Fermer
menu
  • Collègues

McDonald’s limoge son patron pour une liaison de bureau

Le conseil d'administration du géant américain a déploré un manque de discernement de son directeur général.
Avoir une liaison au bureau

Steve Easterbrook a quitté son entreprise dimanche 4 novembre, suite à une liaison consentie avec un ou une salarié de McDonald’s. Avant de s’en aller, il a adressé une lettre à ses équipes dans laquelle il estime avoir commis une erreur, « étant donné les valeurs de l’entreprise, j’estime comme le conseil d’administration qu’il est temps pour moi de passer à autre chose« .

Né en 1967, l’homme d’affaires américain d’origine anglaise avait succédé en janvier 2015 à Don Thompson à la tête de la chaîne de restauration rapide.

À lire également :
L'amour au bureau, fantasme ou réalité ?

Se faire limoger aux Etats-Unis, oui. Se faire licencier en France, non…

L’interdiction de relation amoureuse entre salariés étant écrite dans le règlement intérieur de McDonalds, Steve Easterbrook n’a pas contesté son limogeage. En France, le règlement intérieur d’une entreprise ne pourrait prévoir une telle interdiction, qui ne serait conforme ni au droit du travail, ni aux libertés individuelles. Vous pouvez donc avoir une liaison aussi bien avec un collègue qu’avec un supérieur hiérarchique ou un subordonné.

À lire également :
C'est l'amour au travail (aou cha-cha-cha)

… à quelques exceptions près

Pour être tolérée en France, une liaison entre deux salariés doit être consentie par les deux protagonistes, et éludée tout risque qu’un des salariés soit en réalité harcelé sexuellement au sein de l’entreprise.

Par ailleurs, la relation ne doit pas affecter la qualité du travail des salariés concernés ou les conditions de travail de leurs collègues. En toute logique, les amoureux ne doivent pas consacrer une partie de leur temps de travail à des échanges d’ordre privé ou des effusions gênantes dans l’open space ou la salle de pause, de même qu’ils ne doivent pas favoriser leur amant au détriment d’un autre salarié en matière de promotion. Si l’employeur estime que c’est bien la relation amoureuses des salariés qui est à l’origine d’un trouble objectif pour son entreprise, il devra le prouver et une fois la preuve faite, il pourra prendre des sanctions contre le couple.

À lire également :
Comment faire l'amour au travail sans se faire choper ?

Recevez l'essentiel de l'actualité RH

En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Ces articles devraient vous intéresser
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar.

Dossiers à la une