Fermer
menu

« Mission Possible » : manuel de réussite en entreprise à l’usage des filles

AuteursmissionpossibleSorti début 2012, « Mission Possible » est un guide pratique à destination des jeunes femmes. Un petit livre pour faire le plein de conseils et réussir à conjuguer sa carrière au féminin. Une initiative originale lancée par trois managers de BNP Paribas – Constance Chalchat, Céline Gallon et Joël Abrahams – qui ont reçu le soutien de la banque. Interview avec les deux co-auteures dont l’ambition est d’aider les jeunes femmes à entrer dans la vie active.

Comment est née l’idée de réaliser ce guide « Mission Possible » ?
Tout est parti d’un constat : nous sommes sur des métiers assez masculins qui se féminisent depuis 2005 avec une politique de recrutement extrêmement pro active auprès des écoles et des universités. Nous avons ainsi intégré des jeunes femmes extrêmement talentueuses. Mais nous nous sommes aussi aperçus que tout ce qui faisait leur force pendant leurs études – leur réussite scolaire, leur participation active dans les classes – elles le perdaient en arrivant en entreprise. Elles devenaient plus effacées par rapport aux hommes et il leur manquait de la visibilité pour obtenir plus facilement des promotions.
C’est pourquoi nous avons cherché à leur donner des clés pour les aider à devenir aussi performantes en entreprises que pendant leurs études. Et comme nous ne trouvions pas de guide avec des conseils pragmatiques, faciles à lire et faciles à appliquer, nous avons décidé d’écrire nous-mêmes ce mode d’emploi.

Comment BNP Paribas a soutenu votre initiative ?
Nous sommes allés voir nos responsables, ils ont apprécié notre démarche qui cadrait complètement avec leur politique diversité et notamment le volet égalité professionnelle. Chez BNPP en effet, plus de 57% des salariés sont des femmes et le Conseil d’administration est l’un des plus féminisés de France avec 27,8% d’administratrices.
C’est pourquoi les responsable RH et communication du Groupe ont décidé de sponsoriser notre livre. BNP Paribas a financé l’impression et la production du site web. De notre côté nous avons créé une association pour récolter les bénéfices qui sont intégralement reversés à des associations soutenant les femmes.

CouvmissionpossibleQuel genre de conseils peut-on trouver dans ce livre ?
Pour commencer : « ne pas être un mouton ». Les jeunes femmes ont tendance à s’orienter vers les mêmes secteurs après leurs études. Ce sont souvent des secteurs déjà très féminins où elles ne seront pas forcément valorisées. Aujourd’hui, les jeunes femmes ne se posent pas forcément la question de savoir dans quel domaine elles pourront faire la différence. Nous essayons au contraire de les inciter à aller vers des entreprises, des pays où des métiers où elles sont moins attendues.

Le message principal de votre guide c’est donc de dire aux femmes d’oser un peu plus ?
Oui, elles ne doivent pas avoir peur de s’affirmer. Quand elles ont des opportunités, il faut absolument qu’elles osent les saisir. Par exemple en travaillant sur leur présence, ou en se préparant pour une présentation en répétant face à un miroir. Elles doivent s’exercer pour ne pas avoir peur. Comme les hommes qui ont tendance à se jeter plus facilement à l’eau.

Autre question importante que vous abordez dans Mission Possible : l’inégalité de salaires entre les hommes les femmes. Et là encore vous dites qu’il faut oser réclamer plus…
Effectivement. Une étude sortie récemment aux Etats-Unis indique que 87% des hommes sortant des universités négociaient leur salaire, contre seulement un tiers des jeunes femmes. Les femmes n’osent pas assez négocier leurs salaires d’embauche et demander des augmentations. Dans le guide nous les poussons à le faire, en argumentant avec des faits précis. A partir du moment où les employeurs sont intéressés par votre profil, vous ne risquez pas grand-chose à demander 1000 euros de plus par an.
C’est la même chose pour obtenir une promotion, il faut exprimer votre désir de progression. C’est une discussion à avoir avec votre manager, sans attendre que quelqu’un lise dans vos pensées. C’est la grande différence avec l’école où il suffit de bien faire ses devoirs. Dans le monde de l’entreprise, atteindre ses objectifs n’est pas suffisant, vous devez faire la promotion de votre travail et ajouter une couche de faire savoir au savoir-faire.

Vous abordez aussi un autre thème : l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle…
Les femmes ont effet besoin d’avoir une vie relativement équilibrée pour être plus performantes. Nous essayons donc de leur donner des conseils pour apprendre à gérer les attentes professionnelles et bien les articuler avec leur agenda personnel. Tout cela pour éviter des situations de burn-out.
Les jeunes de la génération Y partagent cette même aspiration : ne pas tout sacrifier pour leur carrière et essayer de préserver un équilibre avec leur vie personnelle. Les hommes comme les femmes sont preneurs de conseils pour y parvenir.

On sait que les entreprises féminisées sont plus performantes, tout le monde est gagnant si on permet aux femmes d’accéder aux postes à responsabilités…
Oui, mais cela concerne aussi les hommes. Car les équipes déséquilibrées, qu’elles soient trop féminines ou masculines, sont moins performantes que les autres. C’est une question critique aujourd’hui d’avoir une présence suffisante des femmes à un certain niveau de hiérarchie. C’est un fait aujourd’hui malheureusement : quand on regarde le haut des organigrammes, les femmes ne sont pas assez nombreuses. Or toute entreprise, à tout niveau, doit refléter la diversité de ses clients pour mieux comprendre leurs besoins et travailler en bonne intelligence.

Faut-il pour autant instaurer des quotas ?
Nous ne sommes pas forcément favorables à des quotas ou à de la discrimination positive, sauf quand cela apporte un vrai plus. Le fait d’avoir des comités de direction mixtes par exemple est quelque chose de très bénéfique pour les sociétés. L’avantage c’est que les patrons commencent à s’en rendre compte. Mais le fond du problème, c’est le manque de candidatures de femmes aux postes de managers.

Pourquoi les femmes n’osent-elles pas briguer ces postes de managers ?
Souvent car les freins sont dans leur tête. C’est une question de confiance en soi. Quand il manque aux femmes certaines qualités requises pour un poste, elles se disent qu’elles ne réussiront peut-être pas. Alors que les hommes sont prêts à se lancer avec 70% des compétences nécessaires. Les femmes ont tendance à pointer ce qui leur manque, plutôt que de voir positivement leur marge de progression. Ce sont ces petits blocages psychologiques qu’il faut lever pour oser prendre plus de responsabilités. C’est ce que nous essayons de leur dire à travers ce guide : « Mission Possible ».

  • « Mission Possible : The Women’s Way. Petit manuel de réussite en entreprise à l’usage des filles » de Constance Chalchat, Céline Gallon et Joël Abrahams. Disponible en français, en anglais et bientôt en italien. 5 euros (tous les bénéfices sont reversés à des associations soutenant des femmes). www.missionpossible.fr/

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.