l’administration publique, l’enseignement, l’information et la communication sont aussi les plus concernés (3%).

> Les vélotafeurs pédalent pour aller au travail

Le recours à la voiture, lui, augmente avec l’âge, jusqu’à atteindre son maximum chez les actifs de 40 à 44 ans avant de baisser à partir de 55 ans. Enfin, l’utilisation des transports en commun concerne surtout les jeunes et décroît à mesure que l’âge augmente. Les femmes sont également plus nombreuses à les utiliser, 17%, contre un peu plus de 12% des hommes.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires
  1. Myja
    24 janvier 2017 - 11h43

    1 – Il faudrait des endroits sures pour pouvoir garer son vélo en toute sécurité afin de pouvoir le retrouver entier au soir.
    2 – Des lieux pour se changer et même se laver en cas de pluie, chaleur (sueur), boue…

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.